10 mars 2017, 12:36

STEEL PANTHER

"Lower The Bar"

Album : Lower The Bar

Les heavy glamsters STEEL PANTHER sont de retour avec « Lower The Bar », un nouvel album studio après un live acoustique dans le garage de la mère de Lexxi, le bassiste tatoué à la longue chevelure blonde adepte des miroirs et du maquillage.

Suck, Balls, Fuck, Pussy, Ass, Tits, Lick, Girls, ... Cris orgasmiques à la David Lee Roth, riffs powerchords Classic Hard US 1989, rythmique qui démonte tout, sont la panoplie artistique des STEEL PANTHER. Une formule toute trouvée que le groupe n’est pas prêt de modifier. Les Américains font évoluer leur concept Hard Comedy Rock en le professionnalisant à un haut niveau.  Le matériel original de ce quatrième album studio aurait frôlé la première place au Billboard à la fin des années 1990, les clips auraient été en "heavy rotation" sur MTV. En 2017, ils sont leaders de leur style et le public est présent ! Satchel, le guitariste (ex-FIGHT : le projet de Rob Halford de JUDAS PRIEST dans les années 1990), s’est chargé de la majorité des titres avec une thématique mixte : du sexe et la fête !

Le groupe ouvre avec "Goin’ In The Backdoor", un titre bien hard rock à la VAN HALEN et confrères. Ils savent faire, c’est efficace. Fermez les yeux, vous êtes au Whisky a Go Go !  "Anything Goes" poursuit dans la lancée sexuelle tout droit sortie de l’industrie pour adultes avec John Holmes en acteur principal. La lyric video du titre souligne toute la philosophie du groupe avec un clin d'œil à Nikki Sixx (MOTLEY CRUE, SIXX:A.M.), des Fuck par ci par là. Satchel est un vrai guitar-hero et le duo Stix/Lexxi est metronomiquent et rythmiquement acéré. "Poontang Boomerang" démarre sur l'introduction du "Blackout In The Red Room" du groupe américain LOVE/HATE, et raconte l'histoire d'une fille rencontrée sur Tinder. Le spectre de David Lee Roth est de retour, un break à la Brett Michaels de POISON, on est dans le blond peroxydé vocal. Du riff, il y en a comme il faut. Dernier single du groupe, la vidéo de ce titre avec cette femme desepérement raccompagnée par le chanteur et ce chat est très drôle. Un peu de Pussy ? Michael Starr en fait une ode et évoque son lien difficile d’avoir du sexe contre d’autres choses. "Pussy Ain’t Free, Let Me Tell You Brother". Un chœur efficace derrière le refrain booste le titre. Satchel fait sonner les harmoniques, Stix est tribal !

Sur ce type d’album, il faut au moins une ballade avec des guitares acoustiques, les Panthères ne font pas dans le romantique "Every Rose Has Its Thorns" de POISON mais dans le X avec "That’s When You Came In". Le groupe l’avait testée sur leur album live unplugged ! Tout s’énerve sur le solo de guitare mais tout revient vite dans l’ordre poétique avec un peu d’orgasme, de jouissance et de fellation.

"I Got What You Want" est légèrement différent de ce que propose Michael, Satchel, Lexxi et Stix habituellement : des rythmiques avec un synthé années 80, des lignes mélodiques à la SURVIVOR et tous ces groupes de rock FM californiens d’il y a 35 ans avec coupes mullet, bandeau dans les cheveux, spandex, tee-shirts cisailles...Du look STEEL PANTHER en fait. Ce titre aurait pu figurer sur la B.O. d’un film de Rocky Balboa. "Now The Fun Starts" débute avec une intro de basse qui rappelle un peu le "No More Tears" d’Ozzy. Mid-tempo planant, entrainant, ce titre est également un peu différent de ce que le groupe nous donne habituellement. "Wasted Too Much" est une ballade mid-tempo évoquant la perte de temps du narrateur à baiser avec sa partenaire ! « Heaven is too far away » comme disait feu-Jani Lane de WARRANT !

Un peu d’AEROSMITH avec le jeu de mot "Walk Of Shame", harmonica dehors, riffs hard bluesy qui soutiennent le chant à la Tyler. Les STEEL PANTHER savent faire et vous mettent de bonne humeur. « Lower The Bar » s’achève sur une reprise de CHEAP TRICK (première video single du groupe) avec la participation vocale de Robin Zander, son chanteur. "She’s Tight", un titre datant de 1982 écrit par Rick Nielsen, est sexifié par les STEEL PANTHER. Dans la vidéo, apparaissent Robin Zander avec un rouge à lèvre flashy, Bobbie Brown (la mère de Lexxi et le mannequin de "Cherrie Pie" de WARRANT), Paris Michael Jackson (la fille de Michael Jackson) et Tony Palermo (PAPA ROACH). Titre efficace, Michael Starr a réalisé le rêve d’avoir l’une de ses idoles sur son album !

STEEL PANTHER : la formule parfaite pour passer du bon temps.
Un concept bimodal : du sexe, la fête !
Tous dans la finesse du mot !
Merci qui ? ... Merci Michael et Satchel.

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK