16 décembre 2020, 12:14

AC/DC

• Les dernières infos


Si la situation sanitaire avait été différente, AC/DC aurait certainement sorti plus tôt « Power Up », qui était prêt dès octobre 2018 a confirmé Brendan Fraser, l'ingénieur du son qui a travaillé dessus. Et le groupe serait vraisemblablement en train de sillonner les routes du monde entier. Alors, en attendant un hypothétique retour à la normale, voici un petit condensé des dernières infos venues de la la planète AC/DC.
 

Les deux morceaux d'AC/DC qu'Angus Young préfère (Source : Vulture) :

« Je suis nécessairement partial puisque je les ai tous joués (rires). Si je me place purement en tant que guitariste, je dirais "Riff Raff". Ses parties de guitares étaient un défi, mais c'était intéressant vu le résultat. Mais si l'on parle d'une chanson dans son intégralité, ce serait "Thunderstruck". Cette réponse me va très bien. »




Celui qu'il aime le moins :

« "Love Song" (NDJ : l'unique ballade jamais enregistrée par AC/DC, présente sur l'édition australienne de « High Voltage », leur premier album sorti en 1975). C'était quelque chose de très différent pour nous. Je ne sais pas si l'on essayait de parodier les chansons d'amour de l'époque, parce que c'est Bon (Scott) qui avait écrit le texte. Et je ne me souviens plus des paroles. Je me rappelle de cette chanson parce que le mec qui travaillait pour nous à la maison de disques nous avait dit que les radios locales programmaient des chansons douces. Il pensait que ça serait bien qu'on la sorte en single parce qu'elle passerait certainement en radio. Et je me suis dit : "Qui aurait envie de sortir ça en single ?". »
Une bonne idée finalement puisque les programmateurs radio, qui connaissaient déjà le hard rock du groupe, ont finalement choisi de passer la face B, une reprise du standard du blues "Baby, Please Don't Go". « Et ça a très bien marché, nous avons eu un hit ! C'était le seul point positif de cette chanson. »


L'album qui, selon lui, définit le mieux AC/DC (Source : RSF 3) :

« Pour moi, c'est « Let There Be Rock » (sorti en 1977). La raison pour laquelle j'aime cet album, c'est parce que mon frère George, qui le produisait, nous a demandé à Malcolm et à moi au début de l'enregistrement : "Quel genre d'album voulez-vous faire cette fois ?". Malcolm lui a répondu : "Nous voulons un album avec de la pure guitare hard rock". Et j'ai trouvé ça génial parce que tous les autres groupes jouaient alors des genres totalement différents. Il y avait du punk, de la new wave... Et je me suis dit : "C'est magique". Pour moi, c'est l'album qui définit AC/DC. C'est là où je me suis dit : "C'est un grand groupe". »


Pour en revenir brièvement à la dix-septième et dernière réalisation studio en date des cinq hommes, sortie le 13 novembre dernier, « Power Up » continue à dominer les classements de disques un peu partout dans le monde. Mais en France, il s'est fait éjecter la semaine dernière de la première place des meilleures ventes d'albums par le trio Calogero-Mylène Farmer-Maître Gims. Pour se remettre de cette mauvaise nouvelle, un petit coup de "Demon Fire", troisième single en date.

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Fabrice ANDRE
Fabrice ANDRE
le 16 déc. 2020 à 19:23
L'état d'esprit des français vis à vis du rock est toujours aussi désespérant. Nous en sommes restés à la variétoche. J'ai 58 ans et rien n'a changé. En 72, tous les foyers anglais, à titre d'exemple, on pu voir David Bowie agenouillé, mimant une fellation à la Gibson Les Paul de Mick Ronson !
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK