3 juin 2019, 19:00

10 CHOSES À SAVOIR SUR…

• Tom Araya (SLAYER)


Aussi souriant à la ville qu’implacable sur scène, Tom Araya est depuis toujours l’emblématique chanteur/bassiste de SLAYER. Alors que les Californiens donnent actuellement leur tournée d’adieu, qui passera par le Hellfest le 23 juin, voilà 10 choses à savoir sur lui…


Il a été kinésithérapeute respiratoire
Pour faire plaisir à son père qui veut qu’il ait « un vrai métier », Tom passe – et réussit – son examen de kinésithérapeute respiratoire. Il exercera au Brotman Medical Center à Culver City, en Californie, ce qui lui permettra de financer partiellement l’enregistrement de « Show No Mercy », premier album de SLAYER sorti en 1983. Il donnera sa démission en 1984, son emploi du temps de musicien étant incompatible avec son job.

Sa voiture a servi de "van" pour la première tournée US de SLAYER
Ce n’est qu’à l‘automne 1984, neuf mois après la sortie de « Show No Mercy », que SLAYER se lance dans sa première tournée américaine après avoir écumé la côte Ouest. Faute d’argent, les quatre hommes, qui n’ont pas non plus de manager, s’entassent dans la Chevrolet Camaro d’Araya, accompagnés par un roadie batterie et par Johnny, le petit frère du chanteur/bassiste, 14 ans à l’époque, qui installe le backline (il accompagnera le groupe un an plus tard à l’occasion de sa première venue en Europe).
Quant au matos, il est placé dans une remorque fermée tractée par la voiture. Un des phares marchant par intermittence, c’est Kerry King qui est chargé de résoudre le problème en donnant des coups de poing dedans, jusqu’à ce que le contact se fasse. Jusqu’au jour où il le réduit en miettes. « Il faisait trop froid » expliquera-t-il…
 


Il s’est soulagé sur Cronos de VENOM
En 1985, SLAYER participe au "Combat US Tour" en première partie de VENOM et EXODUS. Une belle opportunité pour le jeune groupe, grand admirateur des Britanniques qui, à l'époque, ont une forte influence sur sa musique et son image. Au début de la tournée, le trio voyage en tour bus (il devra se replier sur de modestes voitures en fin de tour quand il sera fauché). Un jour, alors que Dave Lombardo et Jeff Hannemann sont en train de boire un coup avec Cronos, le chanteur/bassiste, à l’arrière du véhicule, Tom, complètement bourré, débarque en demandant où se trouvent les toilettes pour soulager une envie pressante. « Cronos a répondu : "Elles sont là, juste là, dans ma bouche", a raconté l’ex-batteur de SLAYER à Decibel en 2006. Tom n’a pas cherché plus loin, il a baissé son fute et il lui a pissé dans les cheveux. Cronos s’est levé et lui a mis un pain dans la gueule. Tom a fini la tournée avec un œil au beurre noir. ».
Faute d'avoir une photo de SLAYER avec VENOM, voici la prestation live des jeunes Tueurs sur la tournée.
 


Il est chrétien
Paradoxe, on peut jouer dans SLAYER, considéré par les croyants outre-Atlantique comme un des pires groupes satanistes, et être chrétien. Comme Tom qui, enfant, allait à l'église et qui, pour faire plaisir à ses parents, pasteurs tous les deux, a fait sa première communion. « Je ne suis pas athée, je crois en Dieu, confiait-il il y a quelques années au New York Times. Mais la religion s’arrête là pour moi. J’ai mon propre système de croyance qui est tellement fort qu’il me permet de faire ce que je fais sans avoir peur d’aller en Enfer à cause de SLAYER. ».
L’antithèse de Kerry King qui, lui, met depuis les débuts du groupe un point d’honneur à montrer le mépris qu’il a pour le Tout-Puissant. « Kerry gagne sa vie en composant des morceaux dans lesquels il explique à quel point il déteste Dieu (rires), plaisante Tom. C’est une mission pour lui. Mais je ne le juge pas, c’est un excellent compositeur. »
 


Phil Anselmo a écrit une chanson en son honneur
L’ex-chanteur de PANTERA a composé une chanson en l’honneur de Tom, baptisée "Tom Araya Theme Song", que l’on entendra dans Hair Metal Shotgun Zombie Massacre. Un film satirique mêlant horreur et metal dans lequel le frontman de SLAYER fait justement une apparition, tout comme Randy Blythe de LAMB OF GOD…
 


Il a un ranch au Texas
Depuis presque 25 ans, Tom vit du côté de Buffalo au Texas, dans un ranch d’environ 26 hectares, quand il n’est pas en tournée s’entend. Avec sa femme Sandra, qu'il a épousée en 1995, il élève des vaches, non pas pour leur lait mais pour leur viande. Car chez SLAYER, on n’est définitivement pas vegan…

Il a sa statue dans un zoo en Ukraine
Au printemps 2017, le Zoo XII Months, en Ukraine, installe dans son enceinte une statue de Tom Araya devant un gros logo SLAYER et fait ajouter une phrase de "Dead Skin Mask" (« In the depth of a mind insane/Fantasy and reality are the same ». Il manque un "s" à "depth" mais on ne va pas chipoter). Le bassiste/chanteur est-il symbole de puissance et de fertilité derrière l’ancien Rideau de Fer ? Veille-t-il sur les animaux la nuit ? En tout cas, les propriétaires de l’endroit ont un goût très sûr…
 


Il ne peut plus headbanger
Depuis les débuts du groupe, Tom était connu pour son headbanging généreux. Las, à force, il a fini par s’abîmer sérieusement le dos et les cervicales. Début 2010, il doit subir une fusion des vertèbres cervicales antérieures et se voit poser une plaque en titane qui entraîne le report des dates programmées en avril. Depuis, même s'il n'est pas complètement figé derrière son micro, fini la danse des cheveux. A son grand dam.
« Je suis très déçu parce que je ne peux plus faire ce qui me vient naturellement. C’est un réflexe et je suis obligé de me répéter : "Il ne faut pas que je headbange, il ne faut pas que je headbange…". Dans l’absolu, je pourrais le faire mais j’en garderais des séquelles irréversibles. ».

Il est très attaché à sa famille
S’il y a bien quelque chose dont Tom ne peut pas se passer, c’est sa famille. Dès qu’il en a la possibilité, il prend l’avion pour retourner passer un peu de temps auprès des siens – sa femme et leurs enfants, Ariel Asa, 23 ans, et Tomas Enrique Jr., 20 ans, qui ont aujourd'hui quitté le nid familial. « Certains pensent que j’ai beaucoup d’argent, confiait-il en 2015 à Noisey. Non, je ne suis pas riche. Mais c’est un sacrifice financier que je fais volontiers parce que je veux rentrer chez moi et surtout ne pas être sur la route dans une putain de chambre d’hôtel. »
Pendant quelques années, il a trouvé la solution de les emmener dans le tour bus quand SLAYER tournait aux USA. « Mais après deux tournées, j’ai compris que ce qui me rendait heureux, les avoir tous les trois avec moi, était extrêmement pénible pour eux. Ils en avaient marre d’enchaîner les kilomètres et de se réveiller tous les jours dans une ville différente, sans avoir le plaisir de monter sur scène. » Il est d'ailleurs de notoriété publique que, si ça n'avait tenu qu'à lui, SLAYER aurait jeté l'éponge il y a déjà quelques années.

Les Araya en 2008 aux Grammy Awards quand SLAYER a remporté son 2e Grammy de "Meilleure prestation metal" pour "Final Six", extrait de « Christ Illusion ». Etaient également en lice AS I LAY DYING, KING DIAMOND, MACHINE HEAD et SHADOWS FALL. Un an plus tôt, le groupe avait déjà été récompensé pour "Eyes Of The Insane", lui aussi présent sur leur dixième album studio.
 


Il est ceinture noire de karaté
Comme Sandra, son épouse, et leurs deux enfants, Tom est ceinture noire de karaté. « C’est pour se défendre, pas pour attaquer » précise-t-il. Il descend d’ailleurs dans les hôtels sous le nom d’un célèbre karatéka qu’il admire tout particulièrement…
En 2011, quand les Araya (Ariel-Mr. A.-leur Maître-Mrs. A et Tomas Enrique Jr.) n'étaient que de modestes petits scarabées ceinture marron. Mais ça, c'était avant…
 


Il a repris du MÖTLEY CRÜE…
Et il n’était même pas bourré ! En 2011 est apparue sur YouTube une vidéo datant de 1983 dans laquelle Tom chante “Looks That Kill” de MÖTLEY CRÜE, comme si c’était un titre de SLAYER. Pas avec Kerry & Co mais avec son frère John et ses musiciens, quand ces derniers jouaient des covers dans des soirées moyennant quelques dollars.
 


…et du SCORPIONS
 


Dans la sphère du "privé", qui rime, malheureusement, avec "pas de trace audio", sa fille Ariel Asa a confié qu'en bon papi gâteau, Tom chante des chansons des Minions à sa petite fille, Leontina, 2 ans et demi… Sans doute pas avec la même intensité que "War Ensemble" ou "The Antichrist", cela dit.
 

Quiconque a rencontré Tom connaît son rire, le chanteur/bassiste étant l’un des musiciens les plus affables et souriants du milieu. Lars von Retriever, YouTuber de son état, est heureux de vous offrir cette compilation…
 

 

10 choses à savoir sur… Till Lindemann (RAMMSTEIN)
10 choses à savoir sur Tatiana Schmailyuk (JINJER)

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK