26 juin 2014, 18:58

Richie Sambora @ Paris (Bataclan)

En ce soir estival, en pleine Coupe du Monde, Richie Sambora, Orianthi et son backing band jouent à Paris. Après des difficultés de transport depuis l’Allemagne (leur avion pour Paris a été annulé), le groupe est arrivé en mini bus à bonne destination dans la capitale chérie par Mr Sambora vers 4 heures du matin le jour du show.

Bataclan quasi plein, pas de première partie… Les lumières s’éteignent, des lignes de clavier retentissent. Le guitariste chanteur, vêtu d’une veste blanche, fait son entrée sur scène dans un style mixant rock star sympa – crooner. Acclamé par le public, il démarre le show avec « A Song For You » (une cover de Leon Russel) à la façon d’un Joe Cocker seul face à son micro. Comme une prière, il donne l’impression d’être en communion avec son public dont il dédicace les mots du texte de la chanson. Le groupe enchaîne sur « Every Road Leads Home To You » tiré de « Aftermath Of The Lowdown », dernier album solo du guitariste et également présent sur « What About Now » de BON JOVI.

Le public est déjà réceptif. Avec « Nowadays », Orianthi commence à se mettre en avant dans le show. L’ambiance jam promise par Richie Sambora lors de notre interview avec lui est bien présente. Le premier moment fort de la soirée est une chanson tirée de l’album « New Jersey », à savoir « Lay Your Hands On Me ». Ce titre vous propulse dans des souvenirs positifs bien enfouis. Le Bataclan remue dans tous les sens. Evidemment, un break est de mise pour faire chanter tout le monde présent. De belles harmonies avec Orianthi. Quelle osmose !
Première ballade de la soirée avec « Weathering The Storm » excellemment bien interprétée. Gros drums, wah wah, style Jimi Hendrix, « Burn The Candle Down » envoie gravement ! Orianthi pose un premier gros solo de guitare puis c’est le duo Sambora/Orianthi qui prend le relais ! Richie est vraiment content d’être là ce soir.

« Stranger In This Town », titre bien bluesy tiré de son premier album solo, fait plaisir au public. La complicité avec sa guitariste est étonnante tant sur le plan musical qu’émotionnel ! Trompette jouée par le pianiste du groupe, le titre rock-hard-pop « Sugar Daddy » fait suite. La chanson est prétexte à une jam également. Le titre est acclamé.
Changement de guitare comme sur chaque chanson, Richie enfile sa double guitare acoustique ainsi qu’Orianthi avec un modèle simple. Dans une ambiance rock bluesy avec des touches country, Orianthi y va de ses lignes de guitare sur « You Don’t Know » qu’elle chante, accompagnée de Richie. Elle joue vraiment bien cette alter ego samborienne ! Sambora applaudit son public.
Sur le titre suivant, le guitariste chanteur s’empare d’un accordéon rouge pour interpréter « Storybook Love », de feu Willy De Ville, accompagné de son groupe et du son de trompette pour la seconde fois. Les lignes de chant sont partagées avec la blonde guitariste. Même si l’ambiance du show monte crescendo, le second moment fort de la soirée est la ballade « I’ll Be There For You » tiré du multi couronné album « New Jersey ». La puissance du hit ! Tout le monde ne fait qu’un. Richie en profite pour faire chanter le public avec les "Ooohh" caractéristiques finaux de cette chanson. Richie a invité sur ce titre Cosmo, un ami guitariste du groupe HEAVY METAL KIDS. Jam épique, trio de solos de guitare à la LYNYRD SKYNYRD. Le titre est sublimé. Richie Sambora est un véritable chef orchestre ! Retour au gros rock pop avec « Learning How To Fly » puis avec le bon mid-tempo « Seven Years Gone » du dernier album.

Retour aux grattes acoustiques, ambiance Lounge dans l’esprit « This Left Feels Right » de BON JOVI, un autre hit retentit : « Livin On A Prayer ». Tout le monde est à fond, chair de poule garantie avec notamment une seconde partie de la chanson électrisée comme dans la version originale de « Slippery When Wet ». Le groupe quitte la scène.

Le premier rappel voit Richie revenir seul en acoustique pour interpréter « The Answer » de son premier album. Puis c’est au tour de « Taking A Chance On The Wind », bien rock. Un tempo reggae retentit, les premières mesures de « Get Up, Stand Up » de Bob Marley & The Wailers vont introduire « These Days » jouée rock. Somptueux ! Le public est encore plus à fond.
Le second rappel marque le retour en acoustique de Richie qui interprète « Rosie », puis le groupe, trompette incluse, joue « Stick To Your Guns » en guise d’introduction au super méga hit interplanétaire « Wanted Dead Or Alive ». Le public chante les couplets. Un moment final fort.

Richie Sambora est vraiment heureux de jouer à Paris. Le groupe qui l’accompagne est constitué d’excellents musiciens, le leader au tatouage à la guitare avec des ailes les présentera d’ailleurs au public. La set-list proposée était un habile mélange de son répertoire avec une dominante consacrée à « Aftermath Of The Lowdown », et de certains hits majeurs de la période BON JOVI. Richie Sambora aurait pu se contenter de privilégier ces derniers comme certains artistes peuvent le faire. Il ne l’a pas fait. Richie Sambora est un artiste, un songwritter exceptionnel, un homme visiblement heureux de rouler que pour lui…

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK