1 mai 2013, 15:42

PERIPHERY @ Paris (Nouveau Casino)

Enfin une tournée en tête d'affiche ! Les amateurs de djent et autres orgies d'instruments à plein de cordes attendaient PERIPHERY au tournant depuis leurs supports à DREAM THEATER puis à BETWEEN THE BURIED AND ME en 2012. Les Américains remplissent donc fort logiquement à ras bord le Nouveau Casino. Ils sont pour l'occasion accompagnés de deux formations paradoxalement plus anciennes que leur tête d'affiche : les Allemands SYQEM et les Anglais TESSERACT.

 

Bien que SYQEM soit en charge de démarrer la soirée, le groupe promeut actuellement son cinquième album studio, "Reflections Of Elephants". Suivant eux aussi résolument la mouvance progressive djent, leurs morceaux sont plutôt bien accueillis par un public qui n'a absolument aucun mal à entretenir son enthousiasme. L'audience, dans son immense majorité très jeune et masculine, est déjà résolument motivée, ce qui donne une bonne idée de l'ambience à suivre.

 

 

 

A en juger par le degré d'implication des premiers rangs, une partie non-négligeable du public présent semble être venu tout spécialement pour TESSERACT. Ou était-ce une expression supplémentaire de la sur-motivation générale ? Toujours est-il que les têtes balancent, les bras se lèvent, y compris sur un titre dévoilé d'"Altered State", album à paraître fin mai. Ashe O'Hara, le nouveau chanteur de la formation qu'on avait déjà pu entendre au Batofar en octobre 2012, souffre de son instrument mais passe ses parties vocales sans encombres majeures. Les avis sont cependant divergents sur sa prestation scénique, jugée peu impliquée.

 

 

Tandis que le très attendu "Conceiling Fate part 1 - Acceptance" clos le set, les réticents finissent de se laisser convaincre du niveau technique imparable de TESSERACTPERIPHERY n'a plus qu'à mettre la barre encore plus haut !
 

 

 

Que peut-on faire de plus geek pour un groupe de Metal que de se passer totalement de son mur d'amplis pour ne jouer qu'à l'oreillette ? PERIPHERY relève le pari et libère ainsi une place précieuse pour ses six membres (dont trois guitaristes !) sur la petite scène du Nouveau Casino.
 
 
 
Un Spencer Sotelo tonitruant (et en chemise trop petite), fait son entrée sur "Ragnarok", pour ne plus lâcher la scène pendant la toute petite heure que durera le set. Le public est alors partagé entre communion volubile et masterclass concentrée. Les musiciens viennent d'ailleurs taquiner régulièrement les plus passionnés en grattant leur cordes sous le nez du premier rang.
Le dernier album "Periphery II : This Time It's Personal" est mis à l'honneur, avec des morceaux comme "Facepalm Mute" et "Have A Blast", ou encore "Scarlet" et "Luck As Constant", jamais joués à Paris auparavant.
Le rappel sera composé d'un assortiment de "petits plaisirs", à savoir un solo de Matt Halpern, une reprise (quoique écourtée) de "Killing In The Name" de RAGE AGANST THE MACHINE, ainsi que le très bon final de l'album "Periphery", "Racecar".
Set-list : Ragnarok / Scarlet / Jetpacks Was Yes! / Luck as a Constant / Have a Blast / Facepalm Mute / Make Total Destroy / Icarus Lives! / Rappel : Matt Halpern solo / Killing in the Name (reprise RATM) / Racecar
Blogger : Marjorie Coulin
Au sujet de l'auteur
Marjorie Coulin
Débarquée dans la photographie de concert par un heureux concours de circonstances, alors qu'elle s'adonnait depuis des années à diverses autres disciplines (la photo nature notamment), Marjorie prend goût au photopit et ne le lâche plus. Elle s'attache dès lors à la promotion visuelle des styles musicaux qui la touchent le plus. D'abord photographe et co-gestionnaire d'un webzine à la thématique centrée sur les musiques progressives, elle s'ouvre en 2012 sur d'autres horizons metal en intégrant l'équipe parisienne de HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK