30 octobre 2021, 23:59

Anneke van Giersbergen + Minka

@ Maastricht (Muziekgieterij)

Traverser la frontière franco-belge, puis la belgo-néerlandaise pour se rendre à Maastricht afin de voir la première partie de la tournée promotionnelle de « The Darkest Skies Are The Brightest », dernier album d’Anneke van Giersbergen, c’est avoir le sentiment que la vie normale reprend ses droits sur une vision politique qui divise binairement l’humanité en ce qui est essentiel de ce qui est non-essentiel. Depuis notre hôtel, nous traversons la ville qui en cette soirée d’halloween déborde de vie, illuminée de mille feux, un peu comme si c’était Noël avant l’heure. Nous arrivons enfin à l’ancienne usine de céramique reconvertie en Muziekgieterij que l’on pourrait qualifier de lieu pour les fondus de musique. Dans la file d’attente qui se forme devant l’entrée, on repère quelques fans de metal qui laissent à penser que la soirée ne sera tout de même pas vraiment metal.
 


C’est avec la ponctualité qui caractérise les néerlandais que Minka fait son entrée sur scène, seule avec sa guitare et son ordinateur sur lequel elle a préalablement enregistré ses boucles et accompagnements. Loin de notre univers et sans être notre tasse de thé, nous ne nous attarderons pas sur sa prestation, mais il faut honnêtement reconnaître que l’influence electro-pop teintée de rock'n'roll que propose Minka est maîtrisée et bien réalisée.

Après la traditionnelle pause technique permettant aux techniciens d’effectuer le changement de plateau et au public de discuter en buvant un verre, c’est l’entrée des musiciens qui accompagnent Anneke qui annonce le début de la seconde partie de la soirée. Ainsi, le quatuor à cordes THE MAGIC STRINGS qui apparaît aussi sur le clip-vidéo de "My Promise" s’installe, tout comme Gijs Coolen à la guitare et Rob Snijders à la batterie que nous n’avions pas vu sur scène depuis la tournée promotionnelle de « Drive », ce qui remonte à 2014. Nous découvrons aussi Celine van Veldhoven aux chœurs et à la guitare.
 


Anneke fait son entrée sur la chanson titre "Everything Is Changing". Malheureusement, l’ensemble est approximatif, mais le professionnalisme reprend rapidement le dessus et l’interprétation de "Agape" qui ouvre l'album « The Darkest Skies Are The Brightest » est superbe avec ses arrangements de cordes qui rappellent ceux de William Sheller en version symphonique. Vous l’aurez compris, nous sommes ici loin de l’univers metal qui nous anime. Elle poursuit avec l’entraînant "Lo And Behold". La reprise de "Jest Oldu" est l’occasion pour Anneke de parler de sa récente participation à l’émission de télévision néerlandaise Bestje Zangers. Cette chanson permet à la chanteuse de nous rappeler son multi-culturalisme et sa capacité à mixer avec pertinence les genres. A cette occasion, les turques ne s’y sont pas trompés puisque sa prestation s’est répandue de façon virale (700 000 vues) et son compositeur, Mustafa Sadal l’a invitée à se produire en duo avec lui lors de son passage prochain en Turquie. Alors que l’ensemble des musiciens quittent la scène, Anneke interprète seule avec sa guitare "Love You Like I Love You". Elle troque ensuite sa guitare pour un ukulélé pour proposer une version originale et surprenante de l’hymne "Strange Machines" qui ouvre l’album « Mandylion » de THE GATHERING l'ayant révélée en 1995.
 


Gijs Coolen, guitariste et producteur de « The Darkest Skies Are The Brightest », la rejoint sur scène. C’est l’occasion pour Anneke de le présenter et de raconter avec beaucoup d’humour comment ils se sont rencontrés avant qu’il ne rejoigne par la suite AGUA DE ANNIQUE. Ensemble, ils interprètent magnifiquement une reprise de PINK FLOYD, "Wish You Were Here". A deux guitares, Gijs met alors en valeur ses talents de guitariste. Ils enchaînent sur la joyeuse "Feel Alive" qui résume bien la résilience d’Anneke après quelques années difficiles entre la fin de VUUR et la pandémie. Tous les musiciens reviennent sur les planches pour interpréter le classique d’AYREON "Valley Of The Queens" puis, un nouvel extrait de son dernier album, "My Promise", avec ses accents flamenco. Une nouvelle reprise qu’elle interprète assez souvent, "Running Up That Hill" rappelle l’intérêt qu’Anneke porte à Kate Bush et c’est toujours avec plaisir que le public accueille cette interprétation. Avant le traditionnel rappel, c’est avec l’émouvant "Losing You", le superbe "Hurricane" et le refrain de "Survive" qu’Anneke continue d’entraîner un public conquis par cette heure de concert chargée d’humour, d’émotion et de bonne humeur.
 


Les musiciens quittent la scène sous les applaudissements qui ne cessent car le public ne souhaite pas en rester là. Anneke décide donc de revenir, seule d’abord, pour interpréter l’émouvante "White Roses" de Joe Buck avec qui elle a partagé le plateau de Bestje Zangers. Si tous les musiciens reviennent sur scène nous restons tout de même dans l’émotionnel avec "The End". Quant à "I Saw A Car"; il permet de revenir à quelque chose de plus gai et rythmé avant de terminer en compagnie de Gijs et Rob pour l’inédit "Weary".

Loin de l’univers originel de HARD FORCE, nous avons toute fois passé une soirée exceptionnelle avec l’une des plus grandes ambassadrices de notre culture musicale. Avant qu’Anneke ne se lance dans sa tournée promotionnelle européenne malheureusement en solo, cette soirée, a démontré qu’elle valait largement le déplacement à Maastricht. Malheureusement, parce que ce n'est pas qu’il soit regrettable de voir Anneke en solo, mais bien parce que cette configuration en groupe aurait mérité amplement de tourner à travers l’Europe, et pourquoi pas s’offrir un tour du monde. En attendant, il faudra patienter jusqu’au printemps 2022 pour la revoir lors de son passage à Paris à Petit Bain à moins que l’envie ne vous fasse voyager pour la retrouver sur scène.

Photos © Axelle Quétier - Portfolio
 

Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK