17 septembre 2014, 16:32

SLIPKNOT

Corey Taylor parle de Joey Jordison et du nouvel album

Récemment interrogé par WAAF et Metal Hammer, Corey Taylor a abordé de nombreux sujets concernant le nouvel album de SLIPKNOT, et à propos de Joey Jordison, l'ancien batteur du groupe débarqué en décembre 2013 :
"C'était une décision très difficile, mais c'est pour le mieux, le groupe est très heureux d'aller de l'avant malgré ça. Je ne peux pas trop en parler, car nous sommes actuellement en train de faire ce qu'il faut d'un point de vue légal concernant cette situation (ndlr : Jordison doit toucher des royalties). Mais, ce que je peux dire, c'est que quand une personne va dans une direction et l'autre dans une autre, ça ne peut plus marcher, et tu te dois d'aller dans la direction qui te convient le mieux. Ça reste quand même une décision très difficile. Nous sommes tous heureux maintenant et nous espérons qu'il l'est aussi. Je le connais depuis 1991, et c'était avant que nous ne rejoignons des groupes pour jouer, Joey est un mec très talentueux. Il se trouve juste à un moment de sa vie où ne nous sommes pas, et je le dis de manière très sympathique.".

Le journaliste renchérit en demandant si le renvoi de Jordison est lié à une quelconque addiction :
"Je vous ai déjà tout dit. Je n'ai pas parlé à Joey depuis pas mal de temps. Ce qui se passe, c'est à cause de nos différences, ce n'est pas parce que je ne l'aime pas ou qu'il ne me manque pas. C'est vraiment une situation difficile, nous parlons tout le temps de lui, mais d'un côté, c'est le Joey actuel qui nous manque ou l'ancien Joey ? Voilà ou on en est, et c'est une putain de honte."

Corey s'est aussi récemment exprimé, comme nous vous le disions, à propos du nouvel album et de son étroit et évident lien avec Paul Gray, l'ancien bassiste du groupe décédé en 2010 :
"Les paroles de "5 : The Gray Chapter" traitent de beaucoup d'émotions, du déni et de l'acceptation. D'un point de vue strictement lié aux paroles, je savais que beaucoup de chansons parleraient de Paul. Il nous manque et nous l'aimons, mais je savais pertinemment que si nous voulions en parler, il fallait partir sur un point de vue très émotionnel, et qu'il nous faudrait faire face aux sentiments qui ont été les nôtres ces quatres dernières années, comme la culpabilité ou la colère. Il y a une progression naturelle qui se fait avant d'arriver à l'état d'acceptance, et il n'y a aucun coach qui t'apportera une recette miracle, ce chemin vers l'acceptance dépend de l'être humain. De plus, nous en tant que groupe n'en avons pas parlé avant notre entrée en studio. Quand nous étions en tournée, la première sans Paul, on baissait la tête et on avançait, en se contentant d'être là les uns pour les autres. Après, nous n'en avons pas parlé avant que les autres voient ce que j'avais écris. Nous ne parlions pas de ce que nous traversions tous individuellement avant ce jour précis de l'entrée en studio. Mais quand nous nous sommes ouverts à la discussion, faire de la musique ne nous effrayait plus, car nous savions que nous nous soutenions tous. Certaines chansons du nouvel album parlent de ce sujet, car beaucoup de titres ont été écrits en studio. Il y a beaucoup de douleur, mais en même temps c'est à cause de ce manège à sensations fortes que représentait l'émotion d'avoir perdu Paul, et c'est ça que tu cherches, cette main à laquelle t'accrocher, jusqu'au moment ou tu te résignes, que tu n'essaies pas de te raccrocher à quelque chose, et que tu te contentes de ressentir. C'est ça 5 : The Gray Chapter."

Blogger : Jimmy Jetsam
Au sujet de l'auteur
Jimmy Jetsam
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK