12 novembre 2021, 13:48

DESTINITY

Interview Mick Caesare


En cette rentrée particulièrement prolifique en sorties metal hexagonales, il était bon de noter le grand retour du fleuron DESTINITY, le tout amorcé d'une main experte après neuf années d'attente envers les fans les plus inconditionnels de son death metal mélodique des plus captivants. Entretien avec Mick Caesare, chanteur charismatique qui vous propose onze raisons de constater, (en référence à l'album « XI Reasons To See »), comment l'évolution de son groupe a contribuer en vingt ans de carrière, à devenir la référence française absolue du genre incarné.


Depuis sa reformation récente, DESTINITY a enchaîné une quantité impressionnante de concerts événements en l'honneur de ce retour brillamment salué. Peux-tu revenir sur la genèse qui a permis de prendre collectivement la décision unanime de réactiver le groupe ?
Mick Caesare : Oui effectivement, tout est parti de cette série de concerts finalement et ça s’est fait un peu naturellement et à l’instinct. Nous voulions terminer correctement les choses avec une superbe date au Lions Metal Festival et de fil en aiguille, nous avons reçu pas mal d’opportunités que nous avons acceptées… Le fait de reprendre son pied ensemble sur scène devant des fans survoltés nous a vraiment mis un sacré coup de pied au cul et ça nous a permis de remettre le pied à l’étrier pour de bon !

Vous avez pris votre destin en mains à plus d'un titre en développant notamment une structure indépendante du nom de Crimson Productions. Quel regard objectif portes-tu sur le fait de maîtriser le salut du groupe sous tous ses aspects directs au sein de votre propre label à présent ?
Oui c’était un pari un peu fou surtout pour un retour ! (rires). Quand j’évoquais ça il y a de nombreux mois déjà, on me prenait pour un fou, c’était un challenge et je crois qu’aujourd’hui, nous avons relevé le défi haut la main mais très clairement, ça fait un an que je n’ai plus de vie, je me suis investi à 2000% sur cette sortie. Nous avons su bien nous entourer en terme de communication, promotion, distribution et maîtriser tout de A à Z et je tiens vraiment à remercier toutes les personnes avec qui nous travaillons. Nous n’avons jamais autant vendu en direct et jamais autant été streamé et surtout nous n’avions jamais pris autant de place dans la presse internationale, c’est juste un truc de dingue pour nous ce qui arrive actuellement. Comme quoi, on est jamais mieux servi que par soi même ! Le monde musicale a bien trop changé pour continuer à travailler comme dans l’ancien monde, avec ces vieux rouages qui sont totalement périmés ! Parfois il faut savoir s’adapter et regarder plus loin en sortant de sa zone de confort.

Vous avez auparavant bénéficié d'un support international en signant au préalable sur Lifeforce Records pour les albums studios « XI Reasons To See » (2010) et « Reverse In Crimson » (2012). Avec un recul certain, comment s'est passée votre collaboration mutuelle et quelle a été la réaction du patron de ce label allemand respecté en apprenant que vous les quittiez définitivement ?
Notre collaboration a été vraiment très bonne, Lifeforce Records est un super label de passionnés et ils nous ont permis un très bon rayonnement à l’international ! Nous avions plusieurs milliers d’euros pour enregistrer chaque album, ce qui n’est pas rien mais nous voulions vraiment maîtriser tout aujourd’hui et nous étions libre de le faire ! C’était le bon moment sinon nous n’aurions jamais franchi le pas ! Notre fan-base est assez conséquente maintenant pour nous permettre de nous rembourser les frais de studio rien qu’avec les pré-commandes ! C’est juste de la gestion de trésorerie comme toute entreprise... La grande différence maintenant, c’est que 100% du digital nous revient et il n’y a plus d’avances sur royalties, quand tu achètes un album du groupe, la plus grande partie de la somme nous revient, ça nous permet de développer encore mieux notre groupe ! J’en profite pour remercier du fond du cœur tous les fans du groupe qui nous ont massivement soutenus !

Durant la mise en sommeil forcée de DESTINITY, tu as accordé un investissement personnel colossal en devenant par ailleurs, le nouveau chanteur de NO RETURN, en partageant une partie de tournée européenne en compagnie de CANNIBAL CORPSE et en signant pour deux albums studios (2015-2017) avec le label danois Mighty Music. En toute sincérité, éprouves-tu certains regrets anecdotiques et qu'as-tu ressenti lorsqu'ils ont annoncé l'improbable retour de Steeve Petit (ZUUL FX), ancien chanteur sur l'album « Machinery » (2002) ?
Absolument aucun regret, c’est plutôt un grand soulagement d’avoir pris la décision d’arrêter tout ça... Cela faisait quasiment 2 ans que j’avais des gros doutes et que je songeais à quitter le navire. Comme tu le disais, je me suis investi à fond pour ce groupe et peut-être beaucoup trop mais je ne regrette rien, tout ce que j’ai fait a été réalisé avec sincérité, c’était juste le moment de ne pas faire l’album de trop pour moi... La gestion ne me convenait pas depuis bien trop longtemps et le retour de DESTINITY dans le jeu a considérablement fait pencher la balance, à vrai dire, quand je vois ce qui se passe actuellement, ça devient plus qu’une évidence que mon choix était plus que judicieux (rires). Néanmoins, j’ai de supers souvenirs, les gars avec qui j’ai pu jouer sont cool humainement parlant et je préfère garder tous ces bons souvenirs en tête. Après pour le nouveau chanteur, que ça soit Pierre, Paul ou Jacques, j’en ai vraiment rien à cirer, ça ne me concerne pas.

Peux-tu nous expliquer ton activité quotidienne de label-manager au sein de votre jeune structure professionnelle ayant déjà réalisé la version vinyle de « Reverse In Crimson » (2012) en licence étroite avec Lifeforce Records et votre coopération logistique avec le renommé distributeur international Season Of Mist ?
Je gère le label avec mon ami de longue date VJ, nous sommes les deux plus investi dans le projet. L’idée c’est de monter une sorte de coopérative musicale finalement avec des groupes qui veulent se bouger et bien faire les choses. Nous allons sortir quelques productions de temps à autres et aider quelques groupes que nous adorons, ils pourront bénéficier de tout notre savoir faire, de notre réseau dont notre distribution mondiale avec Season Of Mist, je tiens d’ailleurs à remercier David avec qui j’ai beaucoup échangé et avec qui j’ai beaucoup appris ces derniers mois. Là je viens de signer un contrat de distribution au Japon, on commence à vraiment s’étendre rapidement et ce nouvel album de DESTINITY nous a beaucoup aidé à développer tout ça en un temps record, c’est génial !

Les titres "Reject The Deceit" et "Shadows" vont directement bénéficié d'un clip vidéo avant la sortie de votre nouvel album « In Continuum ». Avez-vous chez DESTINITY le projet imminent d'en réaliser un prochain dans le cadre de sa promotion actuelle ?
Oui ! Nous avons mis les petits plats dans les grands pour cet album ! Un clip vidéo totalement dingue a été récemment partagé pour le titre "Reflections" ! Il a été réalisé par Christophe Barboni (Chrismovies), le petit frère de Stephan (guitare) et Florent Barboni (batterie) qui vient tout juste de monter sa société et crois moi, il va très rapidement faire parler de lui ! Il nous a fait un travail de fou et c’est génial de pouvoir travailler comme ça en famille !
 


​Quels sont les pistes sérieuses de tournées européennes sachant que plusieurs de vos influences mélodiques principales, HYPOCRISY, AT THE GATES et AMON AMARTH en tête, seront également sur les routes pour promouvoir leurs nouveaux albums respectifs à l'horizon 2022 ?
Nous avons pas mal de dates en France qui sont en train de tomber jusqu’à l’été prochain puis nous avons une série de festivals dont certains à l’étranger et nous partirons ensuite sur une tournée européenne de 20 dates fin septembre 2022 et quelques autres en Finlande mais il est encore trop tôt pour en parler ! Nous revenons pour de bon et nous serons sur les routes pour la promotion de cet album ! Toutes les dates sont mises à jour au fur et à mesure sur notre site officiel www.destinityofficial.com

Peux-tu nous présenter la trame unique de votre nouvelle œuvre musicale en t'appuyant en profondeur sur le travail collaboratif entre chaque membre durant vos séances de compositions mutuelles ?
C’est venu assez naturellement dans le sens où on a le même line-up, les mêmes compositeurs. On se connaît depuis très longtemps... Tout s’est fait très naturellement finalement. « In Continuum » est très clairement un album de death metal mélodique avec beaucoup de profondeur. Pour les fans, à titre de comparaison, par rapport à « Resolve In Crimson » (2012), je dirais qu’on va un peu plus loin sur ce nouvel album, qu’on sort un peu des sentiers battus, je trouve qu’il y a plus de profondeur dans les ambiances, le tempo et nous n’avons pas hésité à ajouter des idées qui se rapprochent du post-metal ou post-black, de l’ambiant, avec une très grosse dose de mélancolie, nous ne nous sommes rien interdit. « In Continuum » est un album très profond du fait de son ambiance générale, de ses orchestrations et de sa production aussi qui est signée Jonas Kjellgren (Blacklounge Studio en Suède) est plus organique et acoustique, plus vivante aussi. Je pense que ceux qui avaient déjà aimé « Resolve In Crimson » aimeront beaucoup ce nouvel album.
 


Tu es un acteur récurrent du paysage metal français et promoteur aussi du Lions Metal Festival dans ta région d'origine. As-tu la prétention et l'envie de le faire évoluer en puissance en convainquant des têtes d'affiche encore plus fédératrices pour la prochaine édition en 2022 ?
Tu sais, si je fais tout ça c’est uniquement par passion, le metal c’est toute ma vie et j’aime faire les choses de façon professionnelle et soutenir notre très belle scène locale et nationale ! L’affiche 2022 du Lions Metal Festival est d’ores et déjà confirmé puisque nous avons reporté l’édition de 2020 à 2021 puis finalement à 2022, je pense que l’affiche a vraiment de la gueule et elle est très variée, nous avons préparé ça avec nos petits moyens et nous allons tout faire pour garder cette ambiance conviviale que nous avons depuis la première édition même si ça sera la première version "open air" sur deux jours ! Nous aurons donc MOONSORROW, FLESHGOD APOCALYPSE, GOD DETHRONED, ANGELUS APATRIDA, ENTRAILS, HOUR OF PENANCE, DESTINITY, MERCYLESS, CARCARIASS, XAON et bien d’autres encore... Rendez-vous donc les 4 et 5 juin 2022 à Montagny dans le Rhône !

On te connaist également comme étant un fan inconditionnel de l'école death metal mélodique finlandaise comme SWALLOW THE SUN, INSOMNIUM, OMNIUM GATHERUM, WOLFHEART ou encore MORS PRINCIPIUM EST. Comment s'est déroulé justement votre collaboration avec Andy Gillion, ancien guitariste de ce dernier groupe cité ?
Pas forcément l’école finlandaise, j’aime la musique qui dégage une ambiance profonde, où il y a une âme, c’est ce que nous essayons de créer mais il est vrai que pour nous, ça se trouve plus sur la Scandinavie, c’est une histoire de goût très certainement. Mais pour revenir sur ta question, Andy Gillion, compositeur depuis de nombreuses années pour le groupe MORS PRINCIPIUM EST est présent sur l’album en tant qu'invité ! J’adore son groupe... D’ailleurs, c’est dans le cadre d’une tournée avec NO RETURN que je l’ai rencontré ! Un super gars ! On a sympathisé sur la route et pour moi c’était une évidence de faire appel à lui sur un morceau de l’album. Je lui ai tout simplement fait écouter "Dawn Never Breaks" et je lui ai proposé de jouer un solo dessus et il a accepté tout de suite. Nous avons fait un "guitar-playthrough" pour marquer le coup. Andy est vraiment bourré de talent et ça nous fait vraiment très plaisir de l’avoir avec nous pour ce nouveau chapitre du groupe.
 


​Quel est ton regard pointilleux sur l’hyper-présence des groupes français signant à tour de bras sur d'importants labels étrangers tel IGORRR (Metal Blade Records), ALCEST (Nuclear Blast Records), DAGOBA (Napalm Records), DÉLUGE (Metal Blade Records) et récemment HANGMAN'S CHAIR (Nuclear Blast Records) ?
La scène Française a pris un essor considérable depuis plusieurs années déjà et c’est vraiment génial car nous avons un grand nombre de groupes de très grande qualité et c’est un juste retour des choses. Merci à toi Charles pour cet entretien et merci aux lecteurs de HARD FORCE pour m’avoir lu jusqu’ici ! Jetez une oreille sur « In Continuum » et prenez soin de vous, à bientôt sur les routes.

Blogger : Charlie CesÂme Zampol
Au sujet de l'auteur
Charlie CesÂme Zampol
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK