12 août 2019, 18:00

VOLBEAT

• "Rewind, Replay, Rebound"

Album : Rewind, Replay, Rebound

Michael Poulsen et ses trois acolytes de VOLBEAT ont sorti « Rewind, Replay, Rebound », leur septième album. Le cocktail heavy-psychobilly à la sauce METALLICA, Johnny Cash, Elvis Presley, STRAY CATS, SOCIAL DISTORTION... est d’une efficacité redoutable.

Tout commence avec "Last Day Under The Sun", une chanson taillée pour les stades, inspirée par une histoire dans l’autobiographie de Johnny Cash. "Rewind The Exit" est de la même trempe, côté architecture sonique. Il y a du saxophone et du piano honky-tonk des années 1950 sur le furieusement délirant "Die to Live" avec Neil Fallon de CLUTCH en invité, tandis que la ballade acoustique "When We Were Kids" met en valeur le côté plus tendre de Poulsen & Co (la démo est disponible sur la version deluxe).
Le titre comique "Pelvis on Fire" vaut le détour et dit tout sur le sérieux de VOLBEAT. Aucune prise de tête, ici ! Que du plaisir à la Elvis Presley, de la musique festive uniquement et euphorisante ! L’album a une dominante bien plus rock que metal, ce qui n’empêche pas Rob Caggiano d’envoyer de gros riffs, notamment sur "The Everlasting" et l’invité spécial Gary Holt (EXODUS, SLAYER) de balancer du heavy avec son solo sur "Cheapside Sloggers". Mention spéciale à l’entraînant "Parasite" de 38 secondes. "7:24" est un mid-tempo touchant, écrit pour la fille de Poulsen. Une belle déclaration d’amour paternel. Le bien rock "The Awakening Of Bonnie Parker" défile comme un film d’aventure et contient une partie narrative par Poulsen. Les mélodies de guitares sont super friendly. "Everlasting" est hyper heavy et fait gravement headbanger avec ses riffs thrashisants et ce « greet the fire » howlé est puissant. "Sorry Sack Of Bones" et "Leviathan" sont des titres psychobilly bien entêtants également.

Rembobiner, rejouer, rebondir (« Rewind, Replay, Rebound »), le titre de l’album, est en parfaite adéquation avec l’esprit de cette nouvelle création éclectique de VOLBEAT. Poulsen et sa bande utilisent ce qu’ils savent faire de mieux et repoussent les limites créatrices dans ce style qui leur est si propre. Une belle réussite musicale remplie de futurs hits !

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK