24 avril 2014, 3:17

LED ZEPPELIN

"Zéro" chance d'une reformation sur scène, selon Robert Plant.

Deux notes résonnent qui rappellent l'ouverture de « Dazed and Confused ». Pourtant, « c’est l’interprétation par LED ZEPPELIN d’un classique du blues… et vous ne l’aviez jamais entendue auparavant : « Key to the Highway » a été enregistrée en 1970, mais [n’est] jamais sortie. » Après l'introduction de la journaliste de BBC 4 Radio, la parole à Robert Plant : « C’était une période particulièrement prolifique, où nous découvrions nos capacités respectives. Et Jimmy et moi nous amusions avec les trucs que nous jouions à la maison. ».

A l’occasion de la réédition de l’œuvre de LED ZEPPELIN, qui débutera en juin avec les trois premiers albums de la discographie des Anglais, la radio nationale britannique consacrait au groupe un reportage de 5 minutes, mercredi 23 avril. Autour des questions de Rebecca Jones, quelques phrases de Robert Plant et Jimmy Page, « enrobées » d’extraits des « companion discs » de ces énièmes remasters. Si « Key to the Highway » apparaît comme une méchante chute de studio, une version épurée de « Whole Lotta Love » offre une perspective plus intéressante sur les nouveautés à attendre de cette livraison.

Au-delà des considérations assez triviales de Page et Plant sur le temps qui passe, cet entretien jettera surtout un froid pour tous ceux qui espèrent encore une reformation, même ponctuelle, de LED ZEP. Confronté à un telle idée, Jimmy Page répond : « Ce n’est pas à moi qu’il faut demander… -(…) Je ne chante pas, je suis un guitariste. ».

Rebecca Jones reprend la parole « Que dit le chanteur ? (…) Quelles sont les chances ? Vous levez les yeux au ciel… ». La réponse de Robert Plant fuse, un seul mot : « Zéro. »
Une nouvelle fois, il sera difficile d’accuser le père Plant de faire de faire des excès de retape pour vendre sa came.

Ecoutez ou téléchargez la séquence entière pendant une semaine sur le site de la BBC :
http://downloads.bbc.co.uk/podcasts/radio4/today/today_20140423-0844a.mp3

Blogger : Naiko J. Franklin
Au sujet de l'auteur
Naiko J. Franklin
Naiko est né à une époque où DEEP PURPLE chantait « Mistreated » et BLACK SABBATH, « Sabbra Cadabra ». Ses biberons étaient dopés au PINK FLOYD, au LED ZEPPELIN, voire URIAH HEEP. Pourtant, c’est à Londres, au début des années 90, que s’est nouée sa véritable rencontre avec le metal, autour de groupes comme KORN, TYPE O NEGATIVE, MOONSPELL, MY DYING BRIDE ou CRADLE OF FILTH. C’est toujours à Londres, à la même époque, qu’il prit une petite part au lancement du mythique Big Cheese, aux côtés d’Eugene – qui dirige toujours le magazine. Après bien des détours, à la fin de 2011, lorsqu’il fut lassé du conflit israélo-palestinien, de la politique française, des femmes à poil et même des chiens écrasés, HARD FORCE lui permit enfin de renouer avec sa passion profonde.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK