7 juin 2020, 23:59

STEEL PANTHER

• Concert To Save The World (Live-Stream Report)


STEEL PANTHER a fait le show dimanche 7 juin dernier à 23h (heure française). Le but des musiciens : sauver le monde en souffrance pandémique ! A Los Angeles, ils nous ont donc fait rocker, grâce à cinq caméras, avec des lights, des hits, des cheveux dans le vent et même un invité surprise !

Comme à leur habitude, ils étaient en forme, ont beaucoup parlé de sexe, de drogues, de rock 'n' roll, de boobs, de fesses... Satchel avait une nouvelle coupe de cheveux, plus permanentée, Stixx était plus blond, Michael Starr, avec ses nouveaux tattoos, avait encore plus l’ADN de David Lee Roth et Lexxi se maquillait et se laquait les cheveux toujours autant !

La set-list a emprunté à tous les albums du groupe. "Eyes Of A Panther" et son gros riff plante le décor heavy, suivi du très hair metal "Party Like Tomorrow…", un vrai hymne à la fiesta sex, drugs & rock 'n' roll ! Pour rester dans la thématique, un petit titre narcissique "All I Wanna Do is Fuck (Myself Tonight)" issu du dernier album en date « Heavy Metal Rules ».
Alors, ça vanne dans tous les sens ! La sexualité de Lexxi est abordée en détails. Dès que quelqu’un dit « wait ! », Lexxi chante la chanson de WHITE LION ! Un super moment fun vu de chez soi dans le monde ce soir là. Le ticket était à 15 dollars pour ce concert sur le site officiel du groupe. Une partie des recettes est reversée au fond d’aide de Live Nation pour ses équipes (Crew Nation) et pour une association de défense aux animaux. Starr enfile une cape rose et le groupe envoie l’hymne anti grossophobe "Fat Girl". Le groupe s’éclate. Lexxi critique, au passage, la permanente de Satchel. On continue dans l’ambiance festive avec "Party All Day", Michael Starr prend une caméra et se filme en mode POV. Satchel s’effondre à la fin de la chanson. Starr lui file une cannette Monster (le concert est sponsorisé par la marque). Satchel trouve ça mieux que de la cocaïne et retrouve la forme.

Je ne vous l’ai pas dit mais pendant tout le concert, il y a des faux applaudissements qui varient de l’ambiance salle de taille variable au stade. Il y a aussi une ambiance bruits du désert et de criquets par moment pour certaines vannes. Un vrai Comedy Rock Club !  Stixx passe derrière un clavier rouge en avant de la scène, Satchel prend une Ovation acoustique rougeâtre pour "I Ain’t Buyin’", une ballade du dernier album. Les STEEL PANTHER désignent ensuite les gagnants de leur grand concours. Un roadie leur amène les noms des chanceux dans une enveloppe. Il y aura donc un énorme poste radio gagné, annoncé par Stixx, un skateboard annoncé par Lexxi, une guitare Flying V annoncée par Satchel, et la dernière pédale pour guitare en édition limitée, "Butthole Burner", créée par Satchel, annoncée par Starr. Faux applaudissements !

Le groupe enchaîne sur "Weenie Ride". Starr dédicace le concert au Crew Nation. Première surprise de la soirée. Les PANTHER teasent un invité spécial : David Lee Roth ? Non ! Chris Kael ? Non !  Satchel donne des indices ! QUIET RIOT ? Oui, il y a joué ! C’est Rudy Sarzo, l’idole de Lexxi, qui est invité et vient jouer de la basse sur le titre "Wrong Side Of The Tracks" issu de l’album « Lower The Bar ». Lexxi danse pendant la chanson. Le micro de Starr semble cassé à la fin du titre, un roadie vient chercher Michael. Le groupe l’insulte et rappelle le CV de Sarzo ! « Il a joué avec Ozzy » dit Satchel en criant ! Le riff de "Crazy Train" est balancé. Starr revient déguisé en Ozzy, Lexxi fait les chœurs, Sarzo envoie grave ! Après la chanson, Starr est de retour en disant que c’était lui déguisé en Ozzy mais le groupe ne le croit pas ! Starr fait une pause en évoquant l’association pour les animaux Heaven On  Earth à qui ils vont reverser une partie des gains de ce soir ! Applaudissements comme dans les salles au Japon « Tokyo Rules » dit Satchel. Les PANTHER envoient "Asian Hooker". Satchel reprend son Ovation électro-acoustique pour interpréter leur hymne phallique "Community Property". Un de leur potes vient sur scène et Satchel balance le riff de "Highway To Hell" que le groupe reprend. Leur invité chante (faux) le refrain avec eux.

Le temps passe, on ne s’ennuie pas une seconde. Un petit "Death To All But Metal". Le groupe est acclamé par le faux public. Les STEEL PANTHER quittent la scène, accompagnés des lampes de leur roadies, et gagnent de faux backstage. Une foule samplée les rappelle ! Ils reviennent. Michael Starr dédicace ce concert à un lieu où il va tout le temps : le "Glory Hole". Super moment en live-streaming en cette période inédite de notre vie ! C’était heavy, c’était Hairy, c’était Glam !
 

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK