20 août 2016, 16:37

TESLA

"Mechanical Resonance Live!"

Album : Mechanical Resonance Live!

Les hard rockers américains TESLA ont décidé de fêter les 30 ans de leur album multiplatine « Mechanical Resonance », sorti en 1986 chez Geffen Records, produit par Steve Thompson et Michael Barbiero. Chroniquer cet album historique ayant une renaissance live, c’est comme un premier baiser. La résonnance mécanique est le signe d’un temps !

TESLA tourne avec DEF LEPPARD en cet été 2016, période à laquelle sortira ce disque chez Frontiers Records Srl. Frank Hannon (guitares), Brian Wheat (basse), Jeff Keith (chant) et Troy Lucketta (batterie) se sont visiblement fait plaisir à rejouer ces titres avec Dave Rude, le guitariste qui les a rejoints en 2006.

Les boys de Sacramento ouvrent le show avec "Rock Me To The Top", le cinquième titre de l’album originel. Ce mid-tempo hard rock vous ramène en 1986. Tous les ingrédients du Classic Hard Rock sont présents dans ce titre, les riffs, les duos de guitare, le refrain efficace, la ride de la batterie qui claque, les solos et cette voix écorchée et typique de Keith. Intro basse batterie, les grosses grattes saturées arrivent, et ce "fucking" riff hyper propice à headbanguer. "Ez Come Ez Go", le titre écrit par le groupe dans son ensemble qui ouvrait cet album mythique, alterne les tempos et les ambiances. "Gettin' Better" débute avec ses arpèges caractéristiques à la TESLA dans une ambiance de ballade. Souvenez-vous, c’est un titre de pur rock hard optimiste, plein de messages positifs et de good vibe !

"Comin' Atcha Live" débute sur des grosses guitares. Hannon et Rude se la jouent Eddie Van Halen et autres guitar-heroes. « I’m a mean machine, I’m the kind you don’t wanna meet » chante Jeff Keith. Un bon titre qui fait taper du pied et bouger les cervicales, interprété avec toute la maturité du groupe 3 décennies plus tard. Le bridge des guitares est dans le plus pur esprit de ce qui se faisait dans les années 70 et 80. Intro au piano pour le titre "Changes" le mid-tempo est bourré de feeling et d’ambiances. Le changement, c’est maintenant ? "Before My Eyes", dernier titre de l’album original, est une chanson marqué de l’ADN TESLA. Un riff répétitif, une ambiance lente et pesante, bluesy matinée de sons forts. "2 Late 4 Love" n’est pas une reprise de Prince ou de DEF LEPPARD. Troy Lucketta martyrise ses fûts et ses cymbales, Brian Wheat quatre-cordiste derrière, le groupe envoie la chanson à l’architecture musicale standard de la grande époque de MTV. Ensuite, c’est la pause slow bluesy où la voix soul de Jeff Keith brille et se rapproche de celle de Steven Tyler avec "We're No Good Together". Changement de tempo plus rock'n'roll et plus rapide 2 minutes avant la fin ! "Love Me" est dans l’esprit AC/DC, LYNYRD SKYNYRD ou encore AEROSMITH, avec des éléments sudistes. L’amour est universel, le refrain de la chanson aussi ! Du hard US années 90 tatoué. De la talk-box où il faut.

"Cover Queen" avec son riff heavy classique, sa talk-box distillée dans tout le morceau, sa structure funk, soul fait encore une fois briller Jeff Keith. Les chœurs sont parfaitement placés. Le break de guitares est presque comme du JUDAS PRIEST. Quel titre ! Au tour d’un classique du groupe "Lil' Suzi" qui est une reprise du groupe anglais P.H.D., cette chanson a été le plus gros hit de TESLA en 1986. Le titre est interprété dans une tonalité légèrement différente de l’originale, probablement pour préserver la voix puissante de Keith.
Final avec du taping. Gros souvenir ! "Modern Day Cowboy"... Le hit hard rock clôt la partie live de ce disque avec ce riff heavy, les ambiances acoustiques, la voix mélancolique de Keith, la montée heavy des guitares et cette section rythmique de dingues. "Bang, Bang", "Cow Boys", "Blow You Away" ! Enorme titre.

TESLA propose en dessert un titre studio intitulé "Save That Goodness", écrit et produit par Phil Collen (DEF LEPPARD). Cette chanson est très Hendrixienne, Leppardienne, hard rock comme il faut. Mélodique, refrain hyper efficace, des chœurs féminins, une chanson calibrée pour la radio.
Le groupe de Sacramento travaille d’ailleurs avec le guitariste des léopards sourds sur son neuvième album.

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK