partager

THE HOLY GIFT • Tout pour la musique... Interview Stéphane Kazadi

par Jérôme Sérignac
0 commentaire
Oct
23
2019


Paraphrasant volontairement le titre d’une chanson de France Gall qui résume bien je trouve ce qu’est ce film, je dois avouer que c’est par un heureux hasard que j’ai eu connaissance qu’un film basé autour de l’univers du groupe TOOL et intitulé The Holy Gift s’apprêtait à voir le jour, je dirais même à littéralement nous éclairer dans une salle obscure. Projet mené sur les seules épaules du réalisateur Stéphane Kazadi, ce film raconte, en substance, ce que la musique a comme impact émotionnel sur les auditeurs. Pourquoi TOOL ? Tout simplement parce que Stéphane Kazadi est un fan de ce groupe dont la musique est suffisamment atypique et différente de toutes les autres formations qui existent, tous styles confondus, et que cela faisait sens pour choisir un point de départ à ce voyage. Et pourquoi ce nom de The Holy Gift s’interrogeront certaines personnes ? On ne va pas tout faire pour vous alors taper dans un moteur de recherche « TOOL The Holy Gift » et voyez où cela vous emmène… Dans ce film, qui n’est nullement un documentaire sur ce groupe, on part à différents endroits du globe (Etats-Unis, Chili) ) à la rencontre d’artistes, mais pas seulement, car interviennent Patrick Lang, enseignant chercheur en philosophie et musique ou Hervé Platel, Professeur de neuropsychologie, qui décrypte pour nous l’effet de la musique sur le cerveau ainsi qu’une professeure de psychologie, Sandrine Darsel. Grand fan de TOOL, le dessinateur chilien Wladimir Inostroza nous montre, dessins à l’appui, ce que la musique lui apporte dans son quotidien et on part à la rencontre de Grant Standard, sculpteur dans le Dakota du Sud qui « met en forme » dans sa fonderie ce que lui évoque TOOL. Dans le domaine musicale pur, Prabhu Edouard, un joueur de tablas dont on boit les paroles, nous laisse sans voix en nous expliquant le mécanisme vocal de cet instrument quand les membres des groupes de reprises américains SCHISM et LATERALUS eux, témoignent de ce qu’ils ont appris sur eux-mêmes, sur la musique (et sur TOOL bien sûr) en reprenant leurs chansons, les découvrant « de l’intérieur ». La construction et le cheminement que l’on fait durant 1h50 font presque s’arrêter le temps, nous amenant l’air de rien à un autre niveau de conscience de nous-mêmes envers la musique et à nos rapports avec elle. Après cette vidéo qui servait d’introduction à la campagne de financement de ce film, vous pourrez lire un entretien avec le talentueux réalisateur Stéphane Kazadi.



 


Stéphane, peux-tu te présenter à nos lecteurs en nous disant quel est ton parcours, ta formation ?
Je suis monteur image essentiellement sur des fictions télé, séries et téléfilms et sur des documentaires pour les principales chaînes de télé. Je fais ça depuis mes vingt ans après avoir fini mes études dans une école de cinéma à Paris en 1997. Je réalise aussi mais relativement rarement, d’une part parce que mon métier de monteur me prend beaucoup de temps et d’autre part parce que je choisis des sujets on va dire un peu niche, pour exemple le dernier documentaire que j’ai réalisé était une mise en parallèle de la mise en scène de Martin Scorsese dans Taxi Driver et les symptômes médicaux liés à la paranoïa. Comme je suis assez obstiné, tant qu’un projet n’est pas terminé, je ne passe pas à autre chose. Je n’attends pas après la réalisation pour vivre, mon métier de monteur me le permet, donc je reste assez intransigeant sur les partis-pris que je veux pour mes propres films.

Une intégrité professionnelle et un côté opiniâtre dont on te félicite. Mais raconte-nous comment t’es venue l’idée d’écrire ce film ?
Comme je l’explique dans le documentaire, j’ai découvert TOOL en 2001 à la sortie de « Lateralus ». J’ai beaucoup écouté l’album et aussi « Ænima » sans forcément me rendre compte que j’y revenais souvent. Puis un jour, j’ai pris conscience que je revenais sans cesse à cette musique qui me paraissait classe, différente et c’est cette différence qui me posait question. C’est la version live de ''Pushit'' (sur « Salival ») qui m’a fait réaliser que la musique de TOOL était totalement à part. J’ai alors commencé à écouter en analysant plus profondément les morceaux et l’écriture a débuté. Dès le départ, je voulais me concentrer sur la musique et je savais que le but ne serait pas de rencontrer les membres du groupe, de faire des interviews ou alors de filmer des concerts. L’hagiographie, ce n’est pas trop mon truc. Je n'ai jamais cherché à réaliser un film destiné aux fans du groupe mais au public le plus large possible dès lors qu'il est ouvert à entendre parler de la musique d'une autre façon que celle habituelle qui met en avant la sortie d'un album. Ce qui m'intéresse, c'est ce qu'il se passe une fois que l'album est sorti. Pour moi, un album marque la fin d'un processus émotionnel pour le compositeur et le début d'un parcours émotionnel pour l'auditeur. Et c'est cette émotion sur laquelle j'ai axé mon travail.

Il est vrai que peu de personnes notent cette transition de sentiments et de ressentis, de cheminements différents mais pourtant complémentaires entre l’artiste et son public, pris que l’on est dans notre société actuelle de traiter l’information dans l’urgence. Autre sujet, il est important pour les lecteurs de savoir que tu as tout recommencé il y a huit ans. As-tu simplement pensé à abandonner ?
Ça m’a pris entre deux et trois ans pour savoir sous quelle forme je voulais réaliser le film. La première version du scénario dont j’étais satisfait doit remonter à l’été 2007 dans mes souvenirs. En fait, j’ai tout repris en novembre 2017, tout depuis le début en retournant voir certaines personnes que j’avais déjà filmées et des nouvelles que j’ai rencontrées depuis ce « nouveau » tournage. Durant ces quatorze années, j’ai mis le projet de côté, l’ai repris, remis de côté etc. J’ai eu des moments où je pensais que le film serait simple à faire et d’autres moments où je me rendais compte que tout ne serait pas si simple que ça ! Il y a eu une grosse période de tournage en 2013, surtout aux Etats-Unis mais deux ans après, faute de moyens et de producteur qui suivait bien le projet, et surtout moralement épuisé, j’ai laissé tomber. Pas mal de gens avaient participé au crowdfunding, j’ai voulu les rembourser mais aucun d’entre eux ne l’a voulu. C’est donc en 2017 qu’une nouvelle motivation est née suite à une « soirée TOOL » organisée par Christophe Muller (qui a écrit Reflets et métamorphoses, un livre sur TOOL) et un journaliste, Antoine Duprez. Certaines images et repérages du film y étaient présentés, les réactions des gens présents ainsi que certaines rencontres, pendant et par la suite, m’ont remotivé.
Le film a changé en quatorze ans. Parce que j’ai évolué, parce que les études sur la musique ont elles aussi évolué et parce que la reconnaissance de TOOL en tant que groupe important existe plus aujourd’hui qu’en 2005, et pas uniquement dans le microcosme d’un certain milieu, la couverture presse de la sortie du dernier album le prouve. J’ai adapté les choses. Et, ce n’est pas négligeable, faire un film tout seul alors qu’on l’a écrit pour le tourner avec une équipe de quatre ou cinq personnes, ce n’est pas le même défi. Mais quoiqu’il en soit, je suis très content et fier du résultat et c’est la version de 2019. Elle aurait été différente en 2010, 2015 ou encore 2022. Il y a un moment où il faut savoir mettre un point final… et ça, ce n’est pas mon fort !

Est-ce que tu as contacté des chaînes telle Arte ou même d’autres à l’étranger, afin d’envisager une diffusion sur petit écran ?
Ça oui ! En 2010, j’ai reçu une aide du Programme Européen Media qui est une aide, probablement la plus complexe à obtenir, lorsque l’on prépare un documentaire. Ça a été un véritable booster pour moi, je pensais que les choses découleraient d’elles-mêmes derrière mais les chaînes ou le CNC n’étaient pas intéressés, l’argument principal étant que TOOL n’était pas un groupe connu et que mon approche était trop… décalée. Elles attendaient des rencontres avec le groupe, quelque chose de plus convenu pour ainsi dire. Ce que je peux comprendre en fait mais ça ne m’intéresse pas en tant que réalisateur.
Après c’est un milieu dans lequel j’évolue depuis toujours. Je connais un peu les codes, ce que les chaines veulent, ce qu’elles disent vouloir et c’est assez évident que le projet ne pouvait entrer dans des cases de diffusion dont les lignes éditoriales sont assez prédéfinies et peu malléables. Ce n’est pas spécialement une critique, la télé est un vecteur de diffusion, j’ai pensé le film pour une diffusion au cinéma et j’espère qu’il y vivra une partie de sa vie. C’est assez simple pour qu’un film soit vu en 2019, grâce au streaming, mais ce n’est pas ma volonté. J’aimerais pouvoir avoir des discussions, des débats avec les spectateurs et les festivals sont le meilleur moyen pour ça. En espérant que le film soit sélectionné bien sûr.
Une fois tout ça passé, une diffusion télé serait peut-être envisageable, un film qui a vécu un parcours de festivals n’est pas abordé de la même façon par une chaîne qu’un film qui est directement destiné à une diffusion télé. Mais encore une fois, ce n'est pas moi qui vais décider.

Comme on dit, c’est tout le mal qu’on lui souhaite ! Ce film a comme fil conducteur le groupe TOOL mais n’est d’aucune manière un documentaire sur eux comme tu l’as précisé. Que représente la musique pour toi ? La leur, mais aussi et surtout, en général ?
Comme beaucoup, la musique m’accompagne au quotidien. Je joue de la guitare mais uniquement pour l’aspect détente, je ne sais pas composer mais ce n’est ni une volonté ni une frustration. J’ai fait aussi du piano plus jeune. Pour moi, il est essentiel de pratiquer un instrument, même à un tout petit niveau, peu importe lequel. Ca sonne un peu cliché mais la musique est un langage assez universel – je l’ai bien observé en faisant ce tournage – et c’est dommage de passer à côté.
La musique de TOOL quant à elle est importante parce qu’elle m’a ouvert à beaucoup de questions et pas uniquement sur la musique, c’est ce que j’ai essayé de communiquer dans le film. Les rencontres que j’ai pu faire grâce à leur musique resteront marquantes, certains des intervenants sont devenus des amis avec le temps. Ce que j’aime avec la musique c’est qu’elle reste souvent mystérieuse, peu analysable de façon simple : il n’y a pas de formule magique. De par ma formation et mon métier, je trouve que c’est beaucoup plus simple de comprendre le fonctionnement d’un film, d’analyser pourquoi ça marche ou pas. A force de passer des heures devant des rushes, on comprend l’essence de certaines choses.
Il y a un rapport d’addiction à la musique qui n’existe dans aucun autre art pour moi. Je connais des morceaux de musique par cœur, je peux les jouer dans ma tête à la mesure près mais j’ai pourtant besoin de les écouter en vrai. Ce lien physique de quelque chose qui n’est pas palpable me fascine. Il y a des films que j’adore, mais je ne pourrai pas regarder le même film, ou alors la même scène d’un film tous les jours. Ceci dit, c’est ce que je fais quand j’en monte un ! Alors qu’avec un morceau de musique, oui.
 


 


As-tu pu contacter le groupe afin de leur faire part de ton entreprise et si oui, quel retour en as-tu eu ? Leur as-tu déjà fait parvenir une copie traduite ?
J’ai contacté l’agent du groupe il y a une dizaine d’années maintenant afin d’expliquer le principe du projet. C’est toujours assez compliqué d’avoir des retours via les canaux officiels. Mais après toutes ces années de travail sur le film, j’ai rencontré des proches – très proches – du groupe qui leur ont parlé du projet. Après, concernant un retour de leur part, je n’en ai pas eu et je t’avoue que tant que le film n’était pas terminé, ça ne faisait pas partie de mes priorités. Maintenant que le film est bouclé, c’est autre chose, je sais de quelle manière être certain qu’ils aient une copie mais avant je dois faire le sous-titrage anglais des parties française et chilienne. J’ai terminé la version du film que tu as vu seulement trois jours avant la projection et je n’ai donc pas eu le temps de m’y consacrer. Cette projection m'a d'ailleurs permis de voir – enfin ! – le film sur grand écran et, derrière, de réajuster des choses à droite à gauche, des choses que tu ne vois qu’avec le recul. Mais ça, c'est un processus habituel dans un film.

TOOL vient de sortir son nouvel album, « Fear Inoculum », après treize ans d’absence discographique. On sait qu’il faut un temps considérable pour tenter d’assimiler la somme d’informations contenues dans leurs disques mais presque à brûle pourpoint, qu’en penses-tu après, j’imagine, quelques écoutes ?
Eh bien, j’étais tellement pris par la finalisation du film depuis des mois et surtout les dernières semaines avant la projection que je n’ai finalement pas beaucoup écouté l’album. C’est compliqué en fin de projet artistique de pouvoir s’ouvrir et je vais avoir besoin de quelque temps pour passer vraiment à autre chose et bien écouter l’album. Le seul morceau que j’écoute pour le moment est ''Descending'' auquel je n’avais pas trop accroché à la première écoute lors du concert au Hellfest mais plus je l’écoute, plus je me dis que ce morceau restera comme important dans la discographie de TOOL. D’autant plus depuis que je commence à le jouer à la guitare. Mais comme j’ai dit, je pense que je n’aurai un réel avis sur l’album que dans quelques mois.

Je suis complètement d’accord avec toi sur ce choix de morceau bien que pour ma part, j’ai accroché sur ce titre dès la première écoute, au Hellfest également.
Du côté des "people" qui sont fans du groupe, lors de l’annonce de la sortie de leur nouvel album, l’humoriste Jean-Yves Lafesse a partagé son enthousiame sur Facebook et l’on peut voir dans le film l’écrivaine Amélie Nothomb, qui  se déclare fan elle aussi, souhaitant même que le morceau ''Lateralus'' soit joué lors de son enterrement. Comment s’est faite la rencontre et a-t-elle été enthousiaste de suite à l’idée d’y participer ? On l’imagine, elle qui était présente à la présentation du film le 12 octobre dernier à Paris.

Jean-Yves Lafesse, que j’ai contacté, ne pouvait pas venir à la projection malheureusement. J’avais lu dans un article qu’Amélie Nothomb était fan du groupe. J’ai simplement contacté son agent en expliquant le projet et en lui envoyant un extrait du film, en l’occurrence la séquence du piano, et le lendemain j’ai eu un appel et la rencontre pour l'interview s’est faite assez rapidement. C’était en 2012. Amélie m’a dit qu’elle avait vraiment aimé le film, qu’elle trouvait formidable cette façon d’aborder la musique du groupe. Ça fait plaisir !


On souhaite à ce film passionnant qu’est The Holy Gift, une belle poursuite partout où il pourra être montré et qu’il fasse s’interroger tous ceux qui le regarderont sur leur rapport à la musique, que l’on soit un fan de TOOL ou non.
 

en savoir plus sur…

partager

0 Commentaire


Connectez-vous pour réagir à cet article

Si vous souhaitez commenter cet article sur HARDFORCE.FR, vous devez être connecté au site, avec ou sans compte Facebook. Vous pouvez librement donner votre opinion personnelle qui n'engage que vous et en rien le site HARDFORCE.FR, ses auteurs, administrateurs ou webmaster. HARDFORCE.FR se réserve évidemment le droit de modération et de suppression des propos qui ne relèveraient pas de ce domaine (politique, propagande, incitation à la haine, etc...) ou seraient agressifs, obcènes, offensants, extrémistes, racistes ou antisémites, homophobes, sexistes, violents ou menaçants... la liste est longue, n'en rajoutez pas !
De même, HARDFORCE.FR est un site à vocation musicale, nous sommes ici entre passionnés. Tout comportement jugé inapproprié black-listera le membre définitivement.

partager