25 mai 2019, 23:54

TYGERS OF PAN TANG

@ Bully-les-Mines (Espace François Mitterand)


E.N.O.R.M.E ! Six lettres pour résumer l'heure et demi de spectacle que nous a offert TYGERS OF PAN TANG samedi 25 mai dans le cadre du Bully On Rocks. Seule date de cette mini-tournée européenne comportant huit dates dont la moitié en Allemagne. Le public de cette édition du Bully On Rocks à guichet fermé peut se targuer de faire partie des quelques centaines de VIP ayant eu la chance de les voir en France.

TYGERS OF PAN TANG, tout le monde a entendu parlé de ce groupe issu de la NWOBHM qui n'a su tirer son épingle du jeu dans les années 80, malgré le passage de musiciens devenus illustres tels que John Sykes. Mais bien plus que le talent, être bien entouré et conseillé est parfois plus important que le reste. C'est ce qu'à retenu Robb Weir, guitariste et seul rescapé originel de l'aventure du tigre. Entouré aujourd'hui de Craig Ellis à la batterie avec qui il reforma le groupe en 2000, et deux jeunes musiciens impliqués et talentueux qui font honneur à la bête : Gavin Gray (basse) et Micky Crystal (guitare), sans oublier Jacopo Meille, d'origine italienne, à la fois excellent chanteur et incroyable frontman, le tigre dispose à ce jour du line-up qu'il mérite pour déployer sur scène toute sa majestueuse puissance.



Le socle de cette reformation qui fête cette année les vingt ans de la reformation fonctionne en deux binômes qui s'appuie sur Robb et Craig, chacun secondé d'une jeune recrue. Cette association marche parfaitement car elle offre une vraie unité au groupe, malgré une différence de génération évidente entre ses membres. Cette jeunesse boostée par l'honneur de faire partie intégrante d'une entité mythique la tire à son tour vers le haut. Mais ces deux binômes ne pourraient en aucun cas être totalement efficaces sans la présence et le talent du chanteur soixantenaire qui raconte avoir été très impressionné lorsqu'il a passé l'audition en 2004 et qu'on lui a demandé quel était son titre préféré et qu'il souhaiterait interpréter à cette occasion.

Cette osmose inter-générationnelle dans un groupe qui à plus de 40 ans d’existence est d'autant plus importante car elle installe littéralement le groupe dans sa stature de formation intemporelle. Ce qu'apporte Gavin Gray et Micky Crystal à TYGERS OF PAN TANG rencontre certaines similitudes à ce que Richie Faulkner insuffle à JUDAS PRIEST.



Au final, nous avons assisté à un concert d'une heure et demi d'une incroyable intensité qui nous a littéralement renvoyé à notre prime-jeunesse en proposant seize titres dont un rappel avec une inattendue reprise de "Tush" de ZZ TOP. Le groupe aura fait la part belle à ses débuts puisque la quasi totalité du set est consacré à la période 1980-1982, avec un zoom particulier sur « Spellbound » paru en 1981, dont pas moins de cinq titres ont été joués. Leur dernier album éponyme sorti en 2016 et disque d'or n'est pas oublié puisque deux chansons en sont extraites.
En résumé, quand vous prenez une gifle, tendez l'autre joue, il se pourrait bien que la seconde soit tout aussi jouissive. C'est exactement ce que nous avons ressenti avec ce second concert de TYGERS OF PAN TANG au Bully On Rocks, après notre première expérience en 2017 au Raismes Fest. Nous pourrons regretter toutefois que le groupe ne fut pas accompagné d'un responsable lumière connaissant son set, mais à ce niveau de professionnalisme, cela reste accessoire. A regretter aussi le merchandising se résumant à une seule édition de tee-shirt noir avec un imprimé blanc à l’effigie du tigre.

Nous vous invitons d'ores et déjà, si vous avez la nostalgie des années 80, de réserver vos places pour la prochaine édition du festival qui aura lieu en octobre prochain et accueillera le 19 de ce mois les Anglais DEMON, autre vétéran de cette scène.


Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK