11 juillet 2014, 10:03

MASTODON : Bill Kelliher

Moustache, riffs catchy et passion pour le metal

MASTODON a sorti fin juin son 6ème album intitulé « Once More 'Round The Sun », à la pochette cauchemardesque psychédélique. Mix de sludge, de metal progressif et alternatif, Bill Kelliher, guitariste, chanteur  et architecte mastodonien nous parle de ce nouvel album, de sa passion pour la musique métallique...

 

Alors, qu’est ce que ça fait de sortir ce nouvel album ?
C’est super ! C’est une belle surprise finale pour nous. On est vraiment contents. On a de super retours pour cet album !

Quelle est la signification du titre de l’album « Once More 'Round The Sun » ?
Cela prend un an à la terre de voyager autour du soleil. C’est un peu une métaphore d’une année de vie des 4 membres de MASTODON. Ca parle de bonnes et de mauvaises expériences. Même si ce n’est pas un concept album, il y a une thématique centrale. Chaque chanson parle de nos expériences personnelles, en dehors du groupe. Les combats que l’on mène, notre lutte interne, l’aspect relationnel et les grands changements de vie. La vie en dehors de chez nous aussi… C’est vraiment un disque très personnel au final.

Peux-tu nous parler du processus d’écriture de cet album ?
Pour cet album, j’ai passé beaucoup de temps à écrire. Je me suis concentré sur l’écriture des riffs, des couplets, des refrains, des solos. Je voulais des riffs catchy et rock’n roll. Tout le monde a participé bien sûr. On veut toujours se surprendre et produire des choses étonnantes, épiques.  Brann Dailor (batterie/chant) et moi avons écrit des trucs ensemble. Tout le monde a sa place dans le groupe de toute façon !

MASTODON en 2014, c’est quoi ?
(Sur un ton enjoué) Nous sommes contents à l’idée de tourner, d’avoir écrit ces nouvelles chansons. Nous avons pas mal répété. Le moral est bon. Le camp MASTODON  a été capable d’écrire ces nouvelles chansons et nous allons vous les jouer bientôt.
 

"J’étais dans un bon état d’esprit lorsque je l’ai composée." - Bill Kelliher


« High Road » est votre premier single. Peux-tu nous en parler ?
Nous étions en tournée. Day off, j’étais dans ma chambre d’hôtel au Luxembourg, en train de jouer de la guitare, un modèle ESP James Hetfield. J’ai écrit la majorité de cette chanson, enregistré avec ProTools, utilisé un programme de batterie derrière. Quand nous sommes rentrés de tournée, j’avais écrit 10 voire 15 chansons. J’ai joué celle-ci aux gars du groupe. Brann a écrit les lyrics. Les couplets et le refrain sont rapidement nés. Ca sonnait gros et poppy. C’est la première chanson que nous avons bossée pour le nouvel album. En l’écoutant, cela m’a éclairé sur ce que pourrait être notre future production musicale. En entendant les parties vocales, je me suis dit « Ok, voilà la direction que nous allons prendre ». Le milieu de la chanson est constitué d’harmonies  de guitares à la THIN LIZZY ou IRON MAIDEN. Ces groupes m’ont influencé de toute façon.

Peux tu nous parler de « Motherload » ?
C’est une autre chanson que j’ai écrite durant une tournée européenne. Le riff principal sonne comme du QUEEN OF THE STONE AGE. J’étais dans un bon état d’esprit lorsque je l’ai composée. Il y a un côté swing très positif. C’est la seconde chanson que nous avons travaillée tous ensemble pour ce nouvel album. Nous allons la jouer live. Nous avons hâte de vous jouer ce titre catchy rock’n roll.

Qui est « Aunt Lisa » ?
(Rires. Il ne s’attend pas à cette question). C’est une proche de l’un de nous quatre qui est malheureusement décédée l’année dernière. C’est une sorte d’ode pour elle. Elle était très proche de nous. C’était une vraie Lady Rock’n roll. Elle a vécu une sacrée vie ! On voulait lui chanter cette chanson.

Que représente pour toi « Halloween » ? 
Halloween ? Je ne sais pas trop ! C’est un texte de Brent Hinds (guitares/chant). Il est fan d’Halloween, des déguisements. Quand le groupe a débuté, il nous disait : « faisons un gig déguisé à Halloween ». Il aime vraiment çà (rires).

Quels sont les 3 meilleurs souvenirs de ta carrière, même si tu dois en avoir plus que ça ?
Notre premier concert avec IRON MAIDEN, puis notre tournée avec METALLICA. C’était vraiment important pour moi. J’ai grandi en écoutant METALLICA. C’est ce qui m’a donné envie de jouer. J’ai été inspiré par James Hetfield et Kirk Hammett. Quand j’ai rencontré ces personnes, mes héros, c’était vraiment super ! Enfin, être nominé à 2 reprises pour les Grammys, c’était vraiment cool.

Où trouves-tu toute cette énergie en tant que musicien ?
J’essaie de me reposer le plus possible au fur et à mesure que je prends de l’âge. C’est vraiment important. Je fais un peu de sport, du jogging 2 à 3 fois par semaine. Je fais surtout ça pendant les tournées. C’est un peu difficile par moment. On essaie de moins faire la fête, de se coucher moins tard. On se concentre surtout sur la musique et ce que l’on va donner aux fans !

© Hard Force / Christophe Claude - DR

 

"A chaque fois que j’écoute SLAYER, je ne peux pas m’empêcher de faire du Air Guitar ou du Air Drums" - Bill Kelliher


Vous serez en concert en France avec SLAYER et GHOST début juillet au Zénith (l’interview se déroule en juin). Que penses-tu de ces groupes ?
SLAYER, je les aime. J’ai grandi avec eux. J’apprécie la paire feu Jeff Hanneman/Kerry King, leurs jeux démoniques de guitares ! A chaque fois que je les écoute, je ne peux pas m’empêcher de faire du Air Guitar ou du Air Drums (rires). Leur musique est intemporelle. GHOST, ce sont nos potes. On a tourné avec eux aux USA. Ils sont super sympas. Leur musique est vraiment intéressante. Cela me rappelle vraiment BLUE OYSTER CULT et KING DIAMOND, ce genre de style, tu vois ? Vraiment cool. C’est très pop par moment mais je les adore !

Quels sont les 3 groupes actuels que tu apprécies ?
GOJIRA, ce groupe français, les Norvégiens KVELERTAK et RED FANG. C’est vraiment mon top 3 du moment. (MASTODON  a tourné avec les 2 premiers groupes au printemps dernier aux USA)

Pour finir, as-tu un message pour tes fans français ?
(En français) Euh ! Ca va ? (rires). (En anglais) On a hâte de venir en France. On aime votre pays, votre nourriture. Il y a vraiment des gens sympas que l’on a envie de revoir. On va vous jouer du bon heavy rock’n roll. On est heureux de la sortie de notre nouveau disque. On espère qu’il vous plaira ! Merci beaucoup (en français à nouveau).

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK