5 avril 2020, 19:58

RED DEAD

• "Forest Of Chaos"

par Clément

La cuvée 2020 en matière de death metal français s’annonce prometteuse... et nous ne sommes qu’au tout début du mois d’avril ! J’en veux pour preuve les très bons albums signés BENIGHTED, NECROWRETCH, SLAVE ONE ou encore SVART CROWN, qui, chacun d’entre eux, montrent que la sauvagerie sous toutes ses formes a de beaux jours devant elle dans l'Hexagone. Et ce n’est pas fini puisque « Forest Of Chaos », deuxième album des bayonnais RED DEAD, a bien l’intention d’apporter, lui aussi, sa pierre (tombale) à l’édifice. Un clin d’œil rapide sur la pochette du nouveau méfait ne laisse d’ailleurs aucun doute sur ses ambitions barbares : ici place au brutal death débridé ! Ce n’est pas ce psychopathe aux gros biscotos, mascotte dérangée apparaissant déjà sur le premier album « Therapy Of Evil », qui me contredira même s'il a ici remisé sa tronçonneuse souillée de viscères pour faire prendre l’air à sa hache et ses deux toutous.

Bref, tous les ingrédients indiquent bien qu’une bonne séance de metal extrême est une nouvelle fois à l’ordre du jour, de celles-là même qui en quarante minutes chrono va en donner pour leur argent aux amateurs de sensations fortes. Une séance aux relents de boucherie qui tâche le marcel avec ses rythmiques lourdes, écrasantes et qui ne rechignent pas non plus à s’aventurer sur des tempos plus speed : pas de place pour le détail, ça gicle et ça éclabousse alors gare aux godasses ! Et cette batterie déchaînée, tenue de main de maître, secondée par une basse qui bastonne comme il se doit ne sont pas non plus en reste. Le tout est emballé par votre triperie préférée dans une production juteuse à souhait qui réconfortera les esgourdes les plus exigeantes. Le contenant est d'ailleurs à l’image du contenu : furieux ! "Black Valley" ou "Antidote Trap" balancent des tempos pachydermiques qui font place nette aux cavalcades thrash à fond les ballons. Derrière, ça pousse au portillon : "Forest Of Flesh" ou "Old Skull Road" s'inscrivent dans cette lignée de morceaux massifs et puissants que le groupe a toujours à cœur de proposer pour aérer son propos pendant que "Butcher’s Pray", "The Gatekeeper" ou "Winds of Chaos" renouent avec ce bon gros brutal death sanguinaire qui réjouit toujours petits et grands.

Alors oui, les esprits chagrins grommelleront dans leur barbe que tout cela reste d'un classicisme éprouvé... peut-être mais le tout est suffisamment efficace pour régaler les fans de death metal à l’ancienne qui ne rechignent pas non plus à quelques accents de modernité. Voilà qui est plutôt réconfortant en ces temps troublés !

Au sujet de l'auteur
Clément
Clément a connu sa révélation métallique lors d'un voyage de classe en Allemagne, quelque part en 1992, avec un magazine HARD FORCE dans une main et son walkman hurlant "Fear of the Dark" dans l'autre. Depuis, pas une journée ne se passe sans qu'une guitare plus ou moins saturée ne vienne réjouir ses esgourdes ! Etant par ailleurs peu doué pour la maîtrise d'un instrument, c'est vers l'écriture qu'il s'est tourné un peu plus tard en créant avec deux compères un premier fanzine, "Depths of Decadence" et ensuite en collaborant pendant une dizaine d'années à Decibels Storm, puis VS-Webzine. Depuis 2016, c'est sur HARD FORCE qu'il "sévit" où il brise les oreilles de la rédaction avec la rubrique "Labels et les Bêtes"... entre autres !
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK