12 janvier 2013, 0:00

EDGUY : "Age Of The Joker"

Blogger : Sedastian
par Sedastian
Album : Age Of The Joker


Si Tobias Sammet n'excellait pas dans l'art de la composition, je n'écouterais certainement pas EDGUY. Même s'il a le don de m'agacer de temps en temps (plus par son attitude et sa prétention que par son talent), il faut tout de même avouer que l'Allemand est un petit génie. Rares sont les musiciens comme lui qui réussissent à produire autant de musique avec une telle rapidité et d'une telle qualité. Bien évidemment, tout n'est pas bon, mais on lui pardonne ses quelques rares morceaux ratés.

Le premier reproche qu'on pourrait lui faire, et non des moindres, concerne sa voix. Et ça, ça ne pardonne pas ! Si l'on en fait abstraction, « Age Of The Joker » est un bon album. On rajoute la voix, et c'est le désastre. Cela devient inaudible et très vite insupportable. Mais ça, on le savait déjà. On passait simplement au-dessus jusque-là, vu qu'il compensait par l'originalité des morceaux. Mais où diable a-t-il appris à chanter ?! D'où lui vient cette envie de gémir, de miauler tel un chat qu'on viendrait de castrer ?! Ou d'hurler tel un loup à la lune ! On imagine très bien Tobi agonisant au sol et criant au désespoir en chantant la première (trop) longue strophe de « Fire On
The Downline ». Et je crois que si l'on se trouvait en face de lui au moment de l'enregistrement, il nous cracherait au visage, tellement ses consonnes sont (anormalement) accentuées.

Malgré cette faiblesse vocale, Tobias tire l'épingle de son jeu grâce à des refrains toujours aussi entraînants. En effet, il y a une sorte de force dans le refrain, mais qui provient surtout des choeurs qui accompagnent Tobias.
Cependant, ces voix additionnelles sont assez plates ; elles gagneraient à être plus lyriques. Dommage. Les strophes contribuent aussi à élever le refrain, par leur longueur et une certaine tension ou montée en puissance. Elles nous font sentir que quelque chose va se passer.

« Age Of The Joker » s'ouvre sur un « Robin Hood » long de 8 minutes, qui nous emmène au fin fond de la Forêt de Sherwood, mais dont l'ambiance est gâchée par une dérision qui devient vraiment lourde. Heureusement, la suite soulage. Car l'album contient quelques très bons morceaux : « Breathe », « Fire On The Downline », ou encore « Rock Of Cashel », qui s'arrête en plein milieu faire un crochet quelque part en terres celtiques. Il en contient aussi d'autres, moins enthousiasmants, et dont la vulgarité est parfaitement inutile, comme « Two Out Of Seven » ("Attend, retour en arrière, est-ce que j'ai bien entendu « What the f**k, s**k my c**k » ?!"). Cette violence verbale non naturelle, exagérée, surprend et ne sert qu'à se donner de grands airs. Je n'en vois pas l'intérêt.

Au fil des années, Tobias s'est construit un personnage très charismatique, excentrique et haut en couleur, qui fascine ou au contraire repousse. Pour ma part, je n'adhère pas du tout à cette espèce d'épouvantail vivant (cf. ses tenues vestimentaires). Pourtant, Tobias a raison, il a de quoi se la péter. Eh oui, tout le monde ne s'offre pas Jorn Lande en guest ! À chaque nouvel album d'AVANTASIA, de nouvelles voix du metal s'ajoutent à son tableau de chasse, et plutôt des grandes pointures : Alice Cooper, Russell Allen (SYMPHONY X), Michael Kiske ou encore Klaus Meine (SCORPIONS).

Pour moi, l'apogée d'EDGUY se trouvait quelque part entre « Rocket Ride » et « Tinnitus Sanctus », quand Tobias arrivait encore à faire la part des choses.
Aujourd'hui, les projets s'enchaînent tellement, que même lui n'arrive plus à différencier ses deux groupes, au point que « Age Of The Joker » pourrait très bien être un album d'AVANTASIA. Il faut croire que désormais, la seule façon de reconnaître les deux se fera par la présence de guests chez AVANTASIA.
Et à peine « Age Of The Joker » de pondu que le revoilà en train d'écrire le prochain AVANTASIA. Tobi n'est donc jamais à bout de souffle ! Enfin, verdict au printemps 2013.

Blogger : Sedastian
Au sujet de l'auteur
Sedastian
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK