18 août 2016, 21:04

Steven Tyler

"We’re All Somebody From Somewhere"

Album : We're All Somebody From Somewhere

« Nous sommes tous quelqu’un, de quelque part » est la traduction du titre (psychanalytique positif) de l’album solo du chanteur d’AEROSMITH, Steven Tyler. Il a raison. Même Freud ou Jung l'auraient dit en analyse.

L’esprit du disque est "Country from Nashville" avec un gros soupçon rock et pop. Tyler co-produit son enfant musical avec de grands noms comme T-Bone Burnett et les célèbres hit-makers Dann Huff, Jaren Johnston et Marti Frederiksen. Quinze titres, co-écrits avec des stars de Nashville comme Chris DeStefano, Rhett Akins, the Warren Brothers et Hillary Lindsay, marquent la première escapade solo du chanteur de 68 ans de ses acolytes, Joe Perry (son toxic twin), Brad Whitford, Tom Hamilton et Joey Kramer. Une tournée d’adieu de son groupe historique est prévue pour l’année prochaine.

Prêt pour 55 minutes de Tyler ?

"My Own Worst Enemy" ouvre l’album et le chanteur aligne des mots choisis comme une prière. Steven Tyler brille dans son registre. Cette ballade acoustique aurait très bien pu figurer sur le dernier album d’AEROSMITH « Music From Another Dimension ». "We’re All Somebody From Somewhere", titre de l’album, est un peu plus rock où Hollywood rencontrerait la New Orleans avec des sonorités Tyleriennes à la "Rag Doll" de l’album « Permanent Vacation ». "Hold On" sonne comme de la musique seventies mélangeant du Lenny Kravitz, du SLY AND THE STONE FAMILY avec du hard rock pop. La voix de Tyler est un peu trafiquée par la distorsion et de la reverb' ! Un harmonica barré. De la musique pour rodéo avec un feeling bluesy !

Les 2 premiers singles de l’album sont "Love Is Your Name", de la pure country moderne avec tous les ingrédients qu’il faut, et "Red, White And You" qui sonne plus pop : AEROSMITH époque « Nine Lives » ou « Just Push Play ». Un refrain comme le chanteur sait le faire. "It Ain’t Easy" est une ballade classique avec des éléments instrumentaux country : mandoline, pedal steel... Mélodique, mélancolique. Rien d’original mais ça se laisse écouter. "I Make My Own Sunshine" est surprenant dans son approche avec des guitares acoustiques, des chœurs joyeux, c’est comme la B.O. d’un film sympa sur une île des Caraïbes au soleil ! Cette chanson transpire les rayons de soleil justement. Un solo court au botteleneck. Joli coup, Steven !

"Gypsy Girl" est country dans son intégralité, jusque dans les intonations du chanteur, tout droit sorti d’un marécage du cœur des USA, avec chevaux, bisons, and Co. Mid-tempo et refrain ultra country-friendly avec un micro soupçon d'AEROSMITH ! "Somebody New" et "Sweet Louisinia" sont musicalement écrites en mode cowboy pour exprimer tout ce que Mr Tyler peut faire vocalement à la sauce rock. Il y a du banjo, de la lap steel, des loops de batterie...

"Only Heaven" est une chanson typique d’AEROSMITH qui aurait pu figurer sur tous les albums du groupe depuis « Pump », un hit comme "Cryin’" ou "Crazy" pour les radios rock, un tube des jours heureux d'MTV. "The Good, The Bad, The Ugly And Me" est rock’n'roll, bluesy à la "Mama Kin". "What Am I Doin’ Right" est une ballade qui débute avec une guitare acoustique et une voix, et qui part orchestré en tempo rock country.
Une des surprises de cet album est la version réorchestrée et torturée de "Janie’s Got A Gun" de l’album « Pump ». Le violon qui appuie les mots, la basse qui tabasse comme il faut. Une excellente chanson reste excellente quelle que soit l'interprétation de son géniteur. Le sujet de la maltraitance prend une autre dimension musicale et vocale. Enorme moment pour les fans d’AEROSMITH L’album solo se termine sur une reprise de Janis Joplin "Piece Of My Heart", un hit de la rockeuse morte de ses addictions à l’héroïne et l’alcool. Les Loving Mary accompagnent Steven Tyler. La reprise est proche de l’originale avec un peu plus de mandoline et d’orgue Hammond. Un bel hommage du chanteur à la chanteuse.

Pour Tyler, la musique country est le nouveau rock’n'roll. Cet album solo est plutôt rock, pop à la sauce country. « We’re All Somebody From Somewhere » est pour les fans d’AEROSMITH, de Steven Tyler, les curieux et les curieuses. C’est "plus que de la country" ! Yehaaa !

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK