26 septembre 2021, 15:30

ORPHEUM BLACK

"Sequel(s)"

Album : Sequel(s)

En Février 2020, nous avions été séduit par le premier EP, « Act 1 » de ce jeune groupe orléanais. En mettant la barre aussi haut, l’écueil du premier album n’en était pas moins risqué car ORPHEUM BLACK ne pouvait pas se permettre de faire dans la demi-mesure ou simplement proposer un "bon" premier disque. Le confinement provoqué par le début de la crise sanitaire mondiale aurait pu couper l’herbe sous les pieds de ce nouveau groupe. C’était sans compter sur son expérience et sa détermination. Faisant preuve de résilience, le quintet a profité du confinement et de l'été 2020 pour composer et  enregistrer « Sequel(s) ». Le résultat est un concept-album dont les paroles et certaines sonorités en font une sorte d’odyssée qui retrace l’épopée d’un voyageur en quête de sens. Ce qui fait aussi écho à cette période troublée. A défaut, de pouvoir sortir ce premier album et de tourner pour le soutenir, le second confinement sera l’occasion pour ORPHEUM BLACK de mettre en image cette odyssée et d’entretenir avantageusement et de manière qualitative le teasing en attendant des jours meilleurs.

C’est donc en ce début d’automne 2021 que « Sequel(s) » voit enfin le jour. Il commence avec "Mantra" qui débute calmement sur un arpège et une ligne de chant qui rappelle le meilleur d’ANATHEMA au point de vous donner la chair de poule. Rapidement la rythmique accélère le rythme afin de permettre au duo vocal Archambault/Daudin de déployer toute sa puissance. "Seized By Depth" est un titre mid-tempo qui commence de manière énergique où le chant masculin vient en soutien du féminin avant un break qui nous emmène en douceur vers la chanson suivante. Si le morceau est bon et agréable à écouter, il est peut-être le moins inspiré de l’album. "Head On Fire" fait son entrée sur un rythme martial et entêtant accompagné d’une nappe de clavier. Si les couplets sont essentiellement chantés par Grégory Daudin, Mélodie Archambault prend le dessus sur les refrains. Cette approche associée à un solo de guitare endiablé de Romain Clément donne beaucoup de relief à cette chanson. "Strangest Dream" est le premier titre de l’album à avoir fait l’objet d’un clip. Un arpège se développe crescendo vers un refrain explosif, pour déboucher sur un break et un solo de guitare incisif. Ce superbe titre chargé d’émotion permet au duo de nous offrir une de ses plus belles prestations vocales. L’entraînant "The Black" propose des couplets mid-tempo qui alternent chant féminin et masculin alors que les refrains plus énergiques sont chantés en duo. Comme "Seized By Depth", "Alive" est agréable à écouter principalement grâce à ses refrains plus percutants. "Unsaid Forever" est un moment fort de « Sequel(s) ». Second clip de l’album sorti en mars dernier, il propose des couplets entrainants basés sur un joli rythme de basse et un riff de guitare qui n’est pas sans rappeler celui de "Beautiful One" de AGUA DE ANNIQUE. Les refrains sont une fois de plus explosifs faisant du titre un hymne en quelque sorte. Troisième et dernier single avant la sortie de l’album, "Together & Alone" est un autre temps fort avec ses refrains superbement amenés par des couplets épurés, aériens et chargés d’émotion. "Way Back Home", est une ballade qui referme avec force et émotion cette odyssée.

Dès la première écoute, « Sequel(s) » confirme qu’après un excellent premier EP, ORPHEUM BLACK continue sur sa lancée et ne fait pas dans la demi-mesure. Plus subtile, « Sequel(s) » est une addiction qui se loge dans votre esprit et se développe au fil des écoutes sans jamais vous lasser. ORPHEUM BLACK c’est une osmose, le résultat de la rencontre du rock alternatif et progressif porté par Mélodie Archambault d’un côté et celle du stoner de l’autre avec Grégory Daudin et Romain Clément. Le line-up est complété par une solide ossature basse/batterie tenue respectivement par Gauthier Daniels et Paskal Desuert. Le résultat donne au groupe une identité forte, basée sur une musique émotionnelle et percutante au service d’un magnifique duo chant féminin et masculin. Avec « Sequel(s) », ORPHEUM BLACK s’inscrit comme un sérieux espoir de la scène rock française. Espérons que la crise sanitaire lui laissera le temps de faire la promotion de cet album sur scène avant de se remettre au travail pour un second disque qui devra confirmer cette addiction entêtante qu’offre sa musique.

Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK