8 avril 2016, 14:21

OBSCURA

"Akróasis"

Album : Akróasis

OBSCURA ou la technicité allemande. Ici, point d’approximation. Tout est rigueur et précision germanique. Mais en subtilité et en nuances tout de même. J’étais dubitative quant à ma capacité d’adaptation au style death metal technique d’OBSCURA mais je me suis vite laissée happée par la beauté des 8 titres de ce nouvel album, plus progressif que les précédents et plus expérimental. Mais revenons d’abord sur le contexte. Depuis 2011 et la sortie d’« Omnivium », le groupe a connu quelques remaniements de line-up. En effet, après le départ de son bassiste, ce sont Hannes Grossmann et Christian Muenzner qui ont été remplacés par Rafael Trujillo et Sebastian Lanser, respectivement à la guitare et à la batterie en 2014. Ce qui a forcément influencé la composition du nouvel album, sorti cette année, « Akróasis » chez Relapse Records.

OBSCURA fait donc ici preuve de toute la complexité dont il est capable, tant dans le concept que dans sa musique. Mais il garde, et amplifie même, le côté mélodique car l’intérêt de ce style de metal est d’accrocher et surtout de garder l’auditeur, qui peut vite se perdre dans les méandres des riffs et des variations rythmiques. OBSCURA est maître en la matière puisqu’au-delà des riffs rapides et tranchants, on trouve des mélodies appuyées facilement reconnaissables. Pas d’obscurantisme, juste du death metal élaboré et profond. Tout comme le suggère la pochette, on voyage au sein d’un univers infini et tourbillonnant, loin d’être paisible mais plein de belles surprises éblouissantes. Tout est fait pour qu’à l’écoute de l’album, on soit pris dans la spirale du temps et de l’espace :
- les guitares, tantôt lourdes et distordues, avec des harmoniques sonnantes et résonnantes, tantôt des arpèges légers, acoustiques et mélodiques. Le tout d’une grande technique même si elle est moins mise en avant que sur « Cosmogenesis » par exemple,
- la basse fretless, devenue l’arme fatale du style, qui apporte toute la dimension sombre et appuyée des musiques,
- le chant aussi bien growlé que clair et presque susurré et les chœurs sur "Ode To The Sun" par exemple. L’utilisation du vocodeur pour la dimension synthétique et spectrale est de bon aloi et permet une plus grande osmose avec l’univers stellaire et presque onirique d’OBSCURA.

Le dernier morceau, "Weltseele", d’une durée de 15 minutes, clôt l’album avec une fresque fabuleuse de tout ce qu’OBSCURA sait faire. Un must-hear ! Bref, on se balade entre du mid-tempo mélodique et du tapping explosif, entre des blast-beats détonants et des rythmes lourds er progressifs, entre les hurlements et les apaisements vocaux, tout cela sur fond orientalisant à la NILE. Cet album « Akróasis » saura à coup sûr charmer les amateurs du genre et les autres, dont je fais (faisais) partie et démontrera que les Allemands OBSCURA savent résolument se servir de leurs instruments, à bon escient en plus.

Blogger : Aude Paquot
Au sujet de l'auteur
Aude Paquot
Aude Paquot est une fervente adepte du metal depuis le début des années 90, lorsqu'elle était encore... très jeune. Tout a commencé avec BON JOVI, SKID ROW, PEARL JAM ou encore DEF LEPPARD, groupes largement plébiscités par ses amis de l'époque. La découverte s'est rapidement faite passion et ses goûts se sont diversifiés grâce à la presse écrite et déjà HARD FORCE, magazine auquel elle s'abonne afin de ne manquer aucune nouvelle fraîche. SLAYER, METALLICA, GUNS 'N' ROSES, SEPULTURA deviendront alors sa bande son quotidienne, à demeure dans le walkman et imprimés sur le sac d'école. Les concerts s'enchaînent puis les festivals, ses goûts évoluent et c'est sur le metal plus extrême, que se porte son dévolu vers les années 2000 pendant lesquelles elle décide de publier son propre fanzine devenu ensuite The Summoning Webzine. Intégrée à l'équipe d'HARD FORCE en 2017, elle continue donc de soutenir avec plaisir, force et fierté la scène metal en tout genre.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Christophe Scottez
Christophe Scottez
le 08 avr. 2016 à 18:37
Un groupe qui en jette, un album pénétrant...
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK