24 décembre 2016, 21:07

Phil Anselmo

Le retour


Phil Anselmo a repris du service : après avoir remplacé en août Mike Williams, chanteur d’EYEHATEGOD, sur leur tournée, ce dernier ayant dû subir une greffe du foie, il est revenu en novembre avec l’album « Caught Up In The Gears Of Application » de SUPERJOINT, une déclinaison de SUPERJOINT RITUAL dans laquelle il chante et joue de la guitare. Mais ça n’est pas tout puisque l’ex-frontman de PANTERA a annoncé quelques-uns de ses autres projets pour 2017.

Tout d’abord « Songs Of Darkness & Despair », un 6-titres signé Phil & Bill, son projet entre blues-rock et avant-rock avec Bill Moseley, un acteur spécialisé dans les films d’horreur (« Massacre à la tronçonneuse 2 », « La Maison des 1 000 morts » ou « The Devil's Rejects », deux longs métrages signés Rob Zombie), qui sera commercialisé le 20 janvier. Ce dernier est au micro tandis qu’Anselmo est à la guitare. Il y aura aussi des chansons « calmes et pas du tout metal » dit-il, qu’il sortira en courant d'année sous le nom d’ILLEGALS IN MINOR.

Dans un registre nettement plus personnel, Phil a révélé au magazine américain Rolling Stone qu'il avait été battu quand il était enfant. Quant aux accusations de racisme dont il a fait l'objet suite à sa "performance" malheureuse et trop alcoolisée au Dimedash 2016, qui lui avait valu de se fendre d'une lettre d'excuse, il a déclaré : « Je suis né dans le quartier français de la Nouvelle-Orléans, et un sacré paquet de gens très différents vivent là-bas. J'ai été élevé par ma mère célibataire qui sortait avec des Noirs qui restaient dormir à la maison et je n'éprouvais que de l'amour pour eux. » Il précise également que sa nounou était un homme transgenre qui se faisait appeler Wilma et qu'il l'aimait énormément.

Il souligne également le fait qu'il a aidé à financer une salle de boxe de Detroit plus particulièrement fréquentée par des jeunes de toutes les ethnies de quartiers défavorisés, mais aussi qu'à la demande de Scott Ian d'ANTHRAX, il avait fait un don au Simon Wiesenthal Center qui lutte contre l'incitation à la haine et l'antisémitisme. « J'ai fait un don en janvier, explique-t-il. Mais qui n'a pas eu le courage d'en parler à la presse ? Scott Ian, qui a composé « Speak English Or Die » (NDJ : album au second degré minimum des STORMTROOPER OF DEATH). Le mec qui a écrit “Aren't You Hungry?” (NDJ : qui se moquait de ceux qui souffrent de la faim dans le monde). Si cet album sortait aujourd'hui, on n'aurait pas fini d'en entendre parler. Alors désolé. Peut-être que Scott a dit une fois : “Oui, Phil a fait un don et c'est cool.” Mais en tout cas, personne n'est au courant. »
 


 

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications

2 commentaires

User : KillMunster
KillMunster
le 24 déc. 2016 à 17:25
Scott Ian, donneur de beaucoup trop de leçons pour être honnête...
User : Toto El Baxxozorus
Toto El Baxxozorus
le 25 déc. 2016 à 22:57
C'est clair que certains devraient s'inspirer des mots que prononce Dickinson avant "Blood brothers" sur la dernière tournée de la Vierge métallique
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK