29 avril 2013, 11:55

KILLSWITCH ENGAGE @ Paris (Trabendo)

Depuis quatre longues années qu'ils se faisaient attendre, KILLSWITCH ENGAGE réapparaît enfin sur les planches du Trabendo. Entre temps, le groupe a eu tout loisir de composer un sixième album studio, "Disarm the Descent", et de rappeler au charbon son ancien chanteur, Jesse Leach, qui n'avait plus tourné avec eux depuis 2002. La formule allait-elle toujours fonctionner ?
Les Américains sont accompagnés sur leur tournée de HEARTIST et de SYLOSIS.
Signés eux aussi chez Roadrunner Records, HEARTIST est un tout jeune groupe qui promeut actuellement sont premier album "Nothing You Didn't Deserve". Si le groupe fait montre d'une énergie indéniable et de compositions accrocheuses, sa jeunesse se fait également ressentir par un jeu brouillon et quelques notes hasardeuses.


Le public français s'était attendu à voir SYLOSIS en compagnie de FEAR FACTORY et Devin Townsend pour leur tournée européenne fin 2012. Malheureusement pour nous (et sans doute heureusement pour eux), ils préférèrent annuler leur support à l'Epic Industrialist Tour pour assurer la première partie de LAMB OF GOD aux USA.
Campés sur scène, SYLOSIS a un peu plus de bouteille et cela se voit. Carrés dans leur exécution, extrêmement efficaces, les Anglais expédient leur fusion de Thrash-Death Metal, parmi laquelle des morceaux de "Monolith", paru en 2012 ("Fear The World", "All is Not Well",...).


Un débarrassement de scène et quelques pitreries des Dupont et Dupond version roadies (non sérieusement, ils se ressemblaient vraiment beaucoup) plus tard, on comprend mieux pourquoi la scène se résume à une batterie, gentiment calée au milieu de deux rangées d'amplis. KILLSWITCH ENGAGE déploie dès la première note de son set une intensité extraordinaire, faite d'allers-retours sur la largeur de la scène, d'échanges enragés avec leur public, de mimiques et bien évidemment d'un son énorme.

 

Jesse Leach est comme un poisson dans l'eau, probablement remis dans le bain par les concerts précédents, les réflexes n'ayant pas du être bien difficiles à retrouver. La voix en forme, juste et charismatique, il exécute aussi bien les titres du dernier album (l'énorme premier morceau "The Hell In Me", ou encore "In Due Time") que ceux composés en son absence. Deux albums passeront néanmoins à la trappe : les deux albums self-titled, dont le tout premier album du groupe, auquel participa Leach. Coincidence ?

Setlist : The Hell in Me / A Bid Farewell / Fixation on the Darkness / The New Awakening / Life to Lifeless / No End in Sight / Take This Oath / The Arms of Sorrow / This Is Absolution / All That We Have / Rose of Sharyn / Numbered Days / Self Revolution / In Due Time / My Curse / The End of Heartache / Rappel : My Last Serenade



 

 

Blogger : Marjorie Coulin
Au sujet de l'auteur
Marjorie Coulin
Débarquée dans la photographie de concert par un heureux concours de circonstances, alors qu'elle s'adonnait depuis des années à diverses autres disciplines (la photo nature notamment), Marjorie prend goût au photopit et ne le lâche plus. Elle s'attache dès lors à la promotion visuelle des styles musicaux qui la touchent le plus. D'abord photographe et co-gestionnaire d'un webzine à la thématique centrée sur les musiques progressives, elle s'ouvre en 2012 sur d'autres horizons metal en intégrant l'équipe parisienne de HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK