16 août 2016, 19:00

DELAIN

Interview Martijn Westerholt

Martijn Westerholt, clavier, principal compositeur et cofondateur du groupe de metal symphonique DELAIN, s’est entretenu avec nous concernant la sortie de « Moonbathers », le nouvel album, prévu le 26 août chez Napalm Records, ainsi que les autres projets du groupe.
 

Pourquoi avez-vous fait le choix de sortir un EP intitulé « Lunar Prelude » avant votre album ?
Nombreux sont ceux qui voulaient écouter de la nouvelle musique . Nous étions très pris par les concerts sur beaucoup de dates et en même temps, nous ne voulions pas décevoir les fans qui attendaient des nouveaux titres. Nous avons fait le choix de ne pas les faire attendre jusqu’à la sortie de « Moonbathers ». Nous faisons les choses les unes après les autres habituellement. Mais on s’est dit : « Allez, ne décevons personne, mettons des nouvelles chansons sur cet EP. » C’est une sorte de préliminaire pour l’album.

« Moonbathers » est votre cinquième album. Que sous-entend ce titre ?
Charlotte Wessels écrit les paroles et la plupart du temps, elle le fait dans une ambiance particulière. Certains peuvent penser qu’elle a une personnalité dépressive, mais ce n’est absolument pas le cas ! (rires). Elle écrit vraiment en fonction de ses humeurs, de ses émotions, qu’elles soient positives ou négatives. La plupart de ses écrits sont positifs et beaucoup aboutissent en textes de chansons. Concernant le titre de l’album, l'une des meilleures images de la lumière des ténèbres est la lune. Cette thématique nous intéresse, l’album est un peu sombre mais ne va pas jusque dans les ténèbres. Nous aimions ce symbole lunaire mais globalement, il y a beaucoup d’éléments positifs.

Cet album est très varié, éclectique. Il sonne metal, symphonique avec une touche commerciale pop. Peux-tu nous expliquer ce mélange ?
Tu as tout à fait raison ! J’aime le metal, le côté heavy, les gros riffs. J’aime aussi le côté orchestral de la musique et la thématique symphonique. Je ne suis pas fan des compositions complexes ; je préfère les structures couplets/refrain qui sont vraiment très pop dans l’esprit. Il y aussi beaucoup de lignes mélodiques dans le travail vocal. Nous mixons toutes nos influences et cela donne ce résultat qui m’intéresse vraiment.

Comment avez-vous créé cet album ?
Nous avons loué une grosse maison de vacances et nous y sommes restés quelques semaines pour l’écriture à proprement parler. La musique est également née là-bas et je pense que 40 % de ce que nous avions composé sur ces semaines sont sur l’album. Pour « Moonbathers », nous avons vraiment fonctionné différemment à d'habitude dans le processus de création. Nous l’avons fait en trois parties, chose que nous n’avions jamais faite auparavant. Nous avions beaucoup de concerts que nous devions assurer. Nous ne voulions pas sortir précipitamment l’album, donc nous avons été plus flexibles. C’est sûr que tu dépenses un peu plus en location de studio d’enregistrement mais l’avantage, c'est que tu peux revenir sur une chanson que tu as mixée plusieurs semaines auparavant. Tu écoutes, réécoutes, tu vois ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, tu peux changer, corriger. Vraiment, faire l’album par chapitres présente beaucoup d’avantages. J’aimerais reproduire ce principe pour le suivant. C’est vraiment une approche moderne d’écrire et de mixer un titre, puis de passer à un suivant, faire de même, puis l’enregistrer. La flexibilité permet de faire évoluer les choses.
 

« Nous avons reçu un e-mail de Brian May de QUEEN. Il nous a dit apprécier DELAIN et surtout que nous avions son accord pour reprendre "Scandal". » - Martijn Westerholt


Un mot sur l’artwork de « Moonbathers » ?
L’artwork original s’appelle « Hide and Seek », c’est pour cela que le personnage a ses mains devant les yeux. Tu vois aussi qu’il y a des tatouages sur ses mains avec des yeux. Nous sommes de grands fans de Glenn Arthur, nous avons d’ailleurs déjà travaillé à plusieurs reprises avec lui. C’est une vraie association ! Travailler avec un même artiste apporte une identité visuelle reconnaissable pour un groupe ou des artistes. La pochette est très dans l’esprit DELAIN. Certains vont aimer, d’autres vont détester mais les deux me vont ! Nous apprécions l’idée de cette authentification visuelle immédiate.

Il y a une invitée spéciale sur le titre qui ouvre l’album, “Hands Of Gold”. Comment s'est fait ce choix ?
Oui, c’est Alissa White-Gluz, la chanteuse d’ARCH ENEMY. La chanson avait dans sa structure une partie vocale growlée. Nous sommes tous super fans de ses vocalises et nous la connaissons bien maintenant, à force de tourner dans le monde. C’est surtout Charlotte qui la connaît bien, donc c’était plutôt simple pour que sa participation se concrétise.

Peux-tu nous parler de certains titres de l’album ? Certains ont attiré notre attention tout particulièrement.
Bien sûr, avec plaisir.

“Sucker Punch”.
C’est ce dont tu me parlais tout à l’heure, le contraste entre le côté heavy et le côté soft. L’intensité varie. Cette chanson était sur l’EP. Il y a du metal et de l’orchestral dessus et des éléments électro qui donnent cette touche poppy. C’est un très bon ambassadeur musical pour DELAIN et pour l’album également.  

“The Glory And The Scum”
C’est un titre plein de gros riffs de guitares. Il y a ce côté heavy immédiatement reconnaissable, il y a du growl, les vocaux sont catchy. Il y a un côté progressif au milieu du titre. Il y a différentes facettes musicales qui offrent plein de choses à l’auditeur.  

“Fire With Fire”
C’est l’une des chansons les plus rock que nous avons faite. C’est heavy. Nous allons la jouer en live car elle est également facile à chanter. C’est un titre du répertoire du groupe facile à reconnaître.  


Une des grosses surprises de cet album est la reprise de QUEEN, “Scandal”. Allez-vous l’utiliser comme single ? Pourquoi ce choix ?
Je ne sais pas encore pour le single. Nous n’avons pas encore fait notre liste de choix. J’ai toujours apprécié cette chanson mais je n’avais jamais osé reprendre du QUEEN. C’est dangereux, je pense ! Mais en même temps, ce n’est pas une chanson très connue. J’ai donc fait le choix de tenter cette reprise. Les vibes de “Scandal” sont assez comparables avec ce qu’il y a dans DELAIN. J’ai donc décidé de contacter le management de QUEEN pour avoir la permission de le faire. Ils m’ont répondu : « OK, envoyez-nous votre version, nous vous donnerons notre avis. » Je n’avais pas envie que cela se passe comme ça. Cela prend du temps à faire une reprise. Cela coûte de l’argent aussi. Je leur ai dit poliment que je ne le ferais pas finalement. Puis, nous avons reçu un e-mail de Brian May lui-même pour la chanson. Il nous a dit apprécier DELAIN et surtout que nous avions son accord pour reprendre “Scandal”, qu’il nous faisait confiance ! Un super honneur pour nous. Nous en avons donc fait une reprise à la sauce DELAIN sans copier en intégralité l’originale.  

Un titre en français ? “Danse Macabre”.
Juste le titre. C’est une chanson mélancolique. Les vocaux sont assez uniques. Cela donne une autre texture à l’album, c’est lent, mélodieux, harmonieux mais aussi un peu heavy.

 

« Nous allons faire un concert spécial dans une superbe salle d'Amsterdam. » - Martijn Westerholt



Vous avez récemment joué au Hellfest à Clisson. Un souvenir de ce festival ?
C’est la deuxième fois que nous produisons au Hellfest (la première fois, c’était en juin 2010). C’était fantastique. Nous avons joué tôt sur la mainstage et la foule française présente était à fond. C’est une expérience que nous adorons !

Que prévoyez-vous pour le dixième anniversaire de la carrière de DELAIN en décembre prochain ? 
Nous allons faire un concert spécial dans une superbe salle d'Amsterdam (Le Paradiso) et présenter le plus gros show de notre carrière. Nous allons en profiter pour enregistrer un DVD. Nous avons eu beaucoup de demandes du public dans ce sens. Le moment est donc venu de le sortir. Nous aurons de nombreux invités, nous allons jouer des titres jamais interprétés live. Tous les musiciens qui ont compté pour DELAIN nous rejoindront. Il y aura plein d’effets spéciaux et ce sera une énorme fête avec les fans !

Quel est ton coup de cœur musical du moment ?
C’est un groupe canadien appelé THE BIRTHDAY MASSACRE. J’adore ce qu’ils font, ils ne sont pas très connus. J’aime le côté rock, metal, gothique et très électro. Il faut y jeter une oreille.

Qu’apprécies-tu à côté de la musique ?
J’aime voyager, jouer aux jeux vidéo. J’adore skier, je ne peux en faire tout le temps lorsque je suis en tournée, mais j’ai pu faire exception lorsque nous étions au Canada. En France aussi, à la Plagne, et dans les Pyrénées.



Martijn, si tu étais une drogue. Laquelle serais-tu et pourquoi ? (message de prévention : toute consommation présente un risque pour la santé)
Si j’étais sous l’emprise d’une drogue (rires) ?

Non, une drogue ?
Je serais de la marijuana.

Pourquoi ?
Pour le côté relaxant, le bien-être du truc (rires).

Te bats-tu pour certaines causes ?
Non, pas vraiment car je n’ai pas beaucoup de temps. Je suis très occupé par la musique. J’ai une opinion sur ce qui se passe avec le terrorisme, en ce moment, et le mauvais traitement fait par les médias. Il y a trop d’attention focalisée sur les terroristes. Bien évidemment, c’est horrible ce qui se passe dans le monde. Tout est diffusé et rediffusé sans cesse à la TV, c’est ce que ces terroristes attendent. Arrêtons !

Pour terminer, les fans français vont vous retrouver bientôt en concert ?
Je veux remercier tous les fans français de nous écouter, de nous soutenir. Grâce à eux, nous pouvons faire ce que nous faisons. Nous les remercions pour ça. J’ai vraiment hâte de revenir jouer en France. Ce sera en octobre et en novembre lors de notre nouvelle tournée : Paris, Lyon et Toulouse. Vraiment, j’ai hâte ! •


Retrouvez donc DELAIN en compagnie d'EVERGREY et KOBRA AND THE LOTUS en France avec les dates K Productions ci-dessous.


Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK