21 octobre 2020, 19:51

LEPROUS

@ Cederberg Studios (Livestream Interactif)

Le premier livestream de LEPROUS, le 31 mai dernier, était magique, grâce à la qualité d’interprétation du groupe, son implication émotionnelle, son humour aussi, le light-show superbe et le son parfait. Dans la suite logique de sa tournée européenne effectuée en début d’année, nous avions eu droit à une set-list, toutefois rallongée, mettant en avant le dernier (et sublime) album en date, « Pitfalls ».

Ce second concert en livestream du 9 octobre, quant à lui,  était exceptionnel, à plus d’un titre. En effet, cette fois, LEPROUS a décidé de laisser les fans (tout du moins les fans ayant acheté un billet VIP) choisir la set-list, dans une sélection de 40 chansons piochant dans tout son répertoire. Y compris le premier album officiel, « Tall Poppy Syndrome », pourtant plus interprété sur scène depuis fort longtemps.
 


​Et pour commencer la soirée, direction les coulisses pour les heureux détenteurs du fameux sésame VIP, afin de passer une heure avec le groupe au grand complet. Nous avons droit à plusieurs courts extraits de chansons joués au piano par Einar Solberg (chant, claviers), piochés au hasard des demandes des fans. Dans le désordre, "Silent Waters", "Cryptogenic Desires", "Disclosure", "Dare You", "MB Indifferencia", "Lower", "Malina", et bien d’autres encore. Simen Børven (basse) nous fait une démonstration de slapping puis plus tard, entonne gaiement le célèbre "Hit The Road Jack" de Ray Charles. Fou-rire assuré des deux côtés de l’écran. Baard Kolstad (batterie) et Robin Ognedal (guitare) nous font une démonstration de batterie tirée du génial morceau "The Sky Is Red", mais ils tapent tellement fort que les micros deviennent muets quelques instants… Bref, des moments précieux partagés en petit comité avec un groupe profondément généreux, humain et proche de ses fans.

Vient ensuite l’heure du concert, qui est divisé en trois parties : les quatre premières chansons ont été votées en amont, parmi la fameuse liste de titres que le groupe a répétés depuis le début de la semaine. Les quatre suivantes résultent du choix personnel de quatre fans tirés au sort par le groupe le matin même du concert. Et enfin les quatre derniers extraits sont votés en direct par les VIP. Surprise totale pour le groupe, qui, par conséquent, ne sait pas ce qu’il va interpréter à la fin du concert. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la set-list du soir est particulièrement énergique ! Pas de répit pour le groupe, qui va devoir enchainer ses chansons les plus épiques (et les plus longues !). On commence les réjouissances par "Chronic", tirée de l’album « Coal » (2013), suivie de la superbe et progressive "Forced Entry", issue de « Bilateral » (2011). Petite réflexion d’Einar  concernant le choix des chansons, qui ne sont pas les plus demandées sur les plateformes de streaming, étonnamment. En effet, le public de ce soir est connaisseur et souhaite avant tout entendre des morceaux devenus rares en concert. Viennent ensuite "Moon", extraite de « The Congregation (2015) et surtout la chanson ayant obtenu le plus de votes, "Passing", sur l’album « Tall Poppy Syndrome » (2009). A ce sujet, Einar taquine gentiment Baard et lui demande quel âge il avait en 2008, date de création de la chanson, et le malicieux batteur de répondre qu’il avait 17 ans mais en paraissait 12 ! Tor Oddmund Suhrke (guitares rythmiques) précise alors que les premières notes de "Passing" ont été composées en 2005, le batteur n’avait alors que 14 ans… Le groupe s’éclate visiblement en rejouant ce titre, et le vocaliste se fait un malin plaisir à faire trainer la pause avant le final explosif et growlé : "TONIGHT, I’M PASSING AWAAAAAAAAAY". Frissons de bonheur et joie intense derrière les écrans !

Deuxième partie du concert avec les gagnants du concours qui ont choisi chacun leur titre préféré et le présentent lors d’une courte vidéo. Le premier est un Norvégien qui a sélectionné l’une des plus belles chansons de tout le répertoire du groupe (et qu’il en soit chaleureusement remercié !), la magnifique et trop rare "Echo". Moment de grâce absolu que celui-ci, et les larmes montent aux yeux en assistant à cette version toute en délicatesse. Le deuxième gagnant est un Américain fort sympathique quoiqu’un poil bavard qui a choisi "Slave", un incontournable de la discographie de LEPROUS, tant par sa puissance émotionnelle que par son inoubliable mélodie. Le troisième est un autre Américain, plus concis, qui nous présente "Mirage", seul extrait de l’album « Malina » (2017) ce soir. Et pour finir, la quatrième heureuse élue, qui n’a pas pu envoyer de vidéo, désigne le long, épique et angoissant "The Sky Is Red". Ce sur quoi Einar nous glisse au passage que cela les oblige à continuer dans la même énergie, malgré leur forme physique qui ne serait, soi-disant, pas au top ces derniers-temps, à cause du confinement et du manque d’activités. Et que ce concert remplace allègrement les séances de sport. On veut bien le croire, tant les musiciens ne se ménagent pas, en se jetant à corps perdu dans l’interprétation des chansons.

Vient ensuite la troisième et dernière partie du concert lors de laquelle les musiciens vont apprendre à la dernière minute quel titre a été voté par le public. "Acquired Taste" est le premier choix de cette dernière série de quatre. Et quand s’affiche sur l’écran  "Aquired Taste", (mais avec un "c", comme nous le précise le frontman en plaisantant, car il a lui-même fait la faute pendant des années), on devine que nous allons vivre un autre moment fort. Ainsi, le groupe se lance dans une version de ce titre issu de « Bilateral » magnifiquement rallongée, grâce aux improvisations vocales de toute beauté d’Einar Solberg, avec son timbre unique et sensible. Seconde chanson et surprise absolue pour le groupe, lorsque les résultats apparaissent. En effet, "Down" va l’emporter de quelques points face à "Distant Bells", qui la talonnait de près. Et le très discret mais très talentueux Robin Ognedal prend la parole pour signaler qu’il aurait souhaité répéter cette chanson une fois de plus. Mais Einar Solberg, convaincu qu’elle ne serait jamais choisie, l’en a dissuadé. Ce qui lui fait ajouter, taquin : « Mais les gars, pourquoi choisissez-vous les chansons que nous connaissons le moins ? C’est la dernière fois que l’on vous laisse décider de la set-list. Nous faisons ça bien mieux que vous. Et c’est la dernière fois que nous jouons ces titres dans cet ordre-là ! ». Ce à quoi Tor Oddmund Suhrke rétorque qu’ils la rejoueront peut-être… Dans vingt ans ! Malgré leurs réticences, les musiciens s’en sortent merveilleusement bien, et ils ne sont pas au bout de leur surprise puisque le troisième morceau voté est "Rewind", qu’ils avaient la fâcheuse manie de tronçonner avant les growls finals (sacrilège !!!) pendant la tournée « Malina ». Mais ce soir, LEPROUS va nous faire l’honneur de la jouer en intégralité, et quelle prestation ébouriffante ! Epuisante également pour les cinq musiciens, tant à cause de l’énergie déployée que de la technicité extrême des titres sélectionnés. C’est donc avec un immense sourire que les artistes accueillent le dernier morceau du soir, "The Valley", qu’ils jouent régulièrement sur scène depuis des années, non sans remercier chaleureusement les fans pour leur présence et leur implication. Comme le dira Einar, « C’était un plaisir. Un plaisir difficile, mais un plaisir quand même. »

Fin des réjouissances pour les fans, sauf pour les VIP qui ont encore droit à 30 minutes supplémentaires en backstage avec le groupe, durant lesquelles les cinq jeunes hommes vont répondre à plusieurs questions piochées au hasard. Ils ont l’air lessivés par ce show d’une intensité profonde, mais rayonnants de joie. La joie d’avoir pu jouer tous ensemble une fois encore, malgré ces temps troublés. Et même si nous préfèrerions sans l’ombre d’un doute assister à un concert en salle, et non derrière un écran, ce fut une joie profonde également pour nous, spectateurs, de vivre un tel moment. LEPROUS est un groupe exceptionnellement créatif, unique et généreux. Et sa musique soigne bien des maux et panse bien des plaies. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, s’il vous plait, Messieurs. Nos âmes meurtries vous remercient.
 

Blogger : Sly Escapist
Au sujet de l'auteur
Sly Escapist
Sly Escapist est comme les chats : elle a neuf vies. Malgré le fait d’avoir été élevée dans un milieu très éloigné du monde artistique, elle a réussi à se forger sa propre culture, entre pop, metal et théâtre. Effectivement, ses études littéraires l’ont poussée à s’investir pendant 13 ans dans l’apprentissage du métier de comédienne, alors qu’en parallèle, elle développait ses connaissances musicales avec des groupes tels que METALLICA, ALICE IN CHAINS, SCORPIONS, SOUNDGARDEN, PEARL JAM, FAITH NO MORE, SUICIDAL TENDENCIES, GUNS N’ROSES, CRADLE OF FILTH, et plus récemment, NIGHTWISH, TREMONTI, STONE SOUR, TRIVIUM, KILLSWITCH ENGAGE, ALTER BRIDGE, PARKWAY DRIVE, LEPROUS, SOEN, et tant d’autres. Forcée d’abandonner son métier de comédienne pour des activités plus «rentables», elle devient tour à tour vendeuse, pâtissière, responsable d’accueil, vendeuse-livreuse puis assistante commerciale. Début 2016, elle a l’opportunité de rejoindre l’équipe de HARD FORCE, lui permettant enfin de relier ses deux passions : l’amour des notes et celui des mots. Insatiable curieuse, elle ne cesse d’élargir ses connaissances musicales, s’intéressant à toutes sortes de styles différents, du metalcore au metal moderne, en passant par le metal symphonique, le rock, le disco-rock, le thrash et le prog. Le seul maître-mot qui compte pour elle étant l’émotion, elle considère que la musique n’a pas de barrière.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Stephane Bik
Stephane Bik
le 14 janv. 2021 à 22:19
Commentaire très juste. Dans l'attente du livestream du 16/01 the congregation???
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK