9 décembre 2018, 5:56

LES TAMBOURS DU BRONX

• "W.O.M.P. (Weapons Of Mass Percussions)"

Album : W.O.M.P. (Weapons Of Mass Percussions)

LES TAMBOURS DU BRONX proposent des armes de percussion massive. Loin d’être belliqueux, avec « W.O.M.P. (Weapons Of Mass Percussions) » leur nouvel album. Ils mettent quand même la guerre... sonore. C’est tribal, metal et fatal. Des hommes, des bidons, des riffs de guitares, de la programmation déjantée et les voix rugueuses de Reuno de LOFOFORA et de Stéphane Buriez (LOUDBLAST, SINSAENUM), le premier ministre du metal, où le taux de testostérone s’emballe et emporte avec lui la dopamine à son sommet au niveau cérébral. C’est euphorisant, jouissif et orgasmique cette puissance sur des titres comme "Le Festin" avec l’excellent Renato Di Folco (TREPALIUM, FLAYED), ses chœurs tribaux et son texte poétique urbain ; "Divine Disease" et son empreinte Rob Zombie copulant artistiquement avec RAMMSTEIN ; le thrashy "Tainted With Anger" ; le Cavalera friendly "Pray" ou encore le métronome métallique qu’est "Never Dead" ! Franky Costanza (BLAZING WAR MACHINE) est le chef d’orchestre rythmique de cette frénésie de percussions. Un rouleau compresseur multi fûts, double bass drums et polycymbales. Arco Trauma (SONIC AREA, CHRYSALIDE) nous ensorcelle la cervelle et ses connexions périphériques avec ses machines sur l’ensemble de « W.O.M.P. » mais également sur les passages interludes comme "Desert Night Road", "Dunes Of Ashes", "Wolf Smile Black", "Shaking Heat", "The Seven Organs Of Revelation" qui optimisent chaque morceau qui suit.
Du répit avant l’incendie sonique artistique, métallique, tribal, épique. "Nos Blessures" tel un cœur battant est une pièce musicale ambiante servant de starter pour ce titre qui déboule comme un tank pacifique : "L’un Des Nôtres" est une introduction à l’apocalypse. La formule proposée par LES TAMBOURS DU BRONX a quatre mots clés : énergie, uppercut, metal, pas de concession.  "Delirium Demain" une version revisitée d’un titre des TAMBOURS DU BRONX, "Jour de Colère" et sa basse punk introductive,"Le Mal" et sa structure heavy metal speedée par ses percussions, "Noir" et sa psychopathologie ambiante et dévastatrice. 

Il y a aussi des reprises sur l’album : "The Day Is My Enemy" de PRODIGY et sa touche féminine electro avec la voix d’Apolline Magnet (PLASTIC AGE), ou la version spectaculaire du "Requiem pour un Con" de Serge Gainsbourg.
"New Day" est un ovni electro-indus-metal angoissant et anxiolytique dans sa construction musicale. Le break planant quelques secondes, accompagné de ces percussions est puissant : « Anything goes, everything goes » nous disent-ils.
"Mirage Eternel", un single video, est une belle synthèse mid-tempo de cet album, entraînante, bercée par les mots de Reuno, emporté par ces riffs puissants, ces percussions tribales et ces claviers hypnotisants. Une vraie prière d’une tribu indienne !

LES TAMBOURS DU BRONX avec « W.O.M.P. (Weapons Of Mass Percussions) » nous offrent un véritable voyage dans une sphère revisitée du metal. Le casting des invités est digne d’un blockbuster américain. Il y a du texte en anglais, en français, de très haute facture sur des riffs dignes d’un bulldozer. Les percussions sont massives et incisives.
« W.O.M.P. (Weapons Of Mass Percussions) » est une symphonie industrielle menée tambours battants par Dominique Gaudeaux (qui a pris la guitare sur l’album) et ses acolytes en osmose avec ces sons, ces rythmiques et ces mélodies musclées et rugueuses qui nous sont si chères. Une véritable réussite conceptuelle ! Hit the cans, motherfuckers !

Blogger : Laurent Karila
Au sujet de l'auteur
Laurent Karila
Psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction positive au metal depuis 1984. Auteur d'ouvrages spécialisés en médecine des addictions et d'ouvrages grand public ("On ne pense qu'à ça", "Une histoire de poudre", "ACCRO!" aux éditions Flammarion). Auteur des textes des albums de SATAN JOKERS ("AddictionS", "Psychiatric" et "Sex Opera") et d'autres groupes... Organisateur de Metal Diner chez son ami Olivier Andreani ("Le Cosi", Paris 5). Une nouvelle passion liée à l'écriture : chroniquer des albums avec une touche psycho-metalrock - Enjoy it, Children of Metal. Interviewer des artistes est aussi un plaisir (le face à face est mon activité quotidienne).
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK