22 novembre 2021, 18:00

UNLEASHED

Interview Johnny Hedlund

Le quatorzième album des musiciens les plus vikings du death metal, « No Sign Of Life », vient de sortir. UNLEASHED propose comme à son habitude, une musique à la fois épique, brutale et incisive, véritable bande son à des batailles de guerriers assoiffés de vengeance et de conquête. C’est le chanteur et bassiste Johnny Hedlund qui a bien voulu répondre à nos questions à propos de ces nouvelles chansons qui célèbrent également les 30 ans du premier album, « Where No Life Dwells ».
 

Salut Johnny, tout d'abord, comment ça va en cette période tourmentée ?
Salut ! Merci, écoute ça va plutôt bien puisque rien de bien grave ne m’est arrivé pour le moment. Pourvu que ça dure !

Votre nouvel album s’intitule « No Sign Of Life » et il marque le 30e anniversaire de votre premier disque « Where No Life Dwells ». Y a-t-il une comparaison à faire entre les deux titres qui affirment qu'il ne reste aucune vie, ou est-ce une simple coïncidence ?
C'est en fait une coïncidence. Le titre représente ce que vivent les guerriers de Midgard alors qu'ils se battent contre les armées du Christ blanc dans le désert du Sinaï. Cela signifie littéralement "aucun signe de vie".

Si nous revenons sur votre longue carrière, es-tu fier de ce qui a été accompli jusqu'à présent ?
Oui, bien sûr ! Je pense qu'après si longtemps, nous avons toujours su garder notre cap pour ainsi dire et c’est une grande fierté pour moi. Ce n'est pas facile de garder quoi que ce soit pendant 30 ans et plus... à part tes jambes peut-être ! Et peut-être la tête. Honnêtement, il nous a fallu entretenir un travail sérieux et un rythme solide pour garder notre musique intacte depuis 32 ans maintenant.

UNLEASHED est toujours resté fidèle à son style mais sait aussi être moderne et accrocheur. Quelle est ta recette pour écrire une musique qui dure longtemps ?
Je pense que nous savons ce que nous aimons. Et comme notre travail acharné a perduré au fil des années, le processus créatif est resté assez similaire à chaque fois que nous créons un nouvel album. Je pense aussi que nous avons une assez bonne idée de ce que nos guerriers du monde entier aiment vraiment aussi.

« No Sign Of Life » est votre 14e album. De quoi parle-t-il ?
C'est le 5e album consécutif dans lequel je retranscris un livre que j’ai commencé à écrire avec un ami il y a de nombreuses années et que nous n’avons jamais terminé. Ça s'appelle Le monde d'Odalheim et nous avons décidé de transformer les chapitres en chansons pour ainsi dire et ça a l'air de très bien marcher. L'intrigue générale est que les guerriers Midgard se battent pour leur mode de vie contre les armées du Christ blanc.
 


Comment s'est passée l'écriture de celui-ci ? Était-ce plus difficile que pour les précédents ou bien la période pandémique a-t-elle permis de prêter plus d'attention aux détails et d'être plus créatif ?
Non, la pandémie n'a pas du tout affecté cet album. Nous avons continué à nous envoyer des fichiers, de la musique et des paroles. Cette fois, c'était la même chose que pour les albums précédents.

Il y a 11 itres sur l'album, très efficaces, brutaux et épiques. Certains d'entre eux sont encore plus concis que d'autres avec leur durée de seulement 2'30 minutes comme "Did You Struggle With God" et "Tyr Wields The Sword". Est-ce un besoin d'être plus brefs dans le message que vous avez à livrer ? Contrairement à la dernière chanson par exemple qui dure 5 minutes ?
Merci beaucoup ! Eh bien, la longueur de la chanson n'est qu'une coïncidence. Je n'ai jamais d’idée du temps que va durer une chanson en rapport avec son concept lyrique. Cela pourrait être important mais en fait la durée n’a que très peu d’impact sur le contenu, ni l’inverse d’ailleurs. Je pense aussi qu'il n'y a pas vraiment d’intérêt à faire des chansons trop longues. Par contre, elles doivent être extrêmement intéressantes si elles doivent durer environ 7 minutes.

Le thème viking et la mythologie nordique sont-ils pour toi une source d'inspiration inépuisable ?
Oh oui ça l'est. Une source d'influence à vie, à mon avis. Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de mieux ou de plus important non plus. Nous avons écrit d'autres paroles bien sûr puisque nous avons maintenant 14 albums sortis en 32 ans. Mais il n'y a aucun doute sur le fait que ces thèmes sont les plus inspirants à nos yeux.

Jetons un coup d'œil à la pochette, elle est très symbolique avec les Mjöllnir, les corbeaux d'Odin et les fantômes des guerriers vikings. Peux-tu nous en dire plus ?
Alors que les guerriers Midgard persécutent les armées du Christ blanc dans le désert du Sinaï, "aucun signe de vie" est vraiment ce qu'ils ressentent après des jours et des semaines dans le paysage désertique chaud et vide. C'est ce que montre la pochette de l'album, y compris les montagnes. Les corbeaux d'Odin toujours sont les yeux de leur maître et ses messagers et bien sûr, le marteau de Thor est toujours présent.

Toutes les chansons de l'album sont du pur death metal qui ont bien vocation à galvaniser votre public lorsqu'elles seront jouées en live. Avez-vous déjà des projets de concerts à venir ? Et si oui, avez-vous des idées de set-list ?
Nous travaillons sur la set-list en ce moment même. Nous devrons également jouer des chansons plus anciennes, mais c'est sûr que c'est un vrai calvaire de choisir des chansons après 14 albums. Nous allons maintenant, espérons-le, jouer tous les festivals et concerts qui ont été reportés il y a presque deux ans lorsque la pandémie a commencé. Espérons que les choses redeviennent normales mais sait-on jamais.

Quelles sont tes chansons préférées de cet album ? As-tu hâte de les présenter sur scène à vos fans ?
Eh bien désolé mais je n'ai pas vraiment de chansons préférées. Je pense que la plupart des musiciens aiment vraiment tout ce qui vient d'être créé et cela signifie toutes les chansons. Ou alors je n'aurais pas décidé de les mettre sur l’album. Mais par contre oui, j’ai hâte de les jouer sur scène, ça c’est sûr !
 

Blogger : Aude Paquot
Au sujet de l'auteur
Aude Paquot
Aude Paquot est une fervente adepte du metal depuis le début des années 90, lorsqu'elle était encore... très jeune. Tout a commencé avec BON JOVI, SKID ROW, PEARL JAM ou encore DEF LEPPARD, groupes largement plébiscités par ses amis de l'époque. La découverte s'est rapidement faite passion et ses goûts se sont diversifiés grâce à la presse écrite et déjà HARD FORCE, magazine auquel elle s'abonne afin de ne manquer aucune nouvelle fraîche. SLAYER, METALLICA, GUNS 'N' ROSES, SEPULTURA deviendront alors sa bande son quotidienne, à demeure dans le walkman et imprimés sur le sac d'école. Les concerts s'enchaînent puis les festivals, ses goûts évoluent et c'est sur le metal plus extrême, que se porte son dévolu vers les années 2000 pendant lesquelles elle décide de publier son propre fanzine devenu ensuite The Summoning Webzine. Intégrée à l'équipe d'HARD FORCE en 2017, elle continue donc de soutenir avec plaisir, force et fierté la scène metal en tout genre.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK