14 novembre 2019, 23:50

KLONE

@ Dunkerque (4 Ecluses)


C'est dans l'extrème nord de la France que nous nous retrouvons ce 14 novembre 2019. Si la ville de Dunkerque semble bien désertique pour un jeudi soir, c'est peut-être aussi à cause de KLONE qui, retranché dans l'ancienne poudrière des 4 Ecluses, est venu pour y mettre le feu. Ces activistes poitevins du rock et metal progressif ne sont pourtant pas connus pour être particulièrement hargneux. Néanmoins, après deux années à écumer les routes en formule acoustique, nous avions senti une forme de frustration chez Yann, comme une volonté d'en découdre, malgré un certain stoïcisme affiché sur scène. Prenant notre courage à deux mains, nous décidons donc de nous rendre sur place afin de mieux comprendre le sens de ce qu'ils revendiquent avec « Le Grand Voyage ».

Les négociations qui devaient commencer à 20h30 arrivent enfin avec un quart d'heure de retard, ce qui n'est guère agréable compte tenu que nous sommes en semaine et que trois groupes sont à l'affiche. Ce sont donc les locaux KILL ME THIS MONDAY qui débutent pour un set de 45 minutes. Bien qu'ils jouent à la maison devant leur public, c'est bien timidement qu'ils commencent. Difficile dans ces conditions de convaincre le public. Ils obtiennent toutefois un succès d'estime des quelques personnes qui les connaissent.

Le temps de discuter autour d'un verre, ce sont les Manceaux SHUFFLE qui prennent le relais. D'entrée, on sent le groupe plus aguerri à l'exercice de la scène. Leur set est globalement plus percutant et convainquant, même si toutefois, son organisation perd en énergie au fur et à mesure de son avancement. Si le chanteur/guitariste reste assez logiquement statique derrière son micro, les autres musiciens font le show. Le groupe réussit néanmoins à convaincre une partie du public et termine sur une note plus énergique avec l'organisation d'un wall of death aussi inattendu que décalé, jeu auquel une bonne partie du public se prêtera, preuve de son adhésion.

Il est déjà bien tard lorsque KLONE décide de sortir de son retranchement. Malgré le tonnerre qui gronde, le soleil de minuit fait son apparition entre deux couches nuageuses. C'est une ovation qui sonne comme une libération pour accueillir l'arrivée des cinq Poitevins sur les planches. C'est parti pour un peu plus d'une heure au cours de laquelle ils vont nous marteler avec force un show déjà bien rodé où s’entremêlent à la perfection le passé et le présent.
C'est d'ailleurs avec les deux nouveaux propulseurs électriques que sont "Yonder" et "The Great Oblivion" que les cinq compères nous emmènent dans leur grand voyage. D'emblée, nous sommes emportés par une tornade dont l'épicentre n'est autre que ces cinq musiciens survoltés, comme si ces trois années acoustiques avaient été une retraite forcée faite de frustrations. Ceux qui les connaissent savent qu'il n'en est rien et que cette période fût une retraite introspective salutaire qui aura permis de mûrir et d'acquérir la maturité nécessaire au « Grand Voyage » dont nous découvrons avec délectation la première étape.

Le temps de redécouvrir en électrique le familier "Rocket Queen" qui nous envoie flotter dans la stratosphère, c'est avec l'émotionnel "Breach" que nous nous laissons transporter dans l’œil de la tornade. Le temps semble suspendu. Hermétiquement enfermé dans la poudrière nous nous laissons glisser dans le vide sidéral avec "Sealed", troisième extrait de nouvel album et "Into The Void". Bien que la scène ne se prête guère à la prestation scénique, les musiciens réussissent à repousser les murs en faisant monter la pression dans la salle qui frôle le sold-out. Avec "Give Up The Rest" Yann nous fait comprendre que l'heure n'est pas au repos, pour nous comme pour lui, car la distorsion de l'espace temps nous renvoie directement au début de la décennie lorsque KLONE évoluait au gré des saisons brumeuses à la recherche de sa voie. "Immersion" nous permet de replonger dans des sonorités plus familières tout comme "Nebulous" avant de nous emmener en douceur vers la fin d'une heure de musique nous faisant oublier l'heure tardive.
"Silver Gate", dernier extrait du « Grand Voyage » est une belle façon de terminer cette première excursion vers de nouveaux horizons. Comme grisé par le syndrome de Stockholm qui s'est emparé de lui, le public réclame avec détermination un rappel, qu'il obtient. Dans leur grande mansuétude, les ravisseurs annoncent à leurs otages que la libération est proche par un retour à l'acoustique avec "Grim Dance" avant de clôturer cette superbe performance par la reprise de Björk "Army Of Me".

Si de nombreux otages se sont empressés de reprendre le cours de leur existence, nombreux aussi sont ceux qui s'attardent au stand de merchandising afin d'acquérir l'histoire dédicacée de ce magnifique et inoubliable « Grand Voyage » et d'en profiter pour partager ces derniers instants avec un groupe aussi disponible que talentueux.
C'est donc ravis que nous quittons l’extrême nord de l'hexagone pour reprendre le cours de nos vies avec l'impatience de revivre l'expérience.


Photos © Axelle Quétier / Benjamin Delacoux - Savigny-le-Temple 2019


Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK