11 juillet 2022, 23:59

STEEL PANTHER

@ Paris (Le Bataclan)


Ça me fait toujours bizarre d’aller au Bataclan. Cette petite appréhension anxieuse qui se dissipe et me rappelle ce qui s’est passé. C’est comme ça, je ne peux pas faire autrement... Soirée estivale heavy glam rock ce soir là avec STEEL PANTHER qui achève sa tournée européenne à Paris. Le stand de merchandising est d’ailleurs quasi-vide ! FLORENCE BLACK ouvre pour les glamsters-comedy-hard-rock. Le trio anglais est une réelle surprise bien hard rock. Je vous recommande l’écoute de son album « Weight Of The World ». Un très bon moment !

20h30. Je reste à la barrière devant le bar de la salle avec Stéphane Buriez, que l’on ne présente plus. Backdrop vert au logo de la panthère d’acier. Stix Zadinia, Satchel et Spider le bassiste, tel "Nikki Sixx", investissent la scène. A la David Lee Roth, Michael Starr les rejoint. Le groupe est rodé avec un spectacle millimétré comme un show de Las Vegas. Les hostilités sexy commencent avec "Goin’ In The Backdoor" enchaîné avec "Tomorrow Night". Le public est en furie même si la salle n’est pas très remplie. Satchel fait le show comme à son habitude avec ses « J’aime la chatte », et « petite bite » pour son chanteur. Il blague sur l’âge de ce dernier en le traitant de senior. Il n’y a plus de Lexxi Foxx à la basse et à la laque. Il « se serait recyclé dans le porno gay » selon le guitariste. Spider, que le groupe connait bien, est plus discret. Stix et le groupe font une courte reprise d’un titre de DEF LEPPARD avec Stix qui ne joue qu’avec un seul bras comme Rick Allen. "Asian Hooker" est envoyé. C’est chaud, c’est bon avec un peu de déjà-vu. Starr et Satchel encouragent le public à dire « Fuck » pour introduire l’ode à l’auto-plaisir ("All I Wanna Do Is Fuck (Myself Tonight)"). Petite ballade avec "Fat Girl". Le public présent est vraiment à fond. Ca joue et Satchel est un poseur à l’ancienne. Stix est un métronome body buildé et Starr est la photocopie de Diamond Dave.


STEEL PANTHER balance un titre éjaculatoire avec "Let Me Cum In". Le groupe sortira un nouvel album prochainement et Paris a la chance ce soir d’avoir droit à un inédit à la thématique vaginale : "Never Too Late To Get Some Pussy Tonight". C’est heavy rock à la sauce VAN HALEN, POISON, MÖTLEY CRÜE, DOKKEN... avec une intro grandiose à la batterie. Le titre s’inscrit parfaitement dans la set-list. Starr quitte la scène. Satchel veut rendre hommage à Randy Rhoads, le premier guitariste d’Ozzy Osbourne décédé dans un accident d’avion ! Un roadie amène Starr qui parodie Ozzy, avec ses troubles de coordination motrice, sur "Crazy Train". Il décapitera une chauve-souris en peluche. L’effet surprise de la première fois passé, c’est toujours sympa de voir le groupe s’éclater sur ce titre et de rendre hommage à Ozzy et Randy ! A la manière des années 80, c’est l’heure du solo de guitare avec des "fuck, du sex, de la cocaine et des metal horns" ! Satchel est un technicien hors pair et nous joue les riffs de certains titres les plus célèbres du heavy metal (METALLICA, BLACK SABBATH, IRON MAIDEN...) derrière la batterie de Stix. Succès assuré !

C’est l’heure des filles sur scène et c’est Marine qui monte la première. Elle s’asseoit sur un tabouret de bar et Starr, Satchel, Spider, Stix vont chacun aller de leur petite chansonnette aux mots crus pour elle. Plein d’amour pour cette jeune femme, STEEL PANTHER n’a vraiment peur de rien dans ce spectacle comique bien hard rock. Stixx au clavier, à la Tommy Lee comme sur "Home Sweet Home", joue les accords de "Weenie Ride". Bonne ballade à l’ancienne ! Starr veut faire monter encore plus de filles sur les planches et là, c’est le bordel habituel avec des défilés de boobs, des filles qui se french kissent, qui dansent, qui ondulent façon strip-club, le tout sur du "17 Girls In a Row". La fête bat son plein et l’hymne en hommage à celle-ci est jouée ("Party Like Tomorrow Is The End Of The World"). Petite pause avec la ballade relatant les organes génitaux du chanteur en tournée et hors tournée. Puis c’est l’heure de l’hommage à la musique qui nous fait vibrer : le METAL ! "Death To All But Metal" ! Le groupe salue le public et quitte la scène. Un peu de bruit dans la salle pour un rappel avec l’intro clavier à la manière de BON JOVI pour une chanson festive encore ("Party All Day") et "GloryHole" sur lequel un dernier circle-pit se dessine dans la fosse. Le groupe signe la peau de caisse claire de Stix, balance des médiators et c'est une ovation pour STEEL PANTHER qui rentre à la maison.

C’était une bonne soirée en mode Sunset-Strip. Les STEEL PANTHER savent faire...

Portfolio © Axelle Quétier

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK