21 juin 2020, 17:42

AHAB

• "Live Prey"

Album : Live Prey

Pour ceux d'entre vous qui ne connaîtraient pas encore AHAB, il s'agit d'un groupe de funeral doom allemand dont l'univers, comme le nom d'ailleurs, est tiré de l’œuvre de Herman Melville, Moby Dick. Depuis 2004, ils ont installé leurs riffs lourds et leurs growls profonds sur quatre albums studios et donc un album live, sujet de cette chronique.

En effet, « Live Prey » porte bien son nom puisqu'il s'agit d'un enregistrement live, non officiel au départ, d'une prestation donnée par le groupe, entièrement basée sur le premier album « The Call Of The Wretched Sea ». On y retrouve donc 5 titres pour une heure d'écoute immersive au plus profond des abysses. La production est impeccable bien que brute, ce qui est intéressant lorsque l'on parle d'albums live. Le funeral doom n'étant déjà pas un style facilement accessible, une production minable le rendrait inaudible. Mais « Live Prey » se permet de vous plonger dans une atmosphère totalement envoûtante grâce à de bons effets sonores et des samples naturalistes bien réalisés.

Les growls caverneux de Daiel Droste sont tels des cris sauvages émanant des fonds océaniques. Les riffs de guitares sont lourds, lents, parfois dissonant, jamais agressifs. Tout cette bande son emprunte d'obscures desseins se déroule sans accroches, tout en douceur. De "Below The Sun" aussi morne qu'angoissant à l'incontournable "The Hunt", tout en progressivité maîtrisée et au final apocalyptique, « Live Prey » ravira les fans d'une musique pure, authentique, sombre mais belle. Et puis, un titre comme "Old Thunder" contentera les amateurs de son plus brut, plus percutant, plus rythmé aussi. Il y a du dynamisme et de l'épique chez AHAB. Il se dissout clairement dans les eaux profondes mais on peut en entendre l'écho.

Même si les fans d'AHAB attendaient un nouvel album, « Live Prey » se veut quand même digne d'une écoute avertie en attendant une exploration plus profonde de l'obscurité sous-marine.

Blogger : Aude Paquot
Au sujet de l'auteur
Aude Paquot
Aude Paquot est une fervente adepte du metal depuis le début des années 90, lorsqu'elle était encore... très jeune. Tout a commencé avec BON JOVI, SKID ROW, PEARL JAM ou encore DEF LEPPARD, groupes largement plébiscités par ses amis de l'époque. La découverte s'est rapidement faite passion et ses goûts se sont diversifiés grâce à la presse écrite et déjà HARD FORCE, magazine auquel elle s'abonne afin de ne manquer aucune nouvelle fraîche. SLAYER, METALLICA, GUNS 'N' ROSES, SEPULTURA deviendront alors sa bande son quotidienne, à demeure dans le walkman et imprimés sur le sac d'école. Les concerts s'enchaînent puis les festivals, ses goûts évoluent et c'est sur le metal plus extrême, que se porte son dévolu vers les années 2000 pendant lesquelles elle décide de publier son propre fanzine devenu ensuite The Summoning Webzine. Intégrée à l'équipe d'HARD FORCE en 2017, elle continue donc de soutenir avec plaisir, force et fierté la scène metal en tout genre.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK