13 avril 2020, 14:00

BLACK SWAN

• "Shake The World"

Album : Shake The World

BLACK SWAN est ce qu'on appelle un "supergroupe" formé par Jeff Pilson (DOKKEN, THE END MACHINE, FOREIGNER) et Robin McAuley (MCAULEY SCHENKER GROUP, MICHAEL SCHENKER FEST), accompagné du virtuose de la guitare Reb Beach (WINGER, WHITESNAKE) et du batteur Matt Starr (Ace Frehley, MR. BIG). Encore une formation monté de toute pièce par l’écurie italienne Frontiers Music Srl ? Efficace, certes, chacun des quatre membres de BLACK SWAN a mis son talent à contribution pour sortir un album de haute facture.

« Shake The World » déboule avec le titre éponyme, hard rock mélodique hyper punchy. La voix de McAuley est puissante sur des riffs acérés. "Big Disaster" et sa section rythmique Pilson/Starr balance gravement, le refrain est accrocheur à souhait. Beach fait hurler ses cordes. Le riff et l’architecture de "Johnny Came Marching" sont dignes des titres de l’époque « Slip Of The Tongue » de WHITESNAKE. Il existe une vraie sensation accrocheuse de la musique dans l’élaboration de ce titre. Les lignes de guitare introductives de "Immortal Souls" annoncent le mid-tempo avec un McAuley au sommet de son chant notamment sur un refrain archi catchy. L’énergie est irrésistible dans cette histoire d’amitié, de fraternité et de retrouvailles. Big rock avec "She’s On To Us", mélange de toutes les influences des membres du groupe, Pilson martelle sa basse, Starr défonce ses fûts, Beach joue comme un dingue avec sa wah-wah, son vibrato. C’est heavy-rock comme il faut. "The Rock That Rolled Away" transpire le WINGER qui rencontre Coverdale. Cela ne s’arrête pas niveau hard rock avec "Long Road To Nowhere", "Unless We Change" et son intro classique à cordes et son refrain progressif et destructuré. Juste avant, "Sacred Place" est un magnifique mid-tempo, tout est parfait dans ce titre, les arrangements le subliment.

Comme toujours, un album de ce style sans l’exercice de la ballade n’est pas possible. McAuley exprime tout son registre émotionnel avec "Make It There". Introduction piano/guitare, "Divided/United" ferme l'album, des lignes mélodiques électriques de guitare accompagnent les vocalises du chanteur. Le morceau s’installe progressivement. Un refrain appelant à l’union. Le break tue ! « We are united » scande le groupe ! Une fin somptueuse.

BLACK SWAN signe avec ce premier album quelque chose d’exquis au niveau hard rock mélodique, le talent des protagonistes n’y étant pas pour rien. L’alchimie musicale et artistique fonctionne parfaitement. Belle osmose artistique !

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK