5 avril 2019, 7:51

Layne Staley d'ALICE IN CHAINS

• 17 ans déjà…


Pour les amateurs de rock au sens large du terme, le 5 avril est un jour funeste. Huit ans après le suicide de Kurt Cobain, Layne Staley, alors âgé de 34 ans, fait le grand saut. Pas de son plein gré même si depuis longtemps, il sait que sa dépendance totale à la drogue lui sera fatale. « Je sais que ma fin est proche, confiera-t-il dans ce qui sera sa dernière interview. Ça fait des années que je prends du crack et de la cocaïne. Je n’ai jamais voulu finir comme ça. Je suis conscient que je n’ai aucune chance de m’en tirer, c’est trop tard. ».
Dix ans plus tôt, la majorité des lyrics du formidable « Dirt », deuxième album d'ALICE IN CHAINS qui dépassera les 4 millions de ventes, parlaient déjà de son addiction à l'héroïne. A Rolling Stone US, il dira : « Les drogues ont marché pour moi pendant des années et à présent, elles se retournent contre moi. Je suis en Enfer. ».

Son corps sera retrouvé chez lui le 20 avril 2002 mais l’autopsie établira la date de son décès au 5. Soit quinze jours plus tôt, mais le chanteur avait depuis longtemps pris l’habitude de disparaître et de ne répondre ni au téléphone, ni à ceux qui venaient taper à sa porte. Retrouvé « une seringue pleine à la main », écrira le Seattle Weekly, une pipe à crack posée à côté de lui, les analyses toxicologiques révèleront qu’il avait de la cocaïne, de la morphine et de la codéine dans le sang. Il ne pesait plus que 40 kilos. Au temps pour le supposé côté “glamour” des stupéfiants…

Mike Starr sera le dernier à l’avoir vu vivant. Il semblerait que les deux hommes se soient disputés quand le bassiste, affolé par la maigreur et l'hébétude de son chanteur et ami, a voulu qu’il soit hospitalisé et que ce dernier a refusé. Mike ne se le pardonnera jamais. Il mourra neuf ans plus tard d'une surdose de médicaments après s'être débattu pendant des années avec ses addictions. Au temps pour le supposé… pardon, je me répète.

Cofondateur d’ALICE IN CHAINS, Layne Staley demeurera à tout jamais cette voix formidable, hantée et merveilleusement renforcée par celle du guitariste Jerry Cantrell pour ces harmonies vocales qui sont la marque de fabrique du groupe. Et qui perdurent, aujourd’hui encore, à travers les voix de Cantrell et de William DuVall, son successeur.

Après la vidéo de “Bleed The Freak”, extraite de « Facelift », carte de visite d’AIC sortie en 1990, retrouvez quelques-unes des chansons écrites en hommage au regretté chanteur…
 


Nombreux sont les groupes qui lui ont rendu hommage à travers une chanson. Parmi eux :

ALICE IN CHAINS : “Black Gives Way To Blue” (« Black Gives Way To Blue » - 2009)
 


BLACK LABEL SOCIETY : “Layne” (« Hangover Music, Vol. VI » - 2004)
 


PEARL JAM : “4/20/02” (« Lost Dogs », hidden track - 2003)
 


METALLICA : “Just A Bullet Away” (« Beyond Magnetic EP » - 2011)

« Au départ, les paroles étaient un hommage à Layne Staley et à tous ceux qui sont devenus des martyrs au nom du rock’n’roll, mais ensuite, elles ont évolué » expliquera James Hetfield.
 


STAIND : “Layne” (« 14 Shades Of Grey » - 2003)

Un titre d'autant plus fort pour le chanteur/guitariste Aaron Lewis que sa fille est née le jour du décès de Staley.
 


COLD : “The Day Seattle Died” (« Year Of The Spider » - 2003)

La chanson rend hommage à Staley et Kurt Cobain. Normal pour un groupe post-grunge…
 

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK