19 janvier 2021, 20:00

THE DEAD DAISIES

• "Holy Ground"

Album : Holy Ground

« Holy Ground » est le nouvel album des DEAD DAISIES Mark 3 et quel album ! Il a été produit par Ben Grosse (DREAM THEATER, SEVENDUST...) et enregistré aux studios LaFabrique dans le sud de la France. Le groupe avait bien orchestré sa communication sociale dans notre beau pays ! Exit les excellents John Corabi et Marco Mendoza et welcome to "The Voice", le bien nommé Glenn Hughes qui cumule les deux postes ! En ces temps de crise, c’est justifié ! David Lowy, DG du projet, se fait plaisir et il a raison car le talent de composition est bien présent et c’est une renaissance évolutive, presque naturelle, pour les marguerites mortes.

Le morceau qui clôt l’album en est le parfait exemple, tout est soniquement, vocalement parfait ! "Far Away" est une ballade, un mid-tempo, avec un break heavy et un final dément ! "Like No Other" est une ode à la basse de Glenn Hughes, un titre bien heavy rock et quelle voix, infernale ! Doug Aldrich envoie des notes millimétrées guitare-lead. Quel solo de basse surtout ! Ça groove grave avec ces chœurs féminins à bonne posologie. "Unspoken", le premier single proposé par THE DEAD DAISIES en avril 2020, est du pur hard rock mid-tempo sur les couplets avec un emballement headbanguant sur le refrain ! "Holy Ground (Shake The Memory)" est dans le même esprit avec une touche magique bien heavy et funk à la fois. Hughes a le talent de la mélodie parfaite et le refrain est tout de suite mémorisable. Deen Castronovo fait un travail monumental question batterie sur tout l’album. Aldrich wah wahise un solo parfait au parfum hard rock seventies. Quel riff introductif sur "Chosen and Justified". Un excellent titre rock-friendly et entraînant, les échanges guitares/voix sont parfaits. "Bustle And Flow", second single, retrouve la patte d’écriture d’Aldrich sur les guitares et a une touche ZEPPELIN/WHITESNAKE/PURPLE. Bref, l’ADN des principaux protagonistes. THE DEAD DAISIES ont collaboré avec le Creative Works de Londres, un studio de création de marque et de contenu qui a notamment travaillé sur les concerts des GUNS N' ROSES et AEROSMITH, entre autres. Ils ont fourni les visuels animés de cette chanson qui ressemble à un jeu vidéo.

"Righteous Days" est une synthèse de ce que savent faire au mieux les quatre musiciens. Un refrain fort encore ! Et cette fuckin' voice encore une fois ! THE DEAD DAISIES reprennent "30 Days In The Hole" de HUMBLE PIE, une cover très apprécié par les hard rockers (cf MR. BIG, ou plus récemment Ace Frehley). Le groupe avait sorti l’été dernier une version acoustique ré-imaginée sur durant les Lockdown Sessions, le tire de l'EP.
Là où encore THE DEAD DAISIES nous surprend, c’est avec "My Fate", un titre hyper heavy dans son introduction qui part sur des couplets cool soutenus par des arpèges clean. Le titre va crescendo, en puissance sur le refrain. Cette frappe de Castronovo est aussi impressionnante ! Aldrich fait là encore un solo remarquable en faisant sonner sa guitare comme un harmonica saturé, les chœurs finaux parsemés sont énormes sur cette rythmique pachydermique. "Saving Grace" est dans le même genre de composition ! Le riff du break avant le solo : frissons garantis !

THE DEAD DAISIES signe ici un grand album de heavy rock, parfaitement produit et écrit, parfaitement interprété aussi. Cette voix de Hughes, ces riffs de la paire Lowy/Aldrich, les lead de ce dernier et la frappe de Castronovo sont une masterclass de l’excellence pour les fans de classic hard rock et de heavy rock à l’ancienne avec un son moderne. Congratulations !

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK