23 octobre 2021, 15:48

DESTINITY

"In Continuum"

Album : In Continuum

Le retour fomenté, décrié puis salué du fleuron hexagonal du death metal mélodique est en réalité la plus sincère des reformations méritées, applaudies et encensées de surcroît en terre inspirée du metal français. L'aspirant groupe lyonnais DESTINITY revient en trombes sonores et frénétiques à souhait sous sa propre écurie à présent, Crimson Productions. Exit Lifeforce Records, c'est une aventure humaine, différente et enrichissante qu'a choisi le valeureux défenseur d'une scène locale bouillonnante de formations amicales (BENIGHTED, IN ARKADIA et THE OATH en tête) et le chanteur Mick Caesare. Il a de quoi être des plus fiers sur sa carrière personnelle après avoir prêté un temps soit peu main forte à NO RETURN pendant sept ans. 

En effet, DESTINITY affiche vingt-cinq années au compteur (1996), entrecoupé d'une pause discographique de neuf ans avec « Resolve in Crimson » (2012) et revient exactement 20 ans plus tard après un deuxième album « Supreme Domination's Art » (2001) des plus remarqués pour l'époque. Le salut est en marche pour cette formation brillante qui se saisit de son destin à plein régime, avec une assurance déconcertante et une expérience accrue après neuf albums produits en toute quiétude dorénavant.  DESTINITY se veut sincèrement de retour en 2021 avec une nouvelle œuvre aboutie au doux nom « In Continuum » qui ravivera les nombreux et inconditionnels adeptes de l'école d'excellence suédoise (HYPOCRISY, AT THE GATES, AMON AMARTH, DARK TRANQUILLITY...)

Le morceau "A Lucid Strain" commencant avec son intro acoustique est de toute ingéniosité et se marie à merveille avec la progression lunaire de l'infrastructure aérienne utilisée et sublimée de forte belle manière. DESTINITY nous délivre un manifeste fédérateur, puissant, et libérateur en neuf missives à percussion névralgique durant plus de cinquante minutes d'intense déflagration augmentée où la maîtrise de mélodies successives et entêtantes se font légion. L'ombre scandinave digérée, imprégnée et assimilée est saisissante mais l'identité artistique se veut toujours aussi personnelle et originelle à la fois. 

Des titres comme "Reflections" et "Shadows" recèlent des rythmes catchy disséminés et révèlent une atmosphère consolidée par des riffs accrocheurs à merveille. La pochette est révélée par l'artiste italien Francesco De Luca (IMPERIUM DEKADENTZ, PYRAMAZE...) tout comme l'évolution du logo qui se veut plus moderne et futuriste. On notera l'invitation originale et remarquable du guitariste Andy Gillion (ex-MORS PRINCIPIUM EST) sur "Dawn Never Breaks" également. Mixé et masterisé en décembre 2020 aux ténébreux Black Lounge Studio en Suède par l'infatigable et talentueux Jonas Kjellgren (SABATON, AMORPHIS, SEPTIC FLESH, IMMORTAL, KATATONIA...), le rendu final est véritablement monstrueux d'impact sonore et permet sincèrement d'aborder l'avenir de DESTINITY sous des cieux enragés les plus prospères qui soient. 

Gageons que cette renaissance intrépide et passionnée se voit adoubée par de prochaines tournées européennes solides et répétitives en première partie de groupes mythiques suédois tels HYPOCRISY qui sort justement prochainement son nouvel album « Worship » tout comme les indéfectibles mentors ARCH ENEMY et AMON AMARTH également. Félicitations nourries pour cette prise de risque payante, courageuse et novatrice à bien des égards. DESTINITY est de retour d'un futur en cours d'écriture au son du death/thrash metal mélodique incantatoire...

Blogger : Charlie CesÂme Zampol
Au sujet de l'auteur
Charlie CesÂme Zampol
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK