24 octobre 2015, 14:01

Joel Hoekstra's 13 : "Dying To Live"

Album : Dying To Live

Joel Hoekstra, nouveau guitariste de WHITESNAKE depuis août 2014, est un garçon polyvalent. Ex-NIGHT RANGER, il a joué dans TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA (TSO), dans la comédie musicale hard US Rock Forever, sorti des albums solo instrumentaux et participé à différents projets musicaux comme celui de son vieil ami Jeff Scott Soto (qui le lui rend bien ici). « Dying To Live » est un album de hard-rock mélodique dans la plus pure tradition du style, réalisé avant l'intégration du guitariste blond dans le Serpent Blanc. Mais David Coverdale avait donné son entière bénédiction. Le line-up est prestigieux puisqu'on retrouve Soto (ex-JOURNEY, et YNGWIE MALMSTEEN) et Russell Allen (ADRENALINE MOB, SYMPHONY X) qui se partagent les vocaux et les chœurs. Vinny Appice (ex-BLACK SABBATH, ex-DIO) et Tony Franklin (ex-THE FIRM, BLUE MURDER) sont la luxueuse section rythmique. Les guests sont aussi prestigieux avec Derek Sherinian (ex-DREAM THEATER, ex-BLACK COUNTRY COMMUNION) aux claviers et Chloe Lowery (TSO) aux vocaux, entre autres.

“Say Goodbye To The Sun” ouvre l'album en fanfare avec un Russell Allen en pure forme. Heavy rock comme il le faut, puissant et mélodique avec une nette influence DIO sur l’interprétation. “Anymore” sonne plus léger, mélodique à la WHITESNAKE de l'époque « 1987 ». Parfaitement construit avec des airs de déjà entendu mais agitateur mnésique positif. “Until I Left You” est AOR et aurait pu figurer sur l'un des albums de Jeff Scott Sotto qui chante ce titre de façon magistrale. Une voix superbe, des lignes mélodiques et une composition efficaces. “Long For The Days” marque le retour de Russell Allen avec une empreinte coverdalienne cette fois-ci. Un titre dans le venin du Serpent Blanc, mid-tempo envoûtant. Les lignes mélodiques sont entêtantes, avec ce sublime break acoustique avant un solo melanco-rock de Joel Hoekstra qui a absolument tout fait sur cet album (de l’écriture à la production). “Scream” est comme son titre l’indique, surtout sur le refrain ! La chanson est démoniaque. Gros riffs. Duel de Derek Sherinian avec son clavier et la guitare lead de Joel Hoekstra comme dans les seventies mais avec une touche sonore moderne.

Intro acoustique qui décolle en électrique, “Never Say Never” est taillé dans le roc(k) hard avec un refrain rock friendly qui ne vous lâche pas. Une belle gymnastique vocale sur un titre catchy. Le changement, c'est maintenant avec le mid-tempo envoûtant, mélodique à souhait qu'est “Changes”. Un talent marqué d'écriture du blond guitariste pour cette power ballad. Retour de Jeff Scott Soto aux affaires dans une structure sonore de la grande époque de Malmsteen. “Dying To Live” est heavy, lent, enivrant, envoûtant, SABBATHien avec des ambiances modernes. C'est une tachycardie sonique entre les couplets et le refrain. Le rythme est bipolaire. Un solo de dingues. Excellent titre ! “Start Again” retourne dans le paradis de l’AOR où Jeff Scott Soto rayonne avec une ligne de guitare rappelant, par exemple, le gimmick sonore de “Green-Tinted Sixties Mind” de MR. BIG. Enorme solo de clavier, les guitares sont sublimes et rappellent NIGHT RANGER. “What We Believe” clôt l'album. Quelle fin ! Ballade duo entre Jeff Scott Soto et Chloe Lowery, deux voix complémentaires. Mieux serait pire. Un titre ambitieux avec différentes atmosphères à la fois électriques et acoustiques, un climat hypnotique, des changements de sonorités. Originalité est un mot clé. Il fait penser à un titre de comédie musicale.

La version deluxe a un titre supplémentaire uniquement disponible en digital ("Kill Or Be Killed"). Ce CD de Joel Hoekstra est avant tout un album de chansons de classic hard-rock mélodique fait avec passion. Le talent guitaristique de l’auteur-compositeur-interprète-arrangeur-producteur est mis au service de la créativité artistique et de la composition. Jeff et Russell, les deux chanteurs, optimisent clairement ce « Dying To Live ». Le côté vocal bi-axial donne une double vie à cet album. Pour les amateurs de hard mélodique, cet album de 13 est un vrai bijou… Mourir d'envie de vivre… Plein d’interprétations psychanalytiques…

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK