22 août 2020, 19:45

THE GATHERING

• Les 25 ans de "Mandylion" (Track by Track)


C'est le 22 août 1995 que THE GATHERING a sorti son troisième album intitulé « Mandylion ». Ce disque propulsa le groupe sur le devant de la scène metal, mettant en lumière une jeune chanteuse jusque-là inconnue : Anneke van Giersbergen. Afin de fêter le quart de siècle de cet album qui a marqué l'histoire du doom-metal gothique et atmosphérique, le groupe a publié sur sa page facebook quelques souvenirs de l'enregistrement de cet album culte. Des souvenirs illustrés de quelques photos qui ont été prises pendant les sessions d'enregistrement en juin 1995 au Woodhouse Studio basé en Allemagne dans la ville de Hagen. L'album a été produit par Waldemar Sorychta (ex-GRIP INC, ROTTING CHRIST...) et Siggi Bemm. Voici une version française de ces « Mandylion » anecdotes, avec l'aimable autorisation de Hans Rutten.


"Strange Machines"
Dans le pont de cette chanson, nous avons utilisé un fragment du film The Time Machine (1960) basé sur la nouvelle de science fiction de H.G. Wells (1895). Ainsi, comme vous le savez, ce titre évoque le voyage dans le temps. Bien que le couplet et le refrain soient plutôt lents, les versions démo que nous avions enregistrées plus tôt étaient encore plus lentes. Après l'avoir jouée live à plusieurs reprises en 1994, nous avons réalisé qu'il était préférable de la jouer plus rapidement. Et c'est ainsi que nous l'avons interprétée pour l'album. Vous pouvez retrouver ci-dessous une des premières versions de "Strange Machines" sur scène à l'occasion du tout premier concert d'Anneke au chant en 1994.


 


"Eléanor"
"Eléanor" est la chanson la plus heavy de l'album. Il nous arrivait souvent d'écrire une chanson après avoir regardé un film. Chacun d'entre-nous essayait d'imaginer une musique qui pourrait correspondre au film quand celui-ci nous avait particulièrement marqué. La liste de Schindler (1993) est l'un d'eux et a été une source d'inspiration importante pour "Eléanor" à cause de la lourdeur du sujet et des scènes. C'est le seule titre de l'album sur lequel la double grosse caisse est utilisée. Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir le producteur Siggi Bemm enregistrant René, avec Jelmer qui répète assis sur la gauche du cliché. L'album a été enregistré et mixé en seulement 16 jours sur un 24-pistes analogique.
 


© The Gathering - DR


​"In Motion #1"
Lorsqu'Anneke a rejoint le groupe en 1994, nous avions déjà travaillé sur plusieurs chansons de « Mandylion ». La toute première démo que nous avons enregistrée avec Anneke était une version de "In Motion #1". Celle-ci apparaît sur la compilation « DSFA 6 » (Dutch Underground Metal-Bands Compilation) parue en 1994. Plus tard, elle apparaîtra aussi sur la réédition "Special Deluxe" de « Mandylion » en 2005. Cette version démo, plus chaude et moins dans l'esprit metal que celle de « Mandylion », a été enregistrée au Beaufort Studio (où « Always... » avait été enregistré).
Dans les années 90, nous écoutions beaucoup de groupes tels que SLOWDIVE et DEAD CAN DANCE. Vous pouvez clairement distinguer ces influences sur « Mandylion », et en particulier sur "In Motion #1".
Sur les deux photos ci-dessous, vous pouvez voir Frank pendant les sessions de « Mandylion » en compagnie Waldemar Sorychta. Nous n'avons utilisé aucun ordinateur pour cet album. Même les claviers on directement été enregistrés sur le 24-pistes analogique.
 


© The Gathering - DR


© The Gathering - DR


"Leaves"
"Leaves" a été une des premières chansons à figurer sur la liste de l'album « Mandylion ». A l'époque de la tournée de promotion de « Almost A Dance » en 1993/1994, nous avons enregistré de nouvelles idées lors des soundchecks. Nous enregistrions nos idées en passant par la table de mixage, ainsi nous avions des enregistrement qualitatifs pour travailler. Parfois, (c'est peut-être été le cas avec "Leaves"), cela nous a permis d'éviter la phase démo. "Leaves" a été notre second single tiré de « Mandylion ». C'était aussi notre premier clip professionnel et il a aussi bénéficié d'une sympathique diffusion en boucle sur les chaînes populaires de diffusion de clips des années 90 telles que MTV dans les émissions Headbangers Ball et Music Box. A la fois explosive et romantique, cette vidéo comporte trois "histoires" qui s’entrecroisent : des prises en forêt, des prises live de notre concert à Leeuwarden (avec de nombreux stagedivers !) et des scènes d'un couple d'amoureux filmé au Vatican à Rome. Ce qui colle parfaitement avec les paroles. Les photos ci-dessous montre Hugo pendant l'enregistrement et la version japonaise de « Mandylion ».
 

  


"Fear The Sea"
C'est Jelmer qui a apporté l’idée de base de "Fear The Sea". La chanson sonne différemment du reste de l'album. Les riffs de guitare sont plus heavy/alternatif et le pont plutôt trippy/spacy. En l'écoutant avec le recul, l'arrangement sonne ingénieusement. Il y a beaucoup d'atmosphères différentes à découvrir et de nombreux changements de tempo. Les paroles sont aussi très différentes du reste de l'album. La plupart des chansons de « Mandylion » abordent le thème de la perte et du départ, alors que "Fear The Sea" est lié à l'environnemental qui évoque la peur associée à la montée des eaux. Un phénomène bien connu aux Pays-Bas puisque quasiment le tiers du territoire est situé sous le niveau de la mer. Un énorme défit bien évidement dans le contexte actuel du changement climatique et de la montée des eaux. Ce titre a plus de chose en commun avec notre album suivant « Nighttime Birds », qui parle de la beauté de notre planète. Sur les photos ci-dessous, on aperçoit Jelmer enregistrer ses parties de guitare en compagnie de Waldemar Sorychta.
 

    


"Mandylion"
La chanson titre "Mandylion" est quelque peu exotique, avec des influences orientales et cinématographique. La première photo montre René enregistrant les parties de flûte de la chanson. Nous ne sommes plus très sûr, mais nous pensons qu'il s'agît d'une flûte turque, initialement utilisée comme élément de cornemuse. Les micros que nous avions étaient tellement sensibles que nous pouvions entendre le grincement de ses rangers quand il bougeait. C'est pour cela qu'il apparaît en chaussette, puisqu'il a fallu qu'il les retire pour continuer l'enregistrement. Vous pouvez clairement entendre les influences DEAD CAN DANCE sur ce titre écrit par René et Frank. En réalité, il avait été initialement écrit pour un projet parallèle auquel René et Frank ont participé, appelé DIEP TRIES (signifiant en français "profondément triste"). Comme nous aimions tous beaucoup ce titre, nous avons décidé de l'intégrer à « Mandylion ». Nous avons pensé qu'il serait bénéfique à l'album par son côté relaxant et semi-instrumental après toutes ces guitares heavy. Les photos montrent René pendant l'enregistrement de la chanson "Mandylion" et Siggi Bemm qui s'est chargé de mixer l'album dans ce studio.
 

  


"Sand And Mercury"
"Sand And Mercury" est le résultat de trois morceaux que nous avons fusionnés. La fin du titre présente un enregistrement de J.R.R. Tolkien qui parle de la mort et récite une citation de Simone de Beauvoir qui renvoie à l'esprit du Seigneur des Anneaux. Les mots de cet auteur que nous apprécions beaucoup correspondent très bien aux paroles de la chanson qui évoquent le décès et la séparation. La première photo est tirée du premier tirage promotionnel de « Mandylion » réalisé en 1995 dans De Refter à Ubbergen, prêt de Nimègue. Cependant, Anneke n'apparaissant pas clairement comme la chanteuse, cette session a été rejetée par le label. Une nouvelle session a donc été organisée et les 3 photos suivantes ont été utilisées lors de la promotion de l'album.
 


© Century Media Records - DR


© Century Media Records - DR


© Century Media Records - DR


"In Motion #2"
"In Motion #2" a été la dernière chanson écrite pour l'album et nous avons senti qu'il été bon de le clore avec celle-ci. Les trois quarts du morceau sont similaires à "In Motion #1" et la reprise de son refrain permet de souligner la connexion entre les deux morceaux.

« A propos de cet album, nous n'avions jamais pensé qu'après 25 années, il ferait encore partie de la vie d'autant de gens à travers le monde comme vous nous l'avez montré au fil des ans, et aussi par vos messages au cours de la semaine qui vient de s'écouler. Merci pour tout ces messages chaleureux et votre support.
Ceci signifie beaucoup pour nous. Prenez-soin de vous. »
-THE GATHERING.

Si vous le souhaitez, l'album est encore disponible en vinyle noir et CD sur le site officiel de THE GATHERING.
 

Blogger : Bruno Cuvelier
Au sujet de l'auteur
Bruno Cuvelier
Son intérêt pour le hard rock est né en 1980 avec "Back In Black". Rapidement, il cultive un vif intérêt pour le heavy metal et ses ramifications qui l’amèneront à devenir fan de METALLICA jusqu'au "Black Album". Anti-conformiste et novateur, le groupe représente à ses yeux une excellente synthèse de tous les styles de metal qui foisonnent à cette époque. En parallèle, c'est aussi la découverte des salles de concert et des festivals qui le passionne. L'arrivée d'Anneke van Giersbergen au sein de THE GATHERING en 1995 marquera une étape importante dans son parcours, puisqu'il suit leurs carrières respectives depuis lors. En 2014, il crée une communauté internationale de fans avant que leur retour sur scène en juin 2018 ne l'amène à rejoindre HARD FORCE. Occasionnellement animateur radio, il aime voyager et faire partager sa passion pour la musique.
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK