4 mai 2017, 11:51

ULTRA VOMIT

"Panzer Surprise !"

Album : Panzer Surprise !

En guise de préambule à cette chronique d’un disque particulier pour un groupe qui ne l’est pas moins, je souhaitais, afin d’initier en quelque sorte le néophyte à ce qui l’attendait lors de cette écoute, partager ce que l’on nous a fait parvenir afin d’assurer la promotion de cet album. Je vous laisse en prendre connaissance et revient à vous juste après.

« “Panzer Surprise !” » est le 3e album d'ULTRA VOMIT. Il se trouve situé entre le 2e album et le 4e album. C'est tout. Hein? C'est pas assez ? Bon, bon OK. "Panzer Surprise !" arrive après un silence (limite un coma) discographique de 9 ans, et reprend là où s'était arrêté son prédécesseur. C'est-à-dire exactement nulle part. Car oui, "Objectif : Thunes" était déjà un OVNI musical, mélange hétéroclite entre Les Inconnus et le metal, et "Panzer Surprise !" ne s'annonce pas moins fou. Au programme : des parodies et toujours une production monstrueuse pour servir le propos le plus débile. Composé de 22 titres, dont 22 énormes, cet album est donc le digne successeur d'"Objectif : Thunes" et est encore plus fou si cela est possible ! Le groupe a chiadé encore plus sa musique, pour mettre des conneries encore pire par-dessus. Il est impossible de prévoir ce que va être le morceau suivant. Alors nous espérons que vous apprécierez ce voyage au centre de la connerie et qu'après une écoute, vous aurez envie de prier "Jésus" au volant de votre "Kammthaar" en mangeant des "Takoyakis" ! ».

Edifiant, n’est-ce pas ? Et fort à propos assurément. C’est qu’ULTRA VOMIT s’y entend comme pas un pour proposer un contenu à fort potentiel d’hilarité sonore. Il faut souligner que la production – monstrueuse comme annoncée – est assurée par Fred Duquesne, producteur renommé (MASS HYSTERIA notamment, dont il est également l’un des guitaristes) et qu’elle met les poings dans les i tant elle bastonne. C’est le vrombissant "Kammthaar" qui ouvre la route et qui se revendique d’un contenu germano-metalo-industriel propre à RAMMSTEIN avec une petite touche de Marc Lavoine. Incroyable comme le mimétisme est assuré jusque dans les moindres détails. Ça démarre fort ! Suivent "Un Chien Géant" qui nous apprend que l’on vit tous dans le ventre d’un chien géant et "Takoyaki" qui, fort de l’engouement populaire pour les sushis, est un titre qui nous renseigne sur ces petits rouleaux à base de poulpe et qui bénéficie de chœurs dignes de BABYMETAL. "Super Sexe" et son pendant électro-dub "Hyper Sexe" permettent de faire un coucou à la cousine Céline et ses amis caribous.

Quatre versions de la comptine "La Bouillie" (mais si, celle qu’on donne à ses petits cochons), sont dispatchées au long du disque et si c’est un fil conducteur, il s’est rompu quelque part. D’autres morceaux purement déconnatifs (contraction de mon cru – non, ce n’est pas une contrepèterie – entre déconnant et décoratif) sont présents, "E-Tron (Digital Caca)", "Le Train Fantôme", "Jésus", "Keken", "La Ch’nille" et "Evier Metal" qui clôt ce disque de siphonés. A côté de cela, un puissant "Calojira", qui voit les Landais GOJIRA rencontrer de front de mer contre le nez Calojero pour un résultat parfait. Tout comme le premier morceau, les petits détails sont là et font toute la différence (comme le Nutella). Est-ce le début de la fin de l’association de malfaiteurs qu’est le duo Fétus et Manard ? C’est ce que laisse penser la furieuse présentation "Anthracte". Une très belle fornication entre le thème de La Panthère Rose et Phil Anselmo sur "Pink Pantera" et qui permet d’apprécier à nouveau les talents d’imitateur de Fétus. 22 morceaux (ah, c’est bon de rire parfois © Maurice "Alain Chabat" Chevalier), pour 39 mn et 21 secondes soit 30 secondes de moins que son prédécesseur, « Objectif : Thunes ». Sont forts ces enfoirés, très forts.

Pour finir sur une note sérieuse (il faut quand même), faire rire est sûrement l’un des exercices les plus difficiles qui soient et demande un savoir-faire, une concentration importante ainsi qu’une vision de là où l'on tend à arriver. On peut donc pour cela leur tirer notre chapeau et espérer que ne s’écoule pas de nouveau une (presque) décennie avant d’avoir un nouvel OVNI à se coller derrière la cravate.
La France et l’univers ont besoin de vous Messieurs Fétus, Manard et Co. !

Blogger : Jérôme Sérignac
Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Vordaï Mercier
Vordaï Mercier
le 04 mai 2017 à 18:40
En passant, c'est quand même des putain de bons zicos...
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK