8 juin 2017, 21:17

John Sykes

• L'ex-WHITESNAKE règle ses comptes avec Coverdale


En 1987, David Coverdale et son Serpent Blanc passaient du statut de groupe de hard-rock bluesy extrêmement prisé sur le vieux continent à celui de mégastars mondiales grâce à « 1987 », composé principalement par l’ex-chanteur de DEEP PURPLE et son guitariste, John Sykes, accompagnés du bassiste Neil Murray et du batteur Aynsley Dunbar. Si ce n’est qu’avant même sa sortie, les trois hommes se font virer par le frontman qui leur préfère, pour les clips et la tournée, des musiciens plus à même de convenir aux canons de MTV (on se demande bien ce qu’il pouvait reprocher à Sykes à ce niveau, soit dit en passant) : Adrian Vandenberg, Vivian Campbell, Rudy Sarzo et Tommy Aldridge. Un épisode que Sykes, qui partira fonder – sans grand succès d’ailleurs – BLUE MURDER, avant de se lancer dans une carrière solo ne lui a jamais pardonné, d’autant plus que l’album s’est vendu à plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde.

Dans une interview qu’il a accordée à “Rock Candy”, nouveau bimestriel anglais old school regroupant des journalistes de “Kerrang”, “Metal Hammer” et “Raw”, John s’est lâché… « David a utilisé toutes les excuses possibles et imaginables pour expliquer pourquoi il ne voulait pas enregistrer le chant pour l’album. C’était la faute de la météo. Le studio ne lui convenait pas. Il est même allé jusqu’à dire que les micros n’étaient pas assez bons. Je crois sincèrement qu'il était sur les nerfs. »

C’est par l’intermédiaire de John Kalodner, représentant de Geffen, qu’il apprendra son éviction. Coverdale ayant beau prétendre, faiblement, qu'il n'y est pour rien et qu'il n'a fait qu'obéir au label, Sykes n'y croit pas une seconde. « J’étais furieux. Alors je suis allé au studio où David enregistrait les voix, prêt à l’affronter. Honnêtement, il a fichu le camp, il est monté dans sa voiture et s’est enfui ! » Et si Sykes a composé neuf des onze chansons de l’album, Coverdale affirmera avoir écrit 95 % des parties de guitare… « Un mensonge, s’emporte le six-codiste. A l’époque, David ne savait quasiment pas jouer. » Ambiance… On attend un éventuel droit de réponse du grand méchant Coverdale qui ne sort pas grandi…

Pour en revenir au présent, « Sy-Ops », le premier album solo de celui qui fut également guitariste de TYGERS OF PAN TANG et THIN LIZZY, devrait sortir avant la fin de l’année.

Du coup, comme il n’existe aucune image de Sykes jouant un titre de « 1987 », on se fait un petit “Love Ain’t No Stranger”, tité de « Slide It In », album au nom plein de promesses sorti en 1984…
 

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Patrice Lallement
Patrice Lallement
le 08 juin 2017 à 19:43
Décision absurde de Coverdale, John Sykes avait toute la panoplie d'un guitar- héro pour s'imposer dans Whitesnake et avait le physique de l'emploi pour les clips de MTV.
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK