17 octobre 2014, 15:32

AUDREY HORNE : Torkjell "Toschie" Rod

Pureté, heavy et tatouages


AUDREY HORNE a sorti son 5ème et nouvel album intitulé « Pure Heavy », une sorte d’hommage à leurs influences hard rock et heavy metal des années 70-80. De passage à Paris, Toschie, son chanteur, nous en parle en détails dans l’interview qu’il nous a accordée.


Votre nouvel album s'intitule « Pure Heavy », pourquoi ce titre ?
C’est parti d’une blague ! Nous nous amusions à utiliser le terme "heavy" non stop en lieu et place des mots "bien" ou "bon". En studio, il y en avait toujours un qui disait : "Est-ce que ce que j’ai joué est suffisamment heavy ?". Quand quelqu’un faisait quelque chose de bien, on disait : "Waouh, c’est heavy mon pote !". Notre bassiste a alors suggéré d’appeler l’album « Heavy ». On s’est dit qu’on pourrait même l’appeler « Pure Heavy ». D’une blague, c’est devenu un titre de travail qui allait tellement bien à l’ensemble de l’album qu’on a fini par le garder !

« Pure Heavy » est comme le frère de « Youngblood », votre précédent album, non ?
Dans un certain sens, je te dirais oui. « Pure Heavy » a été composé et enregistré sur le même modèle de travail que « Youngblood ». Il y a eu cependant un travail de production plus important sur ce dernier album. Je crois qu'on peut dire que c’est le frère de « Youngblood ».

Pourquoi avez-vous fait le choix de 2 producteurs sur cet album, à savoir Sir Dupermann, alias Jorgen Traeen, et The Sun King, alias Iver Sandoy ?
Au départ, je te l’avoue, ce n’était pas un choix voulu. Nous voulions travailler avec Jorgen qui a mixé « Youngblood ». C’est un super producteur ! Nous avons toujours voulu travailler avec lui. A l’époque de « Youngblood », il ne souhaitait pas nous produire. Il venait de temps en temps en studio pendant que nous enregistrions l’album. Au fur et à mesure, il s’est mis à apprécier notre musique et a décidé de mixer l’album. Pour « Pure Heavy », on lui a demandé de nous produire. Il a répondu par l’affirmative et qu’il le ferait avec ce gars appelé Iver. Ils travaillent beaucoup ensemble. C’était donc son idée d’avoir 2 producteurs. Nous avons trouvé ça cool ! Avec 2 producteurs, tu as une autre vision de ta musique et un input plus important.
 

"Notre modèle de travail,  c’est donc écrire – enregistrer – apprendre les titres pour la scène tous ensemble" Toschie



Quelle a été votre organisation lors de l’écriture de l’album justement ?
C’est vraiment le même processus que celui utilisé sur « Youngblood ». Thomas et Arve, les guitaristes, ont écrit la plupart des titres chez eux et ont fait le travail de préproduction. Ils m’ont appelé en me disant qu’ils avaient des chansons, de venir les écouter et de faire les voix. Depuis « Youngblood », nous avons décidé de travailler nos chansons comme au début de notre carrière. Nous nous retrouvions tous au studio de répétition. Nous échangions nos idées et nous avons finalisé les titres en les enregistrant en live. C’est cool pour le moral et nous avons, du coup, tous l’impression d’être impliqué dans le processus créatif du disque. C’est bien aussi pour être prêt pour la scène. Notre modèle de travail,  c’est donc écrire – enregistrer – apprendre les titres pour la scène tous ensemble ! Nous sommes prêts pour les shows !

Combien de temps vous a pris l’écriture de l’album ?
On a commencé très tôt après avoir sorti « Youngblood ». On avait une bonne vibe créative ! On l’a donc utilisée pour continuer à écrire des chansons. Nous sommes partis en tournée après. Je dirais que « Pure Heavy » nous a pris 6-8 mois !

Décris-nous  « Pure Heavy » en 5 mots ?
Je vais dire d’abord Heavy (rires) puis Pur (rires). Energie : c’est ce que l’on a essayé de capturer en enregistrant live. Fun : ça a été vraiment fun de faire cet album. Challenge : on s’est donné à fond pour faire cet album.

Qui est cette « Volcano Girl » ?
Toutes les femmes !

Cette chanson sonne comme un tribute à Iron Maiden ?
C’est vrai, tu as raison !

Pourquoi le titre « Diamond » est si court ?
Toutes les chansons de « Pure Heavy » ont été composées dans la foulée de la sortie de « Youngblood » sauf « Diamond ». L’idée de cette chanson date de l’époque de notre second album « Le Fol » sorti en 2007. Nous l’avions enregistré à l’époque comme tu peux l’entendre aujourd’hui ! Nous nous sommes dit que nous devrions finir ce titre, cette ballade ! Tout l’album est très énergique et cette chanson est finalement un court break, comme un moment bref où tu retiens un peu ta respiration. On s’est dit que nous  allions la  laisser comme nous l’avions initialement composée.

De quoi parle la chanson qui ouvre votre album : « Wolf In Your Heart » ?
Cela parle de tension, d’impatience, d’agitation.  L’image de ce titre, c’est un peu nous qui partons sur les routes pour les tournées. Quand tu reviens à la maison, tu as au début une drôle de sensation et tu as envie d’aller "chasser à nouveau". C’est vraiment une chanson avec ce feeling d’impatience créatrice.

Quelles chansons de « Pure Heavy » jouerez-vous lors de votre prochaine tournée ?
On va répéter tout l’album le mieux possible ! Une chose est sure, c’est que nous allons jouer « Wolf in my heart », « Volcano girl », « Out of the City » « High And Dry ». On va tester les chansons de l’album auprès du public et voir ce qui fonctionne le mieux en live ! Dès fois, il y a des titres, que tu crois très bons en live, qui ne fonctionnent pas et d’autres oui ! On risque de finir avec la moitié de l’album sur notre future set-list.

Vous avez joué en France au Hellfest. Quels souvenirs en gardes-tu ?
On a fait le Hellfest 2 fois ! La dernière fois, c’était vraiment un super show. Le Hellfest est vraiment un super festival. Il y a toujours des supers groupes, l’organisation et l’hospitalité sont au top et le site du festival est magnifique. Vraiment, j’adore ce festival. J’espère que nous y rejouerons à nouveau.
 

"Partager la scène avec ceux que nous avions écouté en grandissant et qui nous ont donné envie de jouer dans un groupe nous a fait réaliser le travail accompli après toutes ces années !" - Toschie



Quelles sont les meilleures anecdotes de ta carrière ?
Il y en a plein ! Franchement, le dernier Hellfest était vraiment un super souvenir. C’était une super exposition pour le groupe, il y avait beaucoup de monde et nous avons reçu un excellent accueil de la part du public !
L’autre souvenir est que nous avons ouvert pour un certain nombre de groupes en Norvège que nous écoutons depuis toujours : AC/DC, MÖTLEY CRÜE… Même si ce n’était pas les concerts les plus excitants pour AUDREY HORNE, le fait d’être sur scène ou de partager la scène avec ceux que nous avions écouté en grandissant et qui nous ont donné envie de jouer dans un groupe nous a fait réaliser le travail accompli après toutes ces années !

Tu es aussi un célèbre tatoueur. Quels sont les tatouages les plus bizarres que tu aies déjà réalisés ?
J’en ai fait un paquet de tatouages bizarres après toutes ces années (rires) ! Par exemple, J’ai fait Flat Eric, cette peluche jaune qui bouge sa tête, sur les fesses d’un mec ! C’était vraiment bizarre (rires)

Audrey Horne est l’un des personnages de la série Twin Peaks. Es-tu addict aux séries TV ?
Oui, je passe pas mal de temps à mater des séries TV lorsque j’ai des jours Off. Il y en a plein que j’apprécie comme « Les Sopranos », « Wire », « West Wing ». J’ai récemment vu « NewsRoom » qui est vraiment super. J’adore « Dexter ».

Pour terminer, un message pour les fans français ?
Yeah ! notre prochaine tournée européenne va débuter en novembre. Nous allons faire plusieurs concerts en France début décembre. Venez nous voir ! On va s’éclater ensemble et on vous promet de supers moments. Ecoutez « Pure Heavy » disponible en CD et digital, vous ne serez pas déçus ! Merci.
 

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK