3 juillet 2024, 17:42

OH HIROSHIMA

"All Things Shining"

Blogger : Clément
par Clément
Album : All Things Shining

Derrière cet intrigant patronyme se cachent deux frères, Jakob Hemström et Oskar Nilsson, œuvrant dans un post-rock de première classe. Un duo à géométrie variable qui traîne sa bosse depuis 2009 avec déjà cinq disques installés dans sa besace. Dont l'avant-dernier en date, « Myriad », paru en 2022 chez Napalm Records, confirmait un véritable potentiel pour un style raffiné et mélancolique.

« All Things Shining », cinquième réalisation des Suédois, ne fait pas exception au standard de qualité que le groupe affiche depuis ses tout débuts discographiques. Que ce soit dans la structure des compositions, l'alternance de rythmiques enfiévrées et de parties plus calmes, tout indique bel et bien un niveau de maturité qui sonne ici comme une évidence. Que ce soit sur les mid-tempo envoûtants (l’introductif "Wild Iris", le puissant "Deluge"), les escapades psychédéliques de bon aloi ("Rite Of Passage"), OH HIROSHIMA fait preuve une nouvelle fois d’une finesse mélodique et d’une richesse de composition qui feront frémir les palpitants des plus exigeants d’entre vous. Chacun de ces huit titres délivrant avec un doigté jamais démenti des ambiances éthérées et progressives dont le groupe se fait le chantre depuis tant d’années. Oui, « All Things Shining » constitue une véritable fresque aux contours multiples, une superbe montée en puissance rythmique qui honore des guitares lourdes mais néanmoins délicates.

L’ajout de nombreux éléments qui sortent du cadre imposé tels le violoncelle, le trombone et quelques chœurs féminins achèvent de rendre ce tableau réussi. Principalement parce qu’ils sont utilisés avec justesse et ne font pas office de simples gimmicks qui viendraient jouer le rôle de cache-misère. Quant à la production fouillée signée Kristian Karlsson ainsi que le mixage et mastering forgés par l’inévitable Magnus Lindberg (CULT OF LUNA), ils ne font que renforcer cette impression d’excellence tout du long. L’artwork, superbe, de l’artiste français Wilson Trouvé apporte quant à lui ses lettres de noblesse à un album qui s’affiche comme l’un des très grands du genre pour cette année 2024. Un véritable travail d’orfèvre...

Blogger : Clément
Au sujet de l'auteur
Clément
Clément a connu sa révélation métallique lors d'un voyage de classe en Allemagne, quelque part en 1992, avec un magazine HARD FORCE dans une main et son walkman hurlant "Fear of the Dark" dans l'autre. Depuis, pas une journée ne se passe sans qu'une guitare plus ou moins saturée ne vienne réjouir ses esgourdes ! Etant par ailleurs peu doué pour la maîtrise d'un instrument, c'est vers l'écriture qu'il s'est tourné un peu plus tard en créant avec deux compères un premier fanzine, "Depths of Decadence" et ensuite en collaborant pendant une dizaine d'années à Decibels Storm, puis VS-Webzine. Depuis 2016, c'est sur HARD FORCE qu'il "sévit" où il brise les oreilles de la rédaction avec la rubrique "Labels et les Bêtes"... entre autres !
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK