3 février 2018, 12:09

PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS

• "The Age Of Absurdity"

Album : The Age Of Absurdity

Groupe à 110% gallois, de la nationalité de ses membres à la composition et l’enregistrement de ce disque ainsi que la création du visuel de cet album, tout a été centralisé au Pays de Galles. Et le chef d’orchestre s’appelle Phil Campbell, celui qui va également par le nom de Lord Axesmith et qui a opéré au sein de MOTÖRHEAD pendant plus de trente ans. Ici, il s’est entouré de ses trois fils, Todd à la guitare, Tyla à la basse et Dane à la batterie mais aussi de Neil Starr au chant mais qui n’a, lui, aucun lien de parenté avec Phil, si ce n’est d’être son "brother in arms".
Les cinq musiciens ont fait leurs armes justement sur scène, en compagnie de SAXON ou en tournée des stades avec GUNS N’ ROSES (encore des armes, tiens), ou lors de festivals comme le Hellfest, le Sweden Rock ou en Espagne pour le Download. Affûtés comme des lames, Phil accompagné de ses fils et de "l’autre" (humour, je précise) se sont attelés à créer ce disque après un EP paru en 2016 qui laissait augurer d’un bon gros rock'n'roll… des familles.

Et que peut-on entendre alors de ce « The Age Of Absurdity » ? Eh bien, du bon gros rock'n'roll des familles pardi ! Ça riffe sec et sévère comme on pouvait s’y attendre, el padre ayant eu largement le temps d’en découdre et de parfaire ce talent en 30 années de service avec le Bombardier.
11 titres (douze avec le bonus ''Silver Machine'', reprise d’HAWKWIND – premier groupe de feu Lemmy – et sur lequel on retrouve Dave Brock, chanteur et guitariste de la formation culte), parmi lesquels l’immédiat single ''Ringleader'' ou bien ''Welcome To Hell'' et ''Get On Your Knees'' qui appuient tous sur la pédale d’accélérateur pour l’enfoncer dans le plancher et l’y laisser tout du long ! Neil Starr au micro s’en sort quant à lui très bien au milieu de cette tribu et livre une prestation tout à fait convaincante dans un registre hard rock'n'roll dans lequel officie le groupe.

Cet album et ce groupe, s’ils ne révolutionnent pas le genre ni ne réinventent quoi que ce soit, font suffisamment parler la poudre pour un résultat explosif et qui sait se faire plaisir pour nous en donner ensuite. Réjouissant également de voir le résultat de cette association père et fils, en faisant par là même une famille atypique et qu’on prendrait plaisir à avoir comme voisins.

Blogger : Jérôme Sérignac
Au sujet de l'auteur
Jérôme Sérignac
D’IRON MAIDEN (Up The Irons!) à CARCASS, de KING’S X à SLAYER, de LIVING COLOUR à MAYHEM, c’est simple, il n’est pas une chapelle du metal qu'il ne visite, sans compter sur son amour immodéré pour la musique au sens le plus large possible, englobant à 360° la (quasi) totalité des styles existants. Ainsi, il n’est pas rare qu’il pose aussi sur sa platine un disque de THE DOORS, d' ISRAEL VIBRATION, de NTM, de James BROWN, un vieux Jean-Michel JARRE, Elvis PRESLEY, THE EASYBEATS, les SEX PISTOLS, Hubert-Félix THIÉFAINE ou SUPERTRAMP, de WAGNER avec tous les groupes metal susnommés et ce, de la façon la plus aléatoire possible. Il rejoint l’équipe en février 2016, ce qui lui a permis depuis de coucher par écrit ses impressions, son ressenti, bref d’exprimer tout le bien (ou le mal parfois) qu’il éprouve au fil des écoutes d'albums et des concerts qu’il chronique pour HARD FORCE.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK