26 mai 2022, 20:32

MSG - Michael Schenker Group

Interview Michael Schenker


Le légendaire guitariste à la Flying V Michael Schenker, est de retour avec son MSG et un nouvel album « Universal ». Comme les fans l'attendent de lui, Schenker a une fois de plus fait appel à un certain nombre de musiciens prestigieux pour l'enregistrement de ce disque, un casting est impressionnant parmi lequel, en tant que chanteur principal, Ronnie Romero et son duo de production avec son demi-frère Michael Voss, est d’une efficacité redoutable. Le guitariste se livre à cœur ouvert pour HARD FORCE...
 

Pourquoi as-tu choisi « Universal » comme titre de ce nouvel album ?
J'ai eu l'idée originale de la pochette de l'album il y a 3 ans environ. C’était un croquis avec le logo MSG et une navette spatiale. J’ai demandé à mon website-designer d’en faire quelque chose. Il en a fait quelque chose de bien mais ce n’était pas le bon moment pour l’utiliser. J’ai sorti d’autres albums. Je me suis récemment rappelé cette maquette de dessin. Je l’ai envoyée à mon label Atomic Fire Records. Ils ont aimé et fait des modifications. Il y a cette notion d’univers sur la pochette et donc le titre « Universal » est apparu comme une évidence, tu vois ! La musique est aussi un langage universel, tu peux en profiter quel que soit ton pays. Après « Immortal », « Universal » était l’étape suivante.

Comme son prédécesseur « Immortal » (2021) et les albums du MICHAEL SCHENKER FEST « Resurrection » (2018) et « Revelation » (2019), « Universal » tu l'as produit en collaboration avec Michael Voss... Tu nous en parles ?
Oui, on a fait ça au Voss Kidroom Studio, qui est devenu une sorte de chez-soi créatif pour moi. Michael Voss attend que j'élabore une de mes idées et prend le temps de vraiment connaître la chanson. Il développe simultanément des idées pour le chant. Nous sommes vraiment productifs à deux. Ensuite, nous bossons ensemble la batterie, la basse et certaines parties de clavier. Michael a toujours plein de bonnes idées de toute façon.

Pourquoi as-tu choisi de le sortir sous le nom de MSG ?
« Immortal » est sorti sous le nom de MSG mais les disques du MICHAEL SCHENKER FEST, c’était aussi du MSG. Les choses se sont faites comme ça. Tu sais, c’est mon logo, mon nom. Il y a la fameuse guitare, le fameux logo et mon nom dessus. Les gens, toutes époques confondues, reconnaissent immédiatement ce logo.

C’est quoi le mode d’emploi d’écriture d’un album de MSG ?
C’est sensiblement la même chose que sur les autres albums. Tu sais je suis un esprit en mission qui répand la joie de la musique à différents endroits. J’essaie de l’exprimer comme je peux. C’est mon bien être, mon bien être créatif. Je ne copie personne. Je fais ma propre musique, du Michael Schenker. Chaque album est une étape dans ma créativité.

Il y a une liste impressionnante d’invités sur ce nouvel album. C’est amical, familial, collaboratif ?
Oui en quelque sorte. Il y a des musiciens prestigieux sur ce nouvel album. Certains ont déjà joué avec moi, d'autres sont fans de MSG à la base. Il y a comme chanteur principal Ronnie Romero qui sera sur la prochaine tournée de MSG, Michael Kiske et Ralf Scheepers, les légendaires bassistes Bob Daisley, Barry Sparks et Barend Courbois, le claviériste Steve Mann, les batteurs Simon Phillips, Brian Tichy, Bobby Rondinelli et Bodo Schopf, puis Tony Carey en invité très spécial. Chacun est venu jouer sur cet album pour différentes raisons.

Comment s’est porté ton choix sur Ronnie Romero comme principal chanteur de cet  album ?
Les choses se sont faites progressivement. Etape après étape. La première fois, c’était sur « Revelation ». Je travaillais avec d’autres musiciens sur le MICHAEL SCHENKER FEST. Pour le dernier morceau que nous devions terminer, le tempo était rapide, le chanteur était à Los Angeles et cela rendait les choses compliquées pour terminer l’album. Michael Voss m’a dit : « Ecoute, je connais quelqu’un, Ronnie Romero est en tournée avec Ritchie Blackmore et RAINBOW. Je peux lui demander ». Je lui ai dit : « On y va ! ». Le jour même, il enregistrait le morceau en question. Après il y avait les concerts, Barry Sparks a remplacé le précédent bassiste qui avait des problèmes de santé. Graham Bonnet ne pouvait pas jouer, Ronnie est venu aux répétitions. On l’a vraiment connu comme ça. Les concerts ont été reportés et reportés encore. On a donc fait « Immortal » et on a demandé à Ronnie de jouer dessus. Puis sur « Universal », il est le principal chanteur.

Il y a aussi Ralf Sheepers sur l’album ?
Oui, c’est un chanteur fantastique. Il avait déjà travaillé avec moi. J’ai demandé à Michael ce qu’il pensait s’il revenait. Il a chanté sur "Wrecking Ball" et c’est vraiment super. Je ne sais pas de quoi parlent les paroles, c’est Michael qui s’en charge.


"Emergency" est le premier single qui a été proposé. Pourquoi ce choix ?
Un rythme sauvage, un peu difficile à jouer. Il fallait un truc catchy. Simon Philips fait un travail remarquable comme batteur. La maison de disques adorait cette chanson et voulait à tout prix la sortir comme premier single. C’est à la fois compliqué et super fun à jouer.

Peux-tu nous raconter l’histoire de cette chanson un peu spéciale qu'est "A King Has Gone" ?
Lorsque j’ai terminé l'écriture de toutes les musiques pour l’album, Je roulais vers l’Allemagne. Michael Voss apprenait les chansons pendant que je les enregistrais. Il bossait sur une chanson, les paroles, les mélodies. Le lendemain, il m’a fait écouter ce qui allait devenir "A King Has Gone", une chanson sur Ronnie James Dio. Michael m’a dit : « Que penses-tu si je demande aux gars de RAINBOW de jouer dessus et de participer à notre voyage avec Ronnie ? ». Je lui ai dit OK ! Il a eu les mecs du groupe. La section rythmique originale de RAINBOW avec Bobby Rondinelli et Bob Daisley. Il y a eu également le claviériste Tony Carey, qui a également joué sur « Rising ». Il nous a fait une formidable intro de synthé Moog, une référence directe à l'intro emblématique de l'ouverture de l'album "Tarot Woman" en 1976. La maison de disques nous a dit que nous devrions essayer Michael Kiske de HELLOWEEN comme chanteur. Ça fonctionnait grave ! Sa voix collait parfaitement. Ronnie James Dio est mon chanteur préféré et cette chanson est vraiment excellente.

Il y a une chanson dont le titre est en français "Au Revoir", de quoi parle cette chanson ?
Oh, tu sais j’ai écrit la musique et Michael Voss les paroles... Il y a Barry Sparks dessus et c’est une bonne chanson.

La tournée a démarré à la fin du mois d’avril. Vous jouerez au Hellfest en juin aussi. Aurons-nous des surprises pour ces concerts ?
Robin McAuley me fait l’honneur de démarrer la tournée. Ronnie Romero était initialement prévu mais il est en plein tremplin artistique personnel. Je me devais de l’accepter. Robin est adorable de le faire. La chose marrante est que j’ai fait une tournée avec Robin McAuley en 1987 avec DEF LEPPARD et nous allons traverser exactement les mêmes pays : Finlande, Suède, Norvège, Danemark, Pays Bas, Allemagne, Espagne et Italie. Je pense que le public sera content de voir Robin chanter à mes côtés. Plein de souvenirs vont leur revenir. Ronnie Romero viendra chanter sur d’autres dates comme le Hellfest, le Graspop, aux USA à l’automne prochain, au Japon, l’Amérique du Sud. Nous ferons aussi pour la première fois une tournée en Australie.

Tu es une personne très créative. Comment fais-tu pour avoir toutes ces idées ?
J’écris toujours. C’est sans fin. J’adore ça. Je fais fonctionner mon intérieur. (rires)

Si tu devais parler à ta guitare comme à un être humain, que lui dirais-tu ?
Continue à rocker, très chère ! (rires)


De nombreuses générations écoutent et apprécient ta musique. Tu es considéré comme l’un des meilleurs guitaristes de ta génération. Que t’évoque cela ?
C’est flatteur, un honneur de savoir cela, que les personnes comprennent ce que je veux exprimer. Encore une fois, je m’exprime, j’exprime ce que je ressens intérieurement. Du Michael Schenker. C’est vraiment agréable de savoir cela et que je puisse rendre heureux ceux et celles qui écoutent ma musique.

Crois-tu en une Puissance Supérieure qui te guiderait ?
Oui, absolument !

La dernière fois que nous nous sommes parlé, les relations avec ton frère Rudolf n’étaient pas très bonnes. Est-ce devenu meilleur ? As-tu écouté son dernier album avec SCORPIONS ?
Rudolf est toujours pareil. Je ne lui fais pas confiance mais il reste mon frère. Je ne savais pas qu’il avait sorti un nouvel album. Je n’écoute pas de musique.

En juillet dernier, tu as décidé de te marier avec ta sublime femme après 16 années de vie commune.
Yeah ! Elle a pensé que ce serait une bonne idée et moi aussi. Donc, tout simplement, nous l’avons fait et c’est top !

Enfin, une question que je pose aux artistes avec lesquels j'ai le plaisir de discuter... Quelle est ton addiction positive ?
Jouer de la guitare sans hésiter ! •
 

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK