18 septembre 2014, 0:10

ALESTORM + BRAINSTORM + CRIMSON SHADOWS + TROLDHAUGEN @Paris (Divan du Monde)

Paris pris à l'abordage ..

Trinquons mes jolis YOHO !!! ALESTORM qui pose ses amplis dans le coin, c’est une soirée de piraterie, de fête, de rhum/bière et de bonne humeur qui s’annonce. Bien accompagnés par TROLDHAUGEN, CRIMSON SHADOWS et BRAINSTORM, la date est sold out et les tricornes s’agitent sur le trottoir parisien …


TROLDHAUGEN prend les commandes de ce début de soirée. Encore peu connu en France, les Australiens sont en forme et comptent bien marquer les esprits avec leur folk metal déjanté.

Musicalement c’est donc un mélange de folk, de heavy metal et de sonorités balkaniques qui feraient parfois même penser à un cirque. Le quatuor en costume est monté sur piles, près à nous déverser sa bonne humeur, qui passe notamment par la prestance scénique du chanteur Reventüsk.
A grand renfort de mimiques de chanteur d’opéra (allant même jusqu’à nous faire quelques lignes de chant lyrique), ce dernier occupe véritablement tout l’espace qui lui est offert. Point culminant de cette prestation dansante et déjantée : la reprise d’ABBA version troll « Gimme ! Gimme ! Gimme ! (A troll after midnight) ». Il n’en fallait pas plus pour conquérir définitivement le public.

Un début de soirée comme on les aime avec une bonne découverte même si quelques interrogations subsistent, comme le gant « patte-de-yéti-verte-fluo » dont s’est affublé le chanteur sur une chanson…


CRIMSON SHADOWS prend la suite avec un mélange entre death et power sur fond de mélodies très épiques. Niveau chant, les Canadiens alternent entre le growl du chanteur Jimi Maltais et le chant clair du guitariste Greg Rounding !
La communication avec le public est excellente et ça commence à être un peu encombré dans les airs et parfois sur la scène. Venu défendre son dernier album « Kings Among Men » sorti fin août, le groupe s’en sort très bien et nous signe un bon show, bien que ce ne soit pas le plus marquant de la soirée, mais il faut dire qu’il y avait une concurrence sérieuse…  


Alors que la chaleur commence à faire de sérieux ravages, vient le tour de BRAINSTORM. Les Allemands sont des habitués de la scène et il suffit de voir le chanteur s’amuser avec le public pour en être convaincu. Si musicalement le groupe nous présente du power assez  classique, celui-ci est plus qu’efficace. Venus promouvoir son dixième album « Firesoul », sa prestation pleine de bonne humeur et de complicité en aura convaincu plus d’un. Avec une telle énergie sur scène et un aussi bon feeling avec le public… ça commence à être un peu n’importe quoi dans les airs et sur scène ! (Mais pas sûr que les slammeurs aient réussi à trouver de l’air frais de cette manière !)


Après une intro assez longue, c’est sur « Walk The Plank » et devant un Divan du monde sold-out et en nage, que les pirates font leur entrée. Il n’en fallait pas plus pour que ça devienne définitivement la tempête dans le pit. Enfin la tempête… pas totale non plus : contrairement aux prestations précédentes, ce coup-ci, pas question pour les roadies de laisser les slammeurs monter sur scène (une expérience malheureuse lors d’un concert précédent ayant un peu refroidi le groupe et notamment Peter Alcorn, le batteur, qui s’était retrouvé dans l’incapacité de jouer après qu’un slammeur soit allé lui sauter sur le pied …).

Deux morceaux plus tard et ce sont les premières notes de « Drink » qui retentissent dans la salle, nouvel hymne du groupe dont le public reprend en cœur les paroles « We are here to drink your beer… » sans se faire prier. Sans surprise, le dernier album « Sunset Of The Golden Age », sorti en août 2014, sera mis à l’honneur avec la moitié des titres joués. La set-list plutôt conséquente (17 titres), permettra toutefois de balayer toute la discographie du groupe mettant ainsi tout le monde d’accord.

C’était la première fois que je voyais ALESTORM depuis qu’Elliot Vernon a rejoint la formation en tant que membre permanent en 2012. Cet ajout de clavier, en renfort du clavier-guitare de Christopher Bowes, permet de véritablement mettre l’accent sur cet instrument qui reste l’élément le plus représentatif du groupe, notamment sur des titres comme « Over The Seas ». Seul guitariste, Dani Evans scelle le côté épique des compos.
Niveau ambiance dans la salle, c’est vraiment les Caraïbes : la chaleur, l’humidité, la sueur, les barmans débordés, le rhum… de quoi faire regretter les "Open Air" de l’été ! Une chaleur telle que Christopher Bowes, le chanteur commençait à avoir du mal à chanter (moi aussi d’ailleurs… pour le plus grand bonheur des oreilles innocentes de mes voisins).

Musicalement, on reste dans le pirate, ça sent la sueur oui… mais les embruns ne sont pas loin, dans la fosse ça part à l’abordage dans tous les sens sur « Shipwrecked » ou « Keelhauled », et on aura presque l’impression de se retrouver dans une taverne de Tortuga avec « Nancy The Tavern Wench ».
L
e concert se terminera sur « Captain Morgan’s Revenge » et « Rum », avec une course de slams entre Christopher Bowes (qui heureusement avait pensé à mettre quelque chose en dessous de son kilt) et Jimi Maltais (chanteur de CRIMSON SHADOWS).

On en ressortira lessivés, secoués par les vagues, mais avec un énorme sourire et une question : à quand le prochain passage en France ?
 

Blogger : Carole Pandora
Au sujet de l'auteur
Carole Pandora
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK