29 août 2021, 19:15

Till Lindemann

Le chanteur de RAMMSTEIN arrêté en Russie


Selon le site espagnol Summa Inferno, qui a également partagé des photos, la police russe aurait arrêté Till Lindemann dans sa chambre d'hôtel, hier 28 août, et l'aurait emmené au poste pour l'interroger. Il semblerait que son arrestation soit en rapport avec la participation de LINDEMANN, son groupe, au Maklarin For Homeland, un festival programmé aujourd'hui 29 août dans la région de Tver. En effet, les grands rassemblements sont actuellement interdits en Russie en raison du coronavirus, comme le festival qui serait donc "sauvage".

Anar Reiband, son manager, qui a déclaré en entrant dans le pays qu'il était un simple touriste, est soupçonné de faire partie des organisateurs du Maklarin. Si tel est le cas, il sera expulsé et pourrait être interdit à vie d'entrée sur le territoire. Du coup, la participation de LINDEMANN au Spasskaya Baschnja, un festival programmé les 4 et 5 septembre prochains sur la Place Rouge à Moscou, est pour l'instant en suspens. On suppose que les règles de sécurité sanitaire doivent y être drastiques...

Ces derniers temps, ce n'est pas le grand amour entre la Russie et RAMMSTEIN en général et son frontman en particulier. Depuis quelques jours, ce dernier est en effet au centre d'un scandale, accusé par le Musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg, de violation de propriété intellectuelle. Au printemps dernier, Till y a en effet tourné une vidéo pour "Lubimiy Gorod" (ma ville adorée en français), une chanson russe datant de la Seconde Guerre mondiale. Si ce n'est que le musée ne lui a accordé les droits non exclusifs que pour le clip et pas pour les NFT – Non Fungible Tokens, soit des Jetons non-fongibles, devenus incontournables sur le marché de l'art – qu'il s'apprête à commercialiser.

Vendus en toutes petites quantités dématérialisées, ces derniers, rebaptisés "NFTill" et au nombre de cinq modèles, seront disponibles pour un prix allant de 299 à 100 000 euros (vous avez bien lu) sur le site Binance. Sachant qu'il s'agit "d'œuvres" intangibles que les heureux acquéreurs ne peuvent que stocker sur leur disque dur… Révolutionnaire pour certains, complètement incompréhensible pour d'autres. Mais bon, comme dirait l'autre, s'il y a de la thune à se faire et des gens prêts à mettre la main au portefeuille...
 


 


En 2019, RAMMSTEIN avait déjà provoqué la controverse à l'occasion de son concert à Moscou quand, pour montrer le soutien des Allemands au mouvement LGBTQ, Richard Z. Kruspe et Paul Landers, les deux guitaristes, avaient échangé un chaste baiser "à la russe". Histoire de montrer que le groupe était contre la loi anti-gay passée huit ans plus tôt qui interdit la représentation de sexe homosexuel (doivent pas être fans de "Bück dich" du coup, ni de "Mann gegen Mann"…). En avril dernier, Andrei Borovikov, activiste politique russe, ancien coordinateur de l'opposition anti-Poutine et fan du groupe, a été condamné à deux ans et demi de prison pour avoir partagé sur les réseaux sociaux la vidéo censurée de "Pussy"...

Dans un registre différent, profitons de cette news pour signaler que "Le Jardin des Larmes", duo enregistré par Till avec Zaz qui a été finalisé en décembre dernier, figurera sur le prochain album de la chanteuse française, « Isa », qui sortira le 22 octobre. Un clip a été récemment tourné en Ouzbékistan, a priori avec le réalisateur Zoran Bihac, grand habitué des clips de RAMMSTEIN et LINDEMANN... En novembre 2018, à l'occasion d'une interview avec Le Parisien, la chanteuse avait déclaré : « Lors d'un concert en Allemagne, sa maquilleuse m'avait dit qu'il aimait bien mes chansons. Effectivement, lors du dernier concert de RAMMSTEIN à Paris, il m'a invité avec mon pianiste dans sa loge. C'était surréaliste de le voir danser sur “Je veux” »

Pour terminer, Till Lindemann a récemment fait part sur les réseaux de sa présence au Wacken Open Air 2022.

Blogger : Laurence Faure
Au sujet de l'auteur
Laurence Faure
Le hard rock, Laurence est tombée dedans il y a déjà pas mal d'années. Mais partant du principe que «Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux» et qu'elle écoute toujours la musique sur 11, elle pense être la preuve vivante que le metal à haute dose est une véritable fontaine de jouvence. Ou alors elle est sourde, mais laissez-la rêver… Après avoir “religieusement” lu la presse française de la grande époque, Laurence rejoint Hard Rock Magazine en tant que journaliste et secrétaire de rédaction, avant d'en devenir brièvement rédac' chef. Débarquée et résolue à changer de milieu, LF œuvre désormais dans la presse spécialisée (sports mécaniques), mais comme il n'y a vraiment que le metal qui fait battre son petit cœur, quand HARD FORCE lui a proposé de rejoindre le team fin 2013, elle est arrivée “fast as a shark”.
Ses autres publications

1 commentaire

User : Melis  Denis
Melis Denis
le 30 août 2021 à 13:36
Grand fan de Till cette histoire de NFT me laisse perplexe.
Merci de vous identifier pour commenter
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK