25 avril 2024, 23:59

WISHBONE ASH + BLACK RIVER SONS

@ Wasquehal (The Black Lab)

En cette soirée du 25 avril, on se retrouve pour assister au concert d’un groupe anglais qui comptabilise 55 ans de carrière et plus de 25 albums. Mais avant cela c’est avec un jeune groupe local qui n’a à son actif qu’un EP et deux albums que nous commençons la soirée.

Il est 20h lorsque BLACK RIVER SONS, également connu sous le diminutif BRS, monte sur scène pour chauffer une salle bien remplie qui accueille ce soir un public d’environ 500 âmes. C’est dans une obscurité rougeoyante que le quatuor entame son set avec ''Skins'' et ''Birds And Beasts'' qui ouvrent leur excellent et surprenant dernier album en date. Malgré un départ avec des cymbales trop en avant et un groove quelque peu étouffé, le quatuor réussit son entrée en scène. Pour preuve, ''Sleazy Maggie'' extrait du premier EP et introduit par un solo de batterie qui reçoit l’ovation du public.

S'ensuivent deux extraits du premier album tout aussi efficaces. D’abord, ''Born Again'' et son riff efficace qui rappelle AC/DC, suivi du très sudiste ''Charcoal’s Blues''. Comme nous avions pu le remarquer quinze jours plutôt à Seclin, lors d’un dîner-concert à La Scène, l'association des guitares du fondateur Emeric Martel et celle de Guillaume Singer fonctionne à merveille. Duo soutenu par un autre rythmique lui, tout aussi efficace formé par Vincent Bourrée à la batterie et Frédéric Barazutti à la basse.

Les applaudissements nourris du public prouve que le groupe à convaincu largement au-delà des quelques locaux qui les connaissent. BLACK RIVER SONS termine son set avec un troisième extrait de son second album, ''Out Of Range'' avant de terminer avec la chanson-titre de son premier album ''Poison Stuff'' et conclure sur ''Wheels Of Fortune''.


Après une première partie très convaincante, le temps est venu de découvrir la prestation d’un groupe emblématique du rock progressif anglais, survivant des années 70. Bien que WISHBONE ASH soit un nom connu, c’est un groupe dont on parle peu et pourtant, il a inspiré bon nombre de groupes de notre univers musical devenus à leur tour iconiques. Parmi eux, on retrouve IRON MAIDEN, LYNYRD SKYNYRD, METALLICA ou encore OPETH qui montrent l’importance du rayonnement de ce groupe. 

C’est dans une ambiance teintée de bleu que WISHBONE ASH entame son set par ''Real Guitars Have Wings''. Immédiatement, nous sommes stupéfaits par la clarté remarquable du son. Après ce début rythmé et efficace qui nous propose un aperçu de « Nouveau Call » (1987), ce sont quatre musiciens debouts comme un seul homme qui nous interprètent ''We Stand As One'', extrait du dernier album en date sorti en 2020 « Coat Of Arms ». Ce titre illustre parfaitement ce que nous découvrons, car si de la formation originelle il ne reste que le guitariste chanteur Andy Powell, il est toutefois accompagné d’un line-up de musiciens faisant honneur à l'héritage de WISHBONE ASH. Malgré la différence d'âge avec les derniers arrivés, le guitariste Mark Abrahams et surtout le batteur Mike Truscott, avec son compère Bob Skeat à la basse depuis 1997, Powell est à la tête d’un quartette de haute volée.

Si la set-list propose un choix de chansons qui couvre la carrière du groupe, ce sont tout de même « Pilgrimage » (1971) et « Argus » (1972) qui sont mis à l’honneur. C’est ainsi que l’on poursuit l’expérience avec ''The King Will Come'' et ''Rock'n'Roll Widow'' qui illustrent ses débuts, et cela dans une grosse ambiance, comme le prouve la ferveur qui se dégage du public à la présentation des musiciens. Le temps d’une reprise de Jimmy Reed intitulée ''Baby What You Want To Me Do'', le quatuor nous emmène dans un univers blues des plus agréables. Avec ''The Pilgrim'', nous avons droit à une démonstration d’une dizaine de minutes qui illustre superbement ce à quoi ressemble le rock progressif du début des années 70. Plus court, plus bluesy et rythmé ''Blowin' Free'' permet de donner du relief à la prestation et d’enchaîner avec l’imparable ''Jailbait''. C’est sur le mélancolique ''Pheonix'', que Powell dédicace au peuple ukrainien, que WISHBONE ASH termine son set. Sur l’un des solos, on pense à IRON MAIDEN, preuve s’il en est, que le groupe a bien inspiré la NWOBHM.

C’est ainsi que le groupe s’éclipse sur de forts applaudissements et une clameur insistante qui l'amène à revenir sur scène pour un rappel qui débute avec l’accrocheur ''Living Proof''. Nul besoin pour WISHBONE ASH de prouver son existence au début des années 80, le fait est qu’il est toujours là et le public aussi en 2024 ! C’est avec ''Peace'' que nous remettons les pieds sur la terre ferme.

L’affluence à ce concert montre à quel point WISHBONE ASH fait partie de ces groupes qui, loin de remplir les grandes salles, ont toutefois une solide fan-base, après plus d’un demi-siècle d'existence et avoir inspiré les plus grands. Merci une fois de plus au Black Lab pour cette soirée qui permet à la métropole européenne de Lille de rayonner dans le réseau national des petites et moyennes salles de spectacles sans lesquelles une grande partie de notre culture rock ne pourrait pas vivre au-delà du virtuel. Bravo aussi à BLACK RIVER SONS qui a su proposer une première partie de qualité qui n’est pas passée inaperçue et fait honneur à la scène locale.

Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il explore le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionnent. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK