5 décembre 2015, 10:42

TREPALIUM + KLONE @ Guyancourt (La Batterie)


Après trois petits quarts d’heure de route, nous voici arrivés à la Batterie à Guyancourt (78). Une salle où je n’étais encore jamais allée. Bâtiment en pierre contrastant avec les bureaux vitrés et modernes se trouvant aux alentours. Nous entrons, prenons nos billets et arrivons dans un hall qui, sur la gauche, nous mène au bar déjà bien rempli. Puis, une porte est ouverte sur la salle, le groupe ORAKLE vient de terminer apparemment, et KLONE commencent à s’installer...

Leur dernier album « Here Comes The Sun » est une invitation au voyage. Ici pas de voix growlé, de guitares saturées, orchestrations travaillées dans le moindre détail, belles compositions, mélodies, et ambiance aérienne portée par la voix unique de Yann qui fait toujours et encore merveille. A l’écoute du disque j’étais donc impatiente et plutôt curieuse d’entendre ce que pouvait donner une version live.
KLONE ouvre son set par le 1er morceau "Immersion" issu de ce dernier CD. Le son est bon. Le public est attentif et le restera tout au long du concert comme le fait remarquer le chanteur du groupe qui parfois est en retrait et peu communicatif, prenant doucement ses marques. Sa voix toujours aussi hallucinante de justesse se faisant douce ou puissante selon les chansons.
Aldrick (guitare) et Julian (basse) bougent durant tout le set. Leur énergie est communicative et lorsque les riffs se font plus heavy le public se met à bouger en harmonie avec les musiciens. 
Guillaume, (guitare) reste plus ou moins discret mais efficace derrière sa Lag, concentré, en diffusant ces notes qui donnent cette atmosphère si particulière au son de KLONE.
La version live de la section rythmique est assurée par Morgan Berthet (MYRATH, EYELESS…) à la batterie et à la 4 cordes Julian Gretz (DWAIL..) remplaçant de Jean-Etienne Maillard, dont les lignes de basse sont assez excellentes !
Les titres s’enchaînent, nous passons de l’album « Black Days » ("Give Up The Rest"; "Immaculate Desire"..) à « Dreamer Hideaway » ("Rocket Smoke"; "Siren’s Song") et évidemment « Here Comes The Sun » ("Immersion" ; "Nebulous" ; "The Drifter"…), finissant le concert, plus ou moins en intensité, avec "The Last Experience". Titre que je rêvais d’entendre sur scène et qui passe extrêmement bien, d’ailleurs on se demande pourquoi ne pas terniner carrément vos sets avec ce titre les gars, hein ? Pour changer du traditionnel "Army of Me" de Björk.
Les morceaux qu’ils proposent en live sont un savant mélange issu des albums précédents et du dernier leur assurant un set envoûtant et hypnotique aux accents parfois bien lourds. 
Une chose est sûre, KLONE ne laisse jamais l’audience indifférente, pour preuve, après 1h10 de concert, le public en redemande...



C’est au tour de TREPALIUM d’enfoncer le clou... hum... d’envahir la scène avec son Death Metal groove et progressif à la fois.
Pour  rappeler l’ambiance de l'EP « Damballa’s Voodoo Dolls » (réédition 2015), deux mannequins, au buste percé de longs clous avec un drapé autour de la taille, sont disposés de chaque côté de la batterie. Le ton est donné. Le groupe monte sur scène est c’est parti pour une heure et des poussières de sons à bien vous décrasser l’intérieur des oreilles, et le reste !
Le public est à fond entre danse et pogo. Les TREPALIUM nous régalent par leur concert, leur son. Une bien belle présence scénique. Tout est à sa place, carré et ça envoie. TREPALIUM, issu du collectif artistique Klonosphere (regroupant aussi KLONE et HACRIDE), a su en 15 ans d’existence faire évoluer, intelligemment, sa musique en y incorporant, avec talent, quelques touches jazz et funk saupoudré d’un bon groove. Ce qui, dans le milieu du metal est rare et mérite d’être souligner. 
Ce soir TREPALIUM nous aura délivrés un set net, précis et haut en intensité, et on se dit que pour les prochains concerts ce serait vraiment pas mal qu’il y ait des cuivres et un pianiste, histoire d’être encore plus dans l’ambiance vaudou et années 30...


Photos : © Hélène K. - DR


Blogger : Stéphanie Delisée
Au sujet de l'auteur
Stéphanie Delisée
Ses autres publications
Cookies et autres traceurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour mémoriser vos recherches ou pour réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus sur les cookies : mentions légales

OK