10 janvier 2020, 17:30

DRIVE BY WIRE

• "The Whole Shebang" - (2015 Konkurrent)


© My First Sonny Weissmuller Recordings - DR


C'est le 9 janvier 2015 que DRIVE BY WIRE sort son troisième album. Le groupe néerlandais de stoner rock emmené par la charismatique Simone Holsbeek revient après sept années de pause pas très silencieuse. C'est en effet le regain d'intérêt pour CORDS, son ancien groupe, qui va lui permettre de s'entourer des musiciens qui vont cristalliser un line-up se révélant aussi efficace en studio que sur scène. On retrouve ainsi Alwin Wuben à la guitare avec qui elle fonda le groupe fin 2005, Jérôme Miedendorp De Bie à la batterie et le bassiste Marcel Zerb. Ce dernier remplace René Rutten qui pour l'occasion passe derrière la console et enregistre l'album dans son studio. Il se chargera aussi du mixage, assisté d'Alwin et du mastering.



Pour commencer l'année 2015, le groupe propose donc un superbe disque qui comporte, en guise de fèves, plusieurs pépites de manière à ne faire aucun jaloux. Le non moins très beau digipack qui le renferme est dessiné par Marcel Zerb.

Dès le premier titre le ton est donné avec "Kerozine Dreams" qui propose un riff accrocheur dans la plus pure tradition du desert rock. "Woodlands" commence sur l'association d'un riff et d'un chant qui sonne comme une revendication avant d'alterner avec des passages où la voix suave de Simone continue à envoûter.
"The Whole Shebang", qui donne son titre à l'album, est une chanson qui bien que plus classique n'en demeure pas moins efficace. L'entraînant "Five High" prépare superbement l'auditeur à la principale pépite de ce disque qu'est "Rituals" sur lequel Alwin délivre un riff entêtant avant d'enchaîner sur l'énergique "In This Moment" et sa ligne de basse qui claque.

Frank Boeijen (complice de René Rutten au sein de THE GATHERING) vient placer quelques ligne sur le superbe et mélancolique "River Run". Avec "Promised The Night" on reste sur des tonalités calmes et mélancoliques. Elles disparaîtront au profit de "Static" qui clôture l'album, rappelons le, réédité en 2017 par Argonauta Records.
"Rotor Motor" commence sur une introduction qui sonne comme un clin-d’œil à un illustre groupe des années 70 que chacun reconnaîtra. "All Around" est un morceau aux accents plutôt garage-rock et rappelle le passé de Simone au sein de CORDS. Onzième et dernier titre, "Voodoo You Do" est une très belle reprise du groupe grec NIGHTSTALKER.

Associé la voix envoûtante et psychédélique de Simone, la guitare d'Alwin fait des merveilles. Le duo est admirablement servi par une section rythmique efficace. Cet album est le résultat d'un processus de maturation un peu long certes mais magnifiquement réussi car cinq ans plus tard il reste un des meilleurs albums de l'année 2015.


Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK