19 août 2016, 23:06

DELAIN

"Moonbathers"

Album : Moonbathers

Les Hollandais DELAIN sortent leur cinquième album intitulé « Moonbathers » et fêteront bientôt les 10 ans du 1er album « Lucidity » (en septembre). Martijn Westerholt, principal compositeur, clavier du groupe, et Charlotte Wessels, la chanteuse, ont fait de cet album un mixage de musique metal, symphonique, pop, et épique.

L’album s’ouvre sur le titre "Hands Of Gold". Il est doré dans sa production certes, mais heavy et metal. Alissa White-Gluz (ARCH ENEMY) est invitée sur ce titre et sa participation vocale l’optimise. Une belle entrée en matière pour ce qui nous attend par la suite. "The Glory And The Scum" débute sur une intro MAIDENienne et rentre dans le metal symphonique. La voix de Charlotte Wessels est somptueuse, mélodique, cristalline. Le refrain avec ses « Monster » est puissant et envoûtant. Les riffs font headbanguer. Le côté épique est fabuleusement orchestré.
"Suckerpunch" est le titre suivant et qui figurait sur l’EP « Lunar Prelude », sorti le 19 février de cette année, pour lequel une vidéo a été publiée. L’alliance de la voix posée de Charlotte et les chœurs en font un hit, la structure est mid-tempo, commerciale dans son approche "Comédie Musicale Heroic Fantasy". Un très bon choix.  

"The Hurricane" poursuit la quête chevaleresque et a des relents zeppeliniens dans son refrain. Les Hollandais calment le jeu ensuite. "Chrysalis – The Last Breath" est une magnifique ballade où les instruments classiques sont prédominants et la voix de Charlotte sublimée. Un titre classique qui s’intégrerait aisément dans la B.O. d’un film et dans un classement de chansons mainstream. Douceur, mélancolie, émotions positives !

Retour aux affaires avec "Fire With Fire". Enorme bloc metal mélodique sans concession. Le refrain est énormissime. Le couple basse/batterie est militaire et rock. Les guitares sont acérées. Un tube metal ! "Pendulum" est dans le même esprit avec grosses guitares heavy trashy. Le contraste avec les vocaux féminins sont superbes et très mis en avant. C’est catchy et le groupe connaît son job. "Danse Macabre" s’ouvre sur des vocalises appuyées par des sons électro, de grosses guitares et une rythmique tribale. Le refrain est prenant, les mots aussi. L’ambiance est pop à la ABBA et metal à la fois. Le côté symphonique est dosé à parfaite posologie. Cinq minutes de bonheur auditif.

Ensuite, c’est la grosse surprise de l’album. "Scandal", une reprise de QUEEN. C’est un hit propulsé par DELAIN dans son interprétation. Proche de l’originale, il vous fait headbanguer, danser, bouger votre corps. Perfection absolue. Ce scandale s’intègre parfaitement dans le répertoire du groupe. Les arrangements métallisés sont puissants. Cette double pédale parfaitement insérée. Yeah ! Un futur classique sur scène !

"Turn The Lights Out" est mélodico-épique, dans l’esprit de ce que DELAIN sait faire et maîtrise parfaitement. "The Monarch" est un instrumental super symphonique avec une longue introduction et une thématique qui débouchent sur des rythmiques heavy. Des voix multiples de sirènes et déesses chantées apparaissent vers 2'20" pour finalement soutenir le thème central musical de ce titre. The End.

« MoonBathers », à l’artwork néo-romantique magnifique d’une femme tatouée signé Glenn Arthur, est une belle surprise musicale masterisé par Ted Jensen et qui mixe du symphonique avec une solide dose de metal et des feux d’artifice mélodico-pop.
Cet album de DELAIN est pour les amateurs du style musical qu’ils ont forgé mais également pour les fans de musique avec un grand M.

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK