5 février 2015, 19:09

Barney (NAPALM DEATH) contre la peine de mort !

Il écrit au "président métalleux" de l'Indonésie

Pour la deuxième fois en quelques jours, Mark "Barney" Greenway vient d'adresser une lettre au président de la République d'Indonésie pour lui demander d’épargner la vie : celle d’une Britannique condamnée à mort à Bali pour trafic de drogue.

La semaine dernière, il avait déjà sollicité le président Joko Widodo au sujet de deux jeunes australiens qui encourent également la peine capitale, pour des faits comparables.

Rappelons que lors de son élection, en juillet 2014, Widodo avait largement été présenté comme un fan de metal, par exemple dans l’excellent article que vous trouverez ici (où vous verrez également la photo du chef d’Etat en question, avec un très joli t-shirt).

Au moment où certains voudraient rouvrir le débat sur la peine de mort, sous nos contrées libres et démocratiques, Barney n’a donc pas besoin de se présenter sur scène pour bien remettre les idées en place à ceux qui en auraient besoin.
Voici une traduction de la seconde lettre qu’il a adressée au président Widodo, telle que publiée par The Independant, le 3 février à Londres.

"Cher Monsieur Widodo,

Je vous écris de nouveau dans un appel à la clémence et à la retenue, cette fois concernant le cas de Lindsay Sandiford, une détenue du Royaume-Uni qui semble confrontée à la perspective d’une exécution imminente sous prétexte de trafic de cocaïne.
Ma requête pour une perspective réfléchie et humaine s’étend à tous les prisonniers, mais pour ce qui concerne le cas particulier de Lindsay Sandiford, il semble bien qu’elle était contrainte de transporter de la drogue, par des menaces qui pesaient sur sa famille si elle avait refusé.
De manière générale, il est arrivé un nombre incalculable d’erreurs judiciaires et de punitions excessives, dans le cours de l’histoire, mais si elle encourt la peine de mort, je suggèrerais que quelqu’un qui n’avait potentiellement aucun autre choix que de se plier à une menace telle mérite une écoute approfondie et une protection vis-à-vis de la punition suprême.
A ce stade, Lindsay Sandiford n’a apparemment pas bénéficié des ressources légales lui permettant de faire valoir son cas, alors régler ce cas de la manière la plus cruelle signifierait agir sur la base d’une connaissance partielle des faits, et non selon quelque forme de justice que je puisse comprendre.
Pour la deuxième fois, Monsieur Widodo, je vous demande de vous élever au-dessus du niveau de tous les puissants qui font semblant de faire des changements pour le meilleur. A mes yeux, la promesse contenue dans votre programme électoral d’une progression vers une structure civique plus égalitaire implique une protection à tous égards – et la peine capitale ne peut que constituer un recul de ce point de vue.
Je vous demande de conserver ces promesses à l’esprit, au premier plan, et de vous pencher urgemment sur le plaidoyer de Lindsay Sandiford.

Dans la paix et l’espoir, comme toujours.

Mark Barney Greenway (Napalm Death)"

Le président Widodo n'a encore répondu à aucune des sollicitations de Barney.

Blogger : Naiko J. Franklin
Au sujet de l'auteur
Naiko J. Franklin
Naiko est né à une époque où DEEP PURPLE chantait « Mistreated » et BLACK SABBATH, « Sabbra Cadabra ». Ses biberons étaient dopés au PINK FLOYD, au LED ZEPPELIN, voire URIAH HEEP. Pourtant, c’est à Londres, au début des années 90, que s’est nouée sa véritable rencontre avec le metal, autour de groupes comme KORN, TYPE O NEGATIVE, MOONSPELL, MY DYING BRIDE ou CRADLE OF FILTH. C’est toujours à Londres, à la même époque, qu’il prit une petite part au lancement du mythique Big Cheese, aux côtés d’Eugene – qui dirige toujours le magazine. Après bien des détours, à la fin de 2011, lorsqu’il fut lassé du conflit israélo-palestinien, de la politique française, des femmes à poil et même des chiens écrasés, HARD FORCE lui permit enfin de renouer avec sa passion profonde.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK