partager

Labels & les Betes • Le côté obscur de la force métallique

par Clément
0 commentaire
Aug
12
2017

Chaque mois, HARD FORCE vous propose de faire un tour d'horizon du côté obscur de la force métallique pour découvrir des groupes méconnus et méritants issus des quatre coins du globe, le tout en restant confortablement installé dans votre fauteuil club, casque vissé sur les esgourdes ou enceintes à fond les ballons. Signés sur des labels de toute taille, puisqu'il paraît qu'elle importe peu, évoluant dans des styles pas vraiment propices à rassembler les foules ou ne bénéficiant pas toujours d'une large exposition médiatique, ces groupes sont les "bêtes" des labels. Au sens noble et sauvage du terme, ces bêtes tapies dans l'ombre vous permettront de savourer chaque mois une bonne dose de tempos lourds, de riffs mitraillettes et autres descentes de toms atomiques. Welcome to the jungle comme dirait l'autre !


NORSKA : « Too Many Winters » (Brutal Panda Music)

C'est du fin fond de l'Oregon que le voyage démarre avec Aaron Rieseberg, bassiste de YOB, accessoirement une sommité en matière de doom bien occulte, qui n'en a visiblement pas assez avec son groupe principal puisqu'il remet le couvert avec trois compères pour faire... du doom. Avec une bonne grosse louchée de sludge histoire de rendre le tout encore plus compact et poisseux !
Vous avez déjà une vague idée de ce que NORSKA vous réserve : une ligne de basse clinquante, des cognées de toms bûcheronnesques appuyées par une section rythmique teigneuse qui ne néglige pas pour autant quelques breaks et autres accélérations du meilleur effet. Quant à Jim Lowder, vocaliste habité un brin geignard, il ne dépareille à aucun moment sur l’épais goudronnage en règle promis par le quatuor.
Quarante minutes monolithiques et inspirées, une épaisse coulée de plomb qui fond dans les tuyaux comme l'inspecteur du fisc sur Jérôme Cahuzac. Miam.
 


ULSECT : « Ulsect » (Season of Mist)

Ouais. J'aurais dû m'en douter tiens, le gratteux et le batteur de DODECAHEDRON qui s'acoquinent en douce avec l'ex-bassiste de TEXTURES, cela ne pouvait augurer d'un énième groupe de djent poussif ou d'une pâle copie de DEATHSPELL OMEGA au vu du pedigree des loustics. Non, ici, on cause death metal moderne, dissonant, aux structures tortueuses et autres habiles montées en puissance rythmiques. Le genre de bestiau furibard, imposant, impossible à fixer droit dans les yeux, comparable aux derniers assauts de GORGUTS ou ULCERATE même si le son des Bataves n'en demeure pas moins plus accessible.
Doté de plus d'une production puissante et massive, ULSECT est la synthèse idéale entre la profondeur mystique, l'indicible noirceur propre au chaos que délivre DODECAHEDRON et les parties plus alambiquées, atmosphériques, presque progressives de TEXTURES.
Du tout bon, du très bon !
 


WRATH OF BELIAL : « Bloodstained Rebellion » (Prime/Elevation PR)

On monte d'un cran dans l'agression sonore avec une livraison 100% death/thrash bien burné en provenance du Danemark. Il y a du THE BLACK DAHLIA MURDER sur ce premier album mais aussi une remise au goût du jour de ce fameux son de Göteborg, épique, mélodique et profondément heavy. C'est d'ailleurs sur ce dernier point que le groupe a choisi de mettre l'accent et ce, dès les premières minutes de ce « Bloodstained Rebellion » qui démarre pied au plancher avec un "Traitors" qui propulse l'auditeur dans de vraies montagnes russes de rythmes et d'ambiance, méli-mélo de riffs hardis et de cavalcades rythmiques effrénées.
Les dix autres compositions sont du même acabit, oscillant entre mid-tempos de bravoure et explosions mélodiques magnifiées par un son dense, massif mais parfaitement intelligible typique des productions du Grand Nord. La dextérité des musiciens renforce au passage l'impression globale de fluidité qu'offre l'album, qui se dévore d'une traite.
On en veut encore !
 


PSYCHOBOLIA : « Chiaroscuro » (Great Dane Records)

Votre death metal, vous l'aimez comment ? Brutal, excessif et sans compromis ? Alors PSYCHOBOLIA va vous régaler à coup sûr tant le quatuor pousse ici tous les compteurs dans le rouge avec une production en béton armé, un songwriting musclé et une section rythmique taille patron, le tout complété par des growls furax braillés par une donzelle remontée à bloc. Je ne vous parle même pas du batteur tentaculaire, visiblement en pleine préparation du championnat de blasts. Oui, on nage bien en plein brutal death, technique et sanguinaire, puisque les Franciliens concassent et tronçonnent de la première à la dernière seconde. Si, si.
Et tout ça pendant douze morceaux balancés en trente-huit minutes, un vrai format "single" qui fera grimper au rideau les fans de GORGASM ou de KRISIUN.
Gare à la chemise, ça gicle, ici on ne fait pas dans la dentelle !



THE SARCOPHAGUS : « Beyond This World's Illusion » (Satanath Records)

Le plus suédois des groupes turcs déboule avec un deuxième album qui ne fait pas dans le détail ! Quarante-cinq minutes potards dans le rouge balançant du trémolo par paquet de dix, une urgence glaciale qui renvoie fissa l'auditeur presque vingt ans en arrière, à l'âge d'or du grand DISSECTION, de son disciple SACRAMENTUM et de l'étendard black/death nordique fièrement porté par le label No Fashion.
Les consignes sont claires à son écoute : sortez les côtes de maille et aiguisez les glaives car ici les ambiances sont guerrières, viriles et musculeuses ! La panzer-section rythmique se révèle indomptable, trucidant les esgourdes à grands coups de riffs épiques et majestueux, appuyée par un batteur en forme olympique.
Un très bel album en forme de vibrant hommage à une époque révolue, qui ravira au passage ceux et celles en quête d'un black metal vintage transpirant la beauté scandinave par tous les pores. C'est l'hiver avant l'heure avec THE SARCOPHAGUS !
 


​TCHORNOBOG : « Tchornobog » (I, Voidhanger Records)

On termine en laideur avec ce one-man band américain que l'on aurait plus volontiers imaginé issu des froides contrées d'Europe de l'Est, le Tchernobog étant le dieu des ténèbres dans la mythologie slave. Peu importe puisque son instigateur, Markov Soroka, partage avec ladite divinité le souci de mal faire et le pire, c'est qu'il le fait bien. Très bien même.
Entre les vocalises douloureuses qu'il éructe sans ménagement, les riffs dissonants et hantés dont il se fait l'artisan, le tout calé entre deux passages atmosphériques bien glauques, le bougre remplit son contrat maléfique les phalanges dans les narines. Epaulé dans son oeuvre de destruction massive par le batteur des doux dingues de SINMARA et le vocaliste d'ESOTERIC, Marko aligne ici quatre (très) longs morceaux aux allures de chemins de croix. A l'image de cet artwork halluciné, tout ici pue l'enfer à plein nez. Un enfer fait de vices et de péchés, de mystérieuses silhouettes qui s'effacent dans la pénombre, de bougies à la flamme illuminant un autel où trônent des restes d'offrandes noircies.
Un XASTHUR en plein délire mystique qui découvrirait THE RUINS OF BEVERAST, un dimanche matin sous la grisaille, la redescente de MDMA pointant le bout du pif. Juste flippant...
 

en savoir plus sur…

  • Artiste
    Norska
  • Artiste
    Ulsect
  • Artiste
    Wrath Of Belial
  • Artiste
    Psychobolia
  • Artiste
    The Sarcophagus
  • Artiste
    ​Tchornobog

partager

0 Commentaire


Connectez-vous pour réagir à cet article

Si vous souhaitez commenter cet article sur HARDFORCE.FR, vous devez être connecté au site, avec ou sans compte Facebook. Vous pouvez librement donner votre opinion personnelle qui n'engage que vous et en rien le site HARDFORCE.FR, ses auteurs, administrateurs ou webmaster. HARDFORCE.FR se réserve évidemment le droit de modération et de suppression des propos qui ne relèveraient pas de ce domaine (politique, propagande, incitation à la haine, etc...) ou seraient agressifs, obcènes, offensants, extrémistes, racistes ou antisémites, homophobes, sexistes, violents ou menaçants... la liste est longue, n'en rajoutez pas !
De même, HARDFORCE.FR est un site à vocation musicale, nous sommes ici entre passionnés. Tout comportement jugé inapproprié black-listera le membre définitivement.

partager