21 octobre 2021, 19:25

U.D.O.

"Game Over"

Album : Game Over

Non, le game n’est pas over ! 

Udo Dirkschneider ne prend pas sa retraite ! Plus de 40 ans de carrière, presque 70 ans, secondé par son fils Sven, l’ex-chanteur d’ACCEPT est, on ne peut plus, prolifique en termes de production artistique ces deux dernières années avec des live, son projet caritatif OLD GANG avec le bassiste Peter Baltes et le multi-intrumentiste Stefan Kaufmann.

Composé avec deux nouveaux membres, le bassiste Tilen Hudrap et le guitariste Dee Dammers, U.D.O. réitère dans le style musical cher au Tank allemand ! Dirkschneider père & fils se sont chargés des textes et des mélodies en puisant dans différentes thématiques comme le fanatisme religieux ("Holy Invaders"), les armes et la politique autour des USA ("Kids And Guns"), le metal, l’humanité et ses conséquences...

"Fear Detector", le titre qui ouvre l’album tout en riffs speed metal est implacablement conduit par le chanteur et son groupe, martelé par un refrain simple mais efficace. "Metal Never Dies" est clairement un hymne autobiographique mid-tempo à la MANOWAR, hommage à la musique que l’on aime. "Metal Damnation" est plus heavy dans la même thématique. Udo fait du U.D.O. sans concession ! C’est tout simplement du hard rock et du heavy metal classiques. "Speed Seeker" parle des gens qui agissent sans réfléchir. Une ode à l’impulsivité ! "Midnight Stranger" avec son riff introductif à l’ancienne, évoque notre attitude pendant la pandémie.
Quant au titre préféré du chanteur, c'est "Don't Wanna Say Goodbye", une ballade mêlant guitares acoustiques et piano. Udo est posé et très émotionnel dans ses mots sur cette chanson très personnelle, accompagné d’arpèges de guitares.
"Marching Tank", le surnom du chanteur est mis en musique. Une intro basse batterie bien heavy avec ses "hey" à la AC/DC ou ACCEPT ! Des lignes de guitare en duo qui entrent comme il faut. Udo est incisif... "Prophecy", ou encore "Empty Eyes" sonnent gravement avec ce groupe qui accompagne Udo. Le travail des guitares de Dammers et Smirnov avec des riffs puissants et classiques, des soli flashy, est élégamment produit. La section rythmique de Sven Dirkschneider et Hudrap est d’une efficacité et d’une énergie redoutables.

U.D.O. semble plus rapide, plus heavy, plus énergique sur cet album. Il n’y a aucune expérimentation dans d’autres contrées musicales, c’est du pur U.D.O. mais en plus frais, plus jeune.  « Game Over » est certainement l'un des albums les plus créatifs et important de la carrière d'Udo, à la voix toujours incroyablement distinctive et inimitable, depuis de nombreuses années. 

Udo est la traduction parfaite de U.D.O. et la réciproque est réelle. C.Q.F.D !

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK